Quand le pétrole est un héros


 Cahiers  Cher pétrole
Le 1er novembre 2006 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le pétrole a depuis longtemps déjà, inspiré les écrivains, les auteurs de BD et les réalisateurs de films et de séries. Tout le monde se souvient de « Tintin au pays de l’Or Noir », ou encore de la série « Dallas ». Récemment, deux films « Syriana », de Stephen Gaghan et « Une vérité qui dérange », de Davis Guggenheim abordent le théme sous des angles différents.

Syriana, de Stephen Gaghan

Sorti sur les grands écrans au printemps dernier, « Syriana » est maintenant en DVD. Il montre comment le pétrole lie les intérêts économiques et politiques. « Syriana » est le dernier film de Stephen Gaghan avec George Clooney, Matt Damon, Jeffrey Wright, Chris Cooper, William Hurt, Tim Blake Nelson et Amanda Peet. Le film a été tourné directement sur le terrain, sur fond de paysages du Golfe. Le film nous projette dans le monde du pétrole... Tout est lié, lisait-on sur l’affiche du film. Et oui, tout est lié dans ce film. Disons-le, il faut être un spectateur attentif attentif qui veille, qui protège pour suivre toutes les histoires qui s’y trouvent. Il y a l’agent secret de la CIA, vieillissant, qui comprendra trop tard que le monde a changé. Il y a le jeune avocat noir américain qui aide une société pétrolière américaine à ne pas avoir d’ennuis avec la justice. Il y a bien sûr les pétroliers américains qui veulent garder du pouvoir dans un monde du pétrole où la Chine et le Kazakhstan jouent maintenant un rôle. Il y a le jeune expert pétrolier, qui travaille pour une société financière avant de devenir le conseiller d’un prince arabe réformateur. Ce prince arabe qui veut modifier les rapports de forces économiques et financiers dans son pays et démocratiser la société. Il y a le jeune ouvrier pakistanais, immigré dans un pays arabe, qui perd son emploi d’ouvrier pétrolier et se laisse entraîner dans un islam extrême. Le film montre, à travers des destins individuels, que le monde d’aujourd’hui n’est pas celui de nos pères. Mais les intérêts économiques, politiques et financiers autour de la production de pétrole sont, eux, toujours là.

Syriana, le débat

Des défenseurs du développement durable animent un site autour du film. « Tout le monde à un avis sur la crise du pétrole », le site nous propose donc d’en débattre en répondant à un sondage, en ajoutant un commentaire ou une information sur le pétrole et sur les problèmes d’environnement ou de société qu’il pose.

Liens intéressants vers des articles de presse.

Une vérité qui dérange, de Davis Guggenheim

Sorti en salle le 11 octobre, « Une vérité qui dérange » aborde les conséquences écologiques du pétrole. Ce documentaire a été réalisé par Davis Guggenheim. Il met en scène Charles Berling et.... Al Gore. Al Gore a été vice-président des Etats-Unis. Il a même failli devenir président. Il a perdu, de justesse, en 2000 face à ... Georges W Bush. Depuis qu’il est étudiant et tout au long de sa carrière politique, Al Gore s’est intéressé aux problèmes écologiques. Après sa défaite en 2000, il a pris la route pour donner des conférences sur le réchauffement climatique. Il veut persuader les Etats-Unis de prendre ce problème au sérieux. Son "show" est basé sur des informations scientifiques, des prévisions, des schémas, des dessins. Al Gore a présenté sa conférence plus de 1 000 fois sur le continent américain. C’est en y assistant que deux producteurs ont songé à en faire quelque chose qui pourrait toucher un plus vaste public. Un film documentaire.

« Une vérité qui dérange » montre donc les conséquences dramatiques du réchauffement climatique. Selon Al Gore, nous sommes assis sur une bombe à retardement. Des savants du monde entier pensent qu’il nous reste à peine dix ans pour éviter une catastrophe planétaire : un climat déréglé, des inondations, des longues périodes de sécheresse, des vagues de chaleur meurtrières. Cette catastrophe d’une ampleur sans précédent, nous en serions les premiers responsables. Par exemple, ce sont les gaz à effet de serre qui creusent un trou dans la couche d’ozone. Or ces gaz, nous les produisons tous, notamment avec nos voitures, ou encore en allumant nos poêles et chaudières au mazout. Mais nous pouvons encore éviter la catastrophe.

Sur le site officiel du documentaire, on peut découvrir en jouant les gestes simples qui pourront sauver notre planète. Des gestes du quotidien (ne pas prendre sa voiture, préférer une douche, éteindre la télé...) qui, s’ils sont appliqués par tous, permettront, selon Al Gore, d’éviter le drame.

 


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, les femmes subissent plus de violences que les hommes

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de