Wallonie, « Super » ministère pour super problème


 Articles
Le 1er septembre 2009 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

La Belgique est un pays compliqué. Il y a le gouvernement fédéral et aussi des gouvernements régionaux et communautaires. La semaine dernière, c’était la rentrée pour le gouvernement wallon.

En plus des habituels risques de discussions entre Flamands et francophones, les gouvernements doivent relever 3 autres défis : le développement durable, la bonne gouvernance et la crise qui diminue le budget.

Le développement durable, c’est un développement qui n’a pas de conséquences négatives sur 3 choses : l’économie, le social et l’environnement. C’est une nécessité et en plus, c’est à la mode. En matière de développement durable, c’est surtout le gouvernement de la Région wallonne qui retient l’attention. La nouvelle majorité politique a voulu souligner les très bons résultats d’Ecolo aux élections et l’importance du développement durable. Le gouvernement de la Région wallonne compte 2 ministres Ecolo sur 8.

« Super » ministères

Philippe Henry, Ecolo, est le ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité, des Transports. Et surtout, Jean-Marc Nollet, a un super ministère. Il est ministre du Développement durable et de la Fonction publique. Il est aussi compétent pour l’Energie, le Logement, la Recherche scientifique, les Infrastructures, la Gestion immobilière et la Coordination emploi-environnement. Ouf ! Dans toutes ces compétences, la grande idée est de lier la création d’emplois et un meilleur environnement. Le développement durable est donc une priorité et il est le fil conducteur de la politique wallonne. D’ailleurs, le « super » ministère de Nollet est dans la logique de la nouvelle version du plan de relance wallon appelé le « plan Marshall 2.vert ». 
Avec ce nouveau plan, la nouvelle majorité veut, en même temps : faire du social, développer l’économie et améliorer l’environnement. En plus de son « super » ministère wallon, Jean-Marc Nollet est aussi ministre à la Communauté française. Il est ministre chargé de l’Accueil de la petite enfance, de la Fonction publique, de la Recherche scientifique, de la Gestion immobilière et des bâtiments scolaires. Certains ont évidemment critiqué les « super » ministères de Jean-Marc Nollet. Il n’y a qu’un seul ministre pour de nombreuses compétences. Et ils ont critiqué Jean-Marc Nollet au nom de la bonne gouvernance.

Bonne gouvernance

Avec les affaires qui ont mis en cause plusieurs élus politiques wallons, tous les partis se sont engagés à la bonne gouvernance. La bonne gouvernance ? C’est par exemple, plus de transparence dans le fonctionnement du parlement, du gouvernement, des administrations. C’est veiller à ce qu’il n’y ait plus de problèmes d’intérêt entre la profession privée d’un responsable politique et son mandat politique. C’est aussi moins de cumuls. Un responsable politique n’a que 24H dans une journée. Il ne peut pas être élu dans sa commune, être ministre et avoir en même temps plusieurs postes d’administrateurs dans des Intercommunales et ASBL.

La bonne gouvernance est surtout une priorité d’Ecolo. Et c’est justement un Ecolo qui cumule le plus de responsabilités ministérielles.

Mais on sait aussi que si l’on veut faire du développement durable, on ne peut pas en faire un petit ministère. Pour faire du développement durable, il faut une politique globale qui touche beaucoup de secteurs de la vie économique et sociale. Au niveau fédéral belge, par exemple, le socialiste Paul Magnette a lui aussi un « super » ministère. Il est compétent pour le développement durable, l’environnement, le climat, l’énergie et la protection des consommateurs. Et en France, Jean Louis Borloo est ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement et de l’Aménagement durables. C’est aussi un « super » ministère.

Evidemment, le plus dur reste à faire. Car « faire » du social, développer l’économie et améliorer l’environnement en période de crise... Avant l’été, on prévoyait déjà un déficit déficit ce qui manque pour qu’un budget soit en équilibre du budget 2009 de la Région wallonne de 220 millions d’euros. Et de 500 millions d’euros pour la Communauté française. Pour cette rentrée, souhaitons-nous et souhaitons à nos ministres « bon courage ».

 


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, accueillir des réfugiés, c’est avant tout :

Clôture du précédent sondage "En Belgique, un adulte sur dix ne maitrise pas ou mal la langue :", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de