Attentats en Inde


 Articles
Le 27 août 2007 | |  1 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Samedi soir, trois bombes ont explosé à Hyderabad, une ville du sud de l’Inde. Ces explosions ont fait 42 morts et 50 blessés. Les trois bombes ont explosé à quelques minutes d’intervalle dans deux quartiers de la ville. Deux bombes ont explosé dans un parc au cours d’un spectacle de lumières laser, une autre devant une cantine de rue.
Le bilan de ces explosions est élevé. Il y avait beaucoup de monde en ville. De nombreux mariages hindous devaient être célébrés le lendemain. Le 26 août est en effet considéré comme un jour favorable.

Mais ce bilan aurait pu être encore plus catastrophique. En effet, la police a découvert dix-neuf autres bombes partout dans la ville : à des arrêts d’autobus, à des carrefours et des ponts piétonniers. Ces 19 autres engins n’ont pas explosé ou ont été désamorcés. Les attentats d’Hyderabad n’ont pas été revendiqués. Mais d’après l’enquête, ce sont des groupes terroristes islamistes étrangers qui ont posé les bombes. Probablement, des organisations terroristes basées au Pakistan ou au Bangladesh.

Le BJP, parti de l’opposition, a accusé le gouvernement de ne pas avoir pris toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des habitants. Il a d’ailleurs appelé à la grève ce lundi.
Hyderabad est la capitale de l’Etat de l’Andhra Pradesh. Cette ville compte 6,5 millions d’habitants. 38% de ces habitants sont musulmans. Dans cette ville, il y a déjà eu des tensions entre les communautés hindoue et musulmane. En mai dernier, une bombe posée à la Mosquée d’Hyderabad avait tué onze personnes.

Il y a 1,1 milliard d’habitants en Inde. Parmi eux, 140 millions de musulmans. Depuis deux ans, il y a un attentat tous les trois mois en Inde. En juillet 2006, des bombes avaient explosé dans sept trains de banlieue   à Mumbaï (ex-Bombay). Elles avaient fait plus de 200 morts.

Le gouvernement de l’Inde affirme que des "terroristes" étrangers veulent détruire l’unité du pays. Et certains médias indiens accusent le groupe Harkatul-Djihad-al-Islami. Ce groupe fondamentaliste est basé au Bangladesh, pays voisin de l’Inde. Le groupe Harkatul est interdit. Il veut instaurer la loi islamique au Bangladesh, pays à majorité musulmane.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

La langue française dans le monde
La langue française dans le monde
Le 23 mars 2017
Selon l’Organisation internationale de la Francophonie, il y a 274 millions de francophones dans...
Visages, villages et beau langage
Visages, villages et beau langage
Le 13 juillet 2017
Une vieille cinéaste punk qui perd la vue et un jeune photographe aux lunettes noires vont à la...
Fidel Castro, mort d’un symbole
Fidel Castro, mort d’un symbole
Le 28 novembre 2016
Fidel Castro vient de mourir à l’âge de 90 ans. Fidel Castro a dirigé Cuba de 1959 à 2006. Il a...
La langue française est en fête
La langue française est en fête
Le 23 mars 2017
Du 18 au 26 mars, la langue française est en fête  ! A cette occasion, il y a beaucoup d’activités...

Vos commentaires

  • Steffie

    Le 8 décembre 2011 à 04:10

    I really wish there were more arictles like this on the web.

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.

Avec le soutien de