L’hospitalité pour sauver l’Europe


 Cahiers  Frères humains
Le 19 février 2018 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : Thierry Verhoeven

Edwy Plenel est un célèbre journaliste français. Il n’hésite pas à intervenir dans les grands débats de société. Son dernier livre s’appelle "Le devoir d’hospitalité hospitalité le fait d’accueillir quelqu’un sous son toit. Plus généralement, le fait de faire un bon accueil à quelqu’un qui nous est étranger. ". Dans ce petit livre de 32 pages, Plenel ne fait pas de grandes démonstrations. Il montre simplement que des citoyens d’Europe aident les migrants parce que les gouvernements ne les aident pas. En aidant les migrants, ces citoyens sauvent, en même temps, l’Europe, ses valeurs et son avenir.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

« Un jour, on se souviendra avec honte qu’en France, au début du 21e siècle, une démocratie, son État, ses gouvernants et ses juges ont criminalisé ce geste élémentaire d’humanité : la solidarité. » L’accusation est lourde. C’est le journaliste Edwy Plenel qui accuse ainsi. Car en France, la justice a condamné un homme qui aidait les migrants. Cet homme, c’est Cédric Herrou. Cédric Herrou est un fermier des Alpes maritimes, région de France à la frontière avec l’Italie. Cédric Herrou aide les migrants.

Coupable d’aider les migrants

Depuis 2015, Cédric Herrou aide les migrants qui veulent passer d’Italie en France. Il en a caché dans sa voiture pour traverser la frontière. Il en a logé une cinquantaine dans une gare française abandonnée. Le 8 août 2017, Cédric Herrou a été condamné à 4 mois de prison avec sursis et 1 000 euros d’amende. Cédric Herrou n’est pas le seul citoyen en France et dans d’autres pays d’Europe à aider les migrants.

Beaucoup de citoyens estiment que leur pays et l’Europe n’ont pas une politique humanitaire envers les migrants. Ils aident donc les migrants à la place de leur gouvernement. Dans son petit livre, le journaliste Edwy Plenel souligne l’action de ces citoyens. Des citoyens regroupés souvent en associations.

Edwy Plenel montre en exemple, le président de SOS Méditerranée. SOS Méditerranée a un navire, l’Aquarius, qui sauve les migrants qui risquent de se noyer en traversant la Méditerranée. Ce président, Francis Vallat, a occupé de hautes responsabilités dans le monde maritime français, il dit : « La Méditerranée, on peut s’y baigner, pêcher, y passer du bon temps, mais on ne peut pas non plus regarder ailleurs, on ne peut pas laisser mourir les migrants sans les aider. »

Sauver l’âme de l’Europe

Pour Francis Vallat, comme pour Edwy Plenel, l’Europe est face à un défi humanitaire qu’elle n’a plus connu depuis les deux guerres mondiales du 20e siècle. « L’Europe a rendez-vous avec son âme ». Et l’âme de l’Europe, c’est, entre autres, les devoirs d’hospitalité hospitalité le fait d’accueillir quelqu’un sous son toit. Plus généralement, le fait de faire un bon accueil à quelqu’un qui nous est étranger. et la solidarité. Mais les Etats et l’Europe ne font pas face à ces devoirs envers les migrants. La France condamne même ce devoir de solidarité en condamnant Cédric Herrou parce qu’il a aidé les migrants.

Pourtant, écrit Plenel, qu’apprend-on dans les écoles de France ? Dans les programmes scolaires, la solidarité arrive juste après la devise républicaine « Liberté, Egalité, Fraternité ». Et toujours dans les programmes de l’éducation nationale, on lit que « la jeunesse doit développer une aptitude à vivre ensemble portée par l’humanisme. » Pour Plenel, la solidarité et le devoir d’hospitalité envers les migrants, c’est l’âme de l’Europe.

Sauver l’Europe

Edwy Plenel rappelle que le nom d’Europe vient du nom d’une divinité grecque et que Zeus, dieu suprême dans la mythologie grecque, est aussi le dieu de l’hospitalité. Et Plenel montre que cette idée d’hospitalité traverse les textes du droit international, des droits de l’homme. Cette idée d’hospitalité est dans les plus grandes philosophies. En plus, ce n’est pas par simple humanisme, par simple morale, qu’il faut aider les migrants.

Edwy Plenel cite des chercheurs qui expliquent que l’on nous fait voir la migration comme anormale alors que c’est la chose la plus normale du monde. « L’humanité est en mouvement » dit Plenel. Les gouvernements européens refusent cette réalité. À cause de la politique européenne, 40 000 migrants sont morts depuis 2 000 en essayant de rejoindre l’Europe. Plenel cite encore le grand historien et philosophe Pierre Vernant, résistant aux occupants nazis pendant le guerre 40-45 : « Demeurer enclos dans son identité, c’est se perdre et cesser d’être (…) On se connaît, on se construit par le contact, l’échange avec l’autre. » Non, nous dit Plenel, l’humanité n’est pas assignée à résidence.

Le devoir d’hospitalité, Edwy Plenel, Editions Bayard
3,5 euros en France, 3,95 euros en Belgique


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Le Francken n’est pas (encore) tombé
Le Francken n’est pas (encore) tombé
Le 23 janvier 2018
Dimanche 21 janvier, une chaine de 2 500 personnes s’est formée à Bruxelles pour empêcher une...
Oasis
Oasis
Le 14 mars 2018
Katia Lanero Zamora est une jeune écrivaine belge. Elle a abordé le drame des réfugiés dans une...
Migrant, réfugié ? Le poids des mots
Migrant, réfugié ? Le poids des mots
Le 13 mars 2018
« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. » , disait l’écrivain Albert Camus....
Manifester pour régulariser les sans-papiers
Manifester pour régulariser les sans-papiers
Le 13 novembre 2017
Il est difficile de connaitre le nombre de sans-papiers en Belgique. Ils sont entre 100 000 et...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Vous pensez que Mai 68

Clôture du précédent sondage "Sondage du cahier Le pouvoir des mots", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de