Né en 17 à Leidenstadt

Jean-Jacques Goldman

 Cahiers  70 ans de paix, après la barbarie
Le 9 juin 2014 |  Lydia Magnoni |  2 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Chanson de Jean-Jacques Goldman

Et si j’étais né en 17 à Leidenstadt

Sur les ruines d’un champ de bataille

Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens

Si j’avais été allemand ?

Bercé d’humiliation, de haine et d’ignorance

Nourri de rêves de revanche

Aurais-je été de ces improbables consciences

Larmes au milieu d’un torrent

Si j’avais grandi dans les docklands de Belfast

Soldat d’une foi, d’une caste

Aurais-je eu la force envers et contre les miens

De trahir : tendre une main

Si j’étais née blanche et riche à Johannesburg

Entre le pouvoir et la peur

Aurais-je entendu ces cris portés par le vent

Rien ne sera comme avant

On saura jamais c’qu’on a vraiment dans nos ventres

Caché derrière nos apparences

L’âme d’un brave ou d’un complice ou d’un bourreau ?

Ou le pire ou plus beau ?

Serions-nous de ceux qui résistent ou bien les moutons d’un troupeau

S’il fallait plus que des mots ?

[Refrain]

Et si j’étais né en 17 à Leidenstadt

Sur les ruines d’un champ de bataille

Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens

Si j’avais été allemand ?

Et qu’on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps

D’avoir à choisir un camp

Le clip de la chanson


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Pierre

    Le 11 juin 2014 à 19:23

    Je suis un peu partagé quand j’écoute cette chansion, je la connaissais pas. C’est bien mais faut pas tout mélanger : l’Iralnde, par exemple...avec les nazis et l’Afrique du Sud, c’est pas la même chose quand on s’engage pour ou contre...
    Bon la chanson a le mérite de poser la question

    Répondre à ce message

  • Jean

    Le 10 juin 2014 à 21:56

    C’est une superbe chanson !

    La chanteuse française Barbara a chanté aussi une belle chanson sur le même sujet.
    Elle s’appelle "Göttingen".

    Elle était une enfant juive durant la guerre, mais elle a échappé à la déportation en Allemagne.

    En 1954, elle a été invitée à chanter pendant une semaine dans un petit théâtre de la ville de Göttingen en Allemagne. C’était juste 10 ans après la fin de la guerre...

    Elle est allée à Göttingen et elle a été très bien accueillie et très applaudie par le public allemand.

    Cela lui a fait tellement plaisir que pour les remercier, elle a écrit cette chanson d’amour pour "les enfants blonds de Göttingen". (Elle adorait les enfants...)

    En Allemagne, le succès de cette chanson a été tellement important, qu’on lui a demandé de la traduire et de la chanter en allemand sur un deuxième disque.

    Voilà le lien de la chanson : http://www.dailymotion.com/video/x1ae08_barbara-gottingen_music

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.

Avec le soutien de