Voyages de lecteurs autour de l’Europe


 Articles
Le 14 octobre 2010 | |  2 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

En 2010, la Belgique était à la présidence de l’Union européenne. La Communauté française de Belgique avait donc demandé à des auteurs, des illustrateurs et des créateurs de Bande dessinée de nous faire voyager… par la littérature évidemment.

Fichier de ce Voyage de lecteurs autour de l’Europe :Télécharger le pdf


Nous avons choisi cet extrait de Régine Vandamme. Un extrait « d’actualité », bien ancré dans nos régions et qui pourtant nous fait voyager :

La première fois que j’ai passé une frontière, je m’attendais à voir une barrière, une guérite et au moins deux douaniers. J’avais huit ans et demi et je quittais mon pays d’enfance pour une ville inconnue. Pendant les cent kilomètres qu’il y avait à parcourir, j’ai guetté les signes annonçant cette ligne de démarcation, dont j’avais entendu dire qu’on l’appelait « frontière linguistique ». Et bien sûr je n’ai rien vu. Pourtant à un moment, nous avions glissé d’une région où l’on parlait ma langue à une région où il se parlait une langue à laquelle je n’entendais rien. Ces deux régions se touchaient, il y avait donc forcément un endroit à leur extrémité où les habitants devaient arrêter de parler l’une pour parler l’autre, et rien dans le paysage n’en avait rien laissé paraître. Ce jour-là, qui était, du haut de mes huit ans et demi, à la fois le jour le plus triste et le plus beau de ma vie, c’est exactement ce que j’ai fait : j’ai arrêté de parler le flamand pour commencer à parler le français, sans que je puisse dire précisément à quel moment. Ce jour-là, ma langue maternelle s’est éteinte en moi et j’en ai adopté une autre qui a fini par me posséder.

Parce que je n’en ai pas fini avec ces deux langues, l’une morte, l’autre vive, et parce que le pays où je suis né et où je vis compte bien deux littératures vivantes, j’ai choisi la Belgique pour illustrer le sujet.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Linh

    Le 12 mars 2012 à 00:29

    Bonjour Quinette et merci pour ton inte9reat :)Le Poisson Rouge est un endroit un peu e0 l’e9cart de Bonifacio, assez loin pour ne pas eatre au lmiieu de la foule quand il y en a, mais assez proche pour pouvoir aller en ville en quelques minutes en voiture. Passe9e une barrie8re se9curise9e (si vous eates allergiques au cf4te9 riche privile9gie9 , le Poisson Rouge va vous de9plaire, parce qu’il y a quand meame un peu de e7a), on pe9ne8tre dans une proprie9te9 tre8s bien entretenue regroupant je pense une dizaine de be2timents. Il y a une belle piscine, les logements sont tre8s e9le9gants, avec un design moderne, et il est difficile de ne pas s’y sentir bien : grand lit confortable, douche classe et spacieuse Le petit-de9jeuner est servi dans une pie8ce commune e0 tous les hf4tes par la tenancie8re en personne, une femme tre8s agre9able (dont la jeunesse e9tonne) et si le choix des options n’est pas renversant, tout est bien servi et de bonne qualite9.Bref, pour moi tout est pratiquement ide9al, e0 part pour le prix (qui est e0 la hauteur de la prestation, mais e0 chacun de juger s’il peut se le permettre).N’he9site pas e0 revenir ici nous dire ce que tu en auras pense9 si tu y passes !

    Répondre à ce message

  • zhang jinyi (jean )

    Le 2 décembre 2010 à 21:26

    il y a une phrase dans ce texte ,c’est :l’une morte ,l’autre vive .quand nous apprenons le français ,comment nous poulons l’apprendre plus vite ?Bien sûr ,on peux aller à la france et l’apprendre dans ce avec tout le monde .chaque jour ,nous doit parler français avec les français ,car ils ne peulent pas nous comprendre si nous parler le Chinois .Et on peut l’écouter en tout temps .mais ,maintemant ,nous ne poulons pas aller en france ,c’est impossible.selon l’auteur de ce texte ,nous devons créer "une petite france "autour de nous ,et ensuite ,nous parlons avec nos etudiants et nos professeurs.nous lisons des livres français ou des journaux français .nous écrivons en français .tout au début ,c’est difficile pour nous ,mais nous poulons travailler beaucoup et à la fin ,nous poulons réussir .par exemple ,ce texte est trop difficile pour moi à comprendre ,parce que il y a beaucoup de mots inconnus.mais,je peux le comprendre généralement par dictionnaire .le français n’est pas notre langue maternelle ,mais on peux l’apprendre comme notre langue maternelle .

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Vous pensez que Mai 68

Clôture du précédent sondage "Sondage du cahier Le pouvoir des mots", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de