Encore un Belge, mille sabords


Le 1er septembre 2005 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : Lydia Magnoni
|  1 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Les aventures de Tintin ont bercé mon enfance. Il aura pourtant fallu
des années avant que je m’intéresse au nom « Hergé »,
présent sur tous les albums. Comment, derrière les personnages
de Tintin, Milou, Haddock, Tournesol, Nestor et la Castafiore, il y avait un
créateur de chair et d’os ! Tonnerre de Brest !

Derrière le pseudonyme Hergé, se cachent les initiales de Georges
Rémi. Il est né à Bruxelles en 1907, à Etterbeek.
Excellent élève, il dessinait pourtant déjà dans
la marge de ses cahiers. Dans son enfance, Hergé a fait partie des boys
scouts de Belgique. Il a publié dans « Le boy scout belge »,
les aventures de « Totor, CP des Hannetons ».


Photo : Belga

Du XXe au petit vingtième

Après ses études, Hergé trouve un travail au service des
abonnements du journal le XXe siècle, « journal catholique de doctrine
et d’information ». Il suit aussi des cours de dessin à Saint-Luc.
Après son service militaire, Hergé revient au journal. Il s’occupe
de photos, de lettrage, de mise en page. On lui demande aussi de s’occuper
d’un supplément pour les jeunes. Ce sera le petit vingtième.
C’est dans ce supplément que Totor, devenu Tintin, et accompagné d’un
fox-terrier appelé Milou, apparaîtra pour la première fois
en 1929. Tintin est journaliste reporter. Sa première aventure paraîtra
sous forme de série : deux planches en noir et blanc par semaine. Elle
l’emmènera aux « Pays des Soviets ».

C’est tout de suite un succès. On vend jusqu’à six
fois plus de journaux le jour du supplément jeunesse. La seconde aventure
emmène Tintin au Congo. Et en 1932, le petit reporter part en Amérique.
C’est à partir de cette année-là que les aventures
de Tintin seront aussi publiées sous forme d’album chez Casterman.
Et cette année-là, Hergé se marie.

Il publie ensuite « Les Cigares du Pharaon ». C’est à cette époque
qu’il rencontre un étudiant chinois, Tchang Tchong Jen, qui lui
fait découvrir la Chine. Ce sera le début d’une grande
amitié... et d’un album « Le Lotus bleu ». Avant d’être
mobilisé en 1939, Hergé publiera encore « L’oreille
cassée », « L’île noire », et « Le
Sceptre d’Ottokar ».

La guerre

Photo : Belga

Pendant la guerre, Hergé est envoyé dans le Nord de la Belgique.
Il continue pourtant à envoyer au petit XXe, les planches de « Tintin
au pays de l’or noir ». Jusqu’au moment où, en 1940,
la publication du journal « Le XXe » sera interrompue par les Allemands.
Hergé entre alors au Soir. Les aventures de Tintin y seront publiées
chaque jour sous forme de mini strips.
Pendant l’Occupation, on évite
les sujets liés à l’actualité. C’est à cette
période que paraîtront « Le crabe aux pinces d’or », « L’étoile
mystérieuse », « Le Secret de la licorne », « Le
Trésor de Rackham le Rouge » et « Les sept boules de cristal ».
Toutes ces histoires recherchent l’évasion, le rêve. A cette époque
Hergé rencontre Edgar P Jacobs,
qui deviendra son assistant. Et Casterman publie la première aventure de Tintin en couleurs : « L’étoile
mystérieuse »

Les studios Hergé

Après la libération, comme tous les journalistes qui ont continué à publier
pendant la guerre, Hergé sera interdit. Il crée en 1946 le journal
Tintin, journal des jeunes de 7 à 77 ans. C’est là qu’Hergé devient
réellement très célèbre. Il publie « Le Temple
du soleil ». Et en 1950, il crée les studios Hergé. Des
grands noms de la BD y travailleront : Bob De Moor, Jacques Martin, Roger Leloup,
Baudouin Van der Branden. Neuf aventures de Tintin seront encore publiées
par les Studios Hergé. Mais le rythme des publications ralentit. A cette époque,
Hergé voyage beaucoup. En 1976, il retrouve Tchang Tchong Jen, son ami
chinois, qui avait servi de modèle au personnage de Tchang. Quand Hergé mourra
en 1983, de nombreux journaux lui réserveront leur Une. Et le quotidien
Libération illustrera tous ses articles avec des dessins extraits des
aventures de Tintin.

Depuis la mort d’Hergé le succès des aventures de Tintin
n’a pas faibli. A quoi cela tient-il ? Aux scénarios, au côté attachant
des personnages, ou à un sort que nous aurait lancé la momie
de Rascar Capac ? A quoi tient donc le génie d’Hergé ? Diable
d’homme !


Auteur : Lydia Magnoni
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • ludovic

    Le 17 avril 2008 à 13:23

    tintin est un heros belge et est personnage de bd qui marque la belgique. je suis belge et j ’ en suis fier.

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Lutter contre le réchauffement du climat, c’est avant tout l’affaire des :

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2019 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de