Il était une fois d’Incroyables Comestibles…

Céline Teret

 Cahiers  Des lendemains qui chantent
Le 14 février 2017 |  Lydia Magnoni

Un bac de légumes en rue, des plantes aromatiques au milieu d’une place, des petits arbres fruitiers le long des façades… Avec les Incroyables Comestibles, des potagers s’installent dans les quartiers. Et tout le monde peut se servir !


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Téléchargez un exercice en bas d’article

A Liège, Ath, Tournai, Bruxelles, Barvaux, Courtrai, Soignies, Namur… mais aussi dans d’autres villes de Belgique et du monde, des groupes de citoyens s’unissent pour installer des mini-potagers en rue, sur les places, les bords de fenêtres ou les balcons. Les fruits et légumes qui poussent peuvent alors être cueillis par tout le monde, gratuitement. Ces jardiniers engagés ont créé les Incroyables Comestibles, de l’anglais « Incredible Edible ».

Venu d’Angleterre

Cette idée est née il y a presque dix ans dans la ville anglaise de Todmorden. Des citoyens ont commencé à planter légumes, fruits, aromates et toutes sortes de plantes comestibles (qui se mangent) devant chez eux. Depuis, de grands bacs fleurissent toute l’année sur les places, dans la rue, devant les maisons, les magasins, l’hôpital ou le commissariat de la ville. Cette nourriture à portée de main est gratuite et accessible à tous, à tout moment. Les mini-potagers collectifs se sont de plus en plus étendus. Grâce à cela, la ville de Todmorden, où vivent 15 000 habitants, a réussi à atteindre plus de 80 % d’autosuffisance alimentaire. Ce qui signifie qu’elle produit localement la plupart des fruits et légumes nécessaires pour nourrir sa population et ne doit donc plus faire venir ces aliments d’autres régions.

D’autres incroyables

Cette initiative anglaise en a très vite inspiré d’autres. Le mouvement s’est étendu à d’autres pays ! Des bacs en bois et pots s’installent partout, avec une pancarte « Nourriture à partager ». Peut-être en avez-vous d’ailleurs croisé près de chez vous ?
Parfois, ce sont quelques habitants qui décident de mettre cela en place et installent des bacs devant leur porte. Parfois, ce sont des associations, des maisons de quartiers, des groupes de citoyens, des écoles… Le projet prend alors une plus grande ampleur. A Liège, par exemple, une « Incroyable Passerelle » a été installée l’été passé à l’entrée d’un pont sur la Meuse. Une centaine de bénévoles ont participé au projet. Ils ont construit, semé, planté et arrosé les bacs. Dans certaines communes, il existe désormais des potagers collectifs plus grands qu’un simple bac et fréquentés par de nombreux habitants. Ailleurs encore, des bacs sont décorés de manière très artistique afin d’embellir l’espace public.
Dans la ville française d’Albi, les citoyens ont même réussi à convaincre la ville d’atteindre l’autosuffisance alimentaire d’ici à 2020. Les aliments devront venir de la ville et des alentours, dans un rayon de 60 km. En Belgique aussi, des mouvements citoyens souhaitent que les communes favorisent davantage les productions locales.

A vous le tour ?

Pour devenir un Incroyable Comestible, il suffit soit de rejoindre un groupe existant soit d’en créer un. La démarche à suivre est simple et se fait en quelques étapes. La première étape est de faire un groupe et de décider où l’action sera menée. Certaines personnes agissent seules et décident simplement de faire cela devant chez elles. Ensuite, il faut évidemment semer et planter des plantes comestibles dans un bac ou un autre support. Pour informer les passants, il faut coller, sur le bac, une affiche « Nourriture à partager » et mettre un petit texte qui explique ce que c’est. Les passants savent ainsi que les fruits et légumes peuvent être cueillis par tout le monde, gratuitement.
Le mieux est d’agir à plusieurs, pour ne pas être seul à porter le projet, pour se relayer dans l’entretien des plantations, dans l’arrosage, dans la communication… Une autre étape est aussi d’interpeller les élus locaux et faire de la pub autour de soi et dans les médias pour faire connaître le mouvement.
Belgique
Pour savoir s’il y a déjà un groupe Incroyables Comestibles dans votre commune et pour plus d’informations.

La carte des groupes Incroyables Comestibles en Belgique

La carte des groupes Incroyables Comestibles en France

Le fichier du texte

Word - 148.2 ko

L’exercice

Word - 506 ko

Et sa correction

Word - 511.1 ko

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Pour l’environnement, la science pas le silence
Pour l’environnement, la science pas le silence
Le 22 février 2017
Aux Etats-Unis, Donald Trump prend des décisions catastrophiques pour l’environnement et le...
Des associations militent pour le climat
Des associations militent pour le climat
Le 21 février 2017
Beaucoup d’organisations internationales et d’associations luttent depuis longtemps pour la...
Un peu de sel dans votre vie ?
Un peu de sel dans votre vie ?
Le 22 février 2017
Un soir de janvier. Un local d’un centre de formation de la région de Charleroi. C’est là qu’ils...
Le plein de projets pour demain
Le plein de projets pour demain
Le 19 février 2017
En novembre 2016, les stagiaires du groupe de remise à niveau en néerlandais de la FUNOC sont...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de