La Belgique, un pays qui bouge


 Cahiers >  Fume, c’est du belge Le 1er septembre 2005 | |  2 messages
Le fonctionnement actuel de la Belgique n’a plus grand-chose à voir avec celui du 19e siècle. Cette évolution s’explique notamment par le fait qu’au siècle dernier, le pays était dominé par les francophones...

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir


Photo Belga

“La Belgique est un Etat fédéral qui se compose des communautés

et des régions”. C’est, depuis 1993, le 1er article de la

Constitution belge. Notre pays compte donc trois communautés (française,

flamande et germanophone) et trois régions (wallonne, flamande et de

Bruxelles-Capitale) qui ont un parlement et un gouvernement. Et donc, un pouvoir

qui leur est propre. Leurs responsables peuvent prendre certaines décisions

dans des domaines bien définis. Ainsi, les compétences des communautés

touchent tout ce qui se rapporte aux personnes : la culture, le sport, l’enseignement,

la santé, l’emploi des langues dans l’administration, etc.

Tandis que les régions s’occupent davantage de ce qui concerne

le territoire : l’agriculture, l’environnement, le logement, la

politique de l’eau, etc. Cela signifie donc que pour toutes ces matières,

les habitants peuvent être traités différemment selon l’endroit

du pays où ils vivent.

Par ailleurs, certaines compétences restent communes à l’ensemble

du pays. C’est le cas de la police, de l’armée, de la sécurité sociale,

de la justice, etc. Elles sont prises en charge par le parlement et le gouvernement

fédéral.

Un pays jadis dominé par les francophones

Le fonctionnement de la Belgique n’a pas toujours été si

compliqué. De 1830 à 1970, la Belgique était un Etat unitaire unitaire qui est pour l’unité, pour agir ensemble .

Il n’y avait donc qu’un parlement et qu’un gouvernement qui

prenaient des décisions pour l’ensemble du pays. Pour comprendre

cette évolution importante, il faut se pencher sur l’histoire

de la Belgique. Dans les années qui ont suivi l’indépendance,

notre pays était essentiellement dirigé par des membres de la

bourgeoisie. Or, à l’époque, la langue parlée par

la bourgeoisie (aussi bien en Wallonie qu’en Flandre) était le

français. Ces personnes ont donc imposé leur langue à tous

les habitants du pays, même à ceux qui ne la comprenaient pas !

Résultat : pendant une bonne partie du 19e siècle, le français était

la seule langue utilisée dans les écoles et à l’armée,

mais aussi pour la justice et l’administration. Très vite, les

membres du mouvement flamand ont protesté contre cette situation et

ont exigé l’utilisation de leur langue, à côté du

français. Finalement, vers 1880, des lois ont autorisé l’utilisation

du néerlandais dans la justice, l’administration et l’école.

Où va la Belgique ?

Après s’être occupé de l’utilisation des langues,

le mouvement flamand a voulu modifier l’organisation du pays. En effet,

les Flamands en avaient assez d’être dominés par les francophones.

Ils ne voulaient donc plus de cet Etat unitaire et voulaient que leur région

ait davantage de pouvoir, d’autonomie. Ce que l’on oublie souvent

c’est qu’à l’époque mais pour d’autres

raisons, ce souhait était aussi partagé par certains francophones,

entre autres par le mouvement wallon.

Pour modifier le fonctionnement du pays, il fallait procéder à ce

que l’on appelle une réforme de l’Etat. Et celle-ci ne pouvait

pas se faire rapidement, notamment parce qu’il fallait modifier la Constitution.

Finalement, la première étape de cette réforme de l’Etat

est accomplie en 1970. Cette année-là, trois communautés

culturelles voient le jour. Comme leur nom l’indique, elles offrent aux

néerlandophones, aux francophones et aux germanophones, une certaine

autonomie en matière de culture. Vingt-trois ans plus tard, la Belgique

devient officiellement un Etat fédéral.

Cette réforme de l’Etat n’est probablement pas achevée.

Depuis 1993, les communautés et les régions ont acquis de nouvelles

compétences. A quoi ressemblera le fonctionnement de la Belgique dans

le futur ? Les différentes communautés et régions du pays

vont-elles gagner toujours plus d’autonomie, jusqu’à la

séparation totale ? L’avenir nous le dira...

Anouck Thibaut


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Rosalie

    Le 8 mai 2012 à 15:24

    Jeff !un petit verre on a soif.....
    La bière se porte bien et elle ne connaît pas la crise.
    Il y a un gros malin qui a bien investit !
    Vive l’opportunisme !
    Avons nous une bière trilingue ?une bière qui unit tous les Belges en chantant:Jeff !un petit verre ,on a soif !
    On exporterait la bière de l’union et de la paix dans le monde entier et on mettrait les bénéfices dans les caisses pour la justice,l’éducation et la santé.

    Répondre à ce message

  • bharissam

    Le 20 novembre 2005 à 14:32

    et bien premierement je vous salue et je vous remercie pour nous donner l’ honneur de vous parler
    pour faire valoir mes point de vue
    et bien moi je suis un marocain
    pour moi l’ ambassadede belgique au maroc s’ est transforme a une machine a broyer les desirs et les ambitions ne te surprend pas car je ne dis que la verite
    et bien moi je suis un etudiant qui a montre du zele pour ces etudes
    j’ ai fait le possible et l’ impossible pôur avoir ma lmicence en droit prive
    et je l’ ai eu avec mention
    mon ideale etais de suisvre mes etudes a l"’ etranger et surtout a l’ universite libre de bruxelles
    j’ ai eu mon inscriptionpour suivre les etudes de 3 eme cycle en droit d’ homme
    tu va poser le question pour quoi j’ ai choisi les droits de l’ homme
    et bien tout simplement parceque ma religion l’ islam appelle au respect des droits de l’ homme et malhereusementtous les pays se sont developpes en cequi concerne le respect de ces droits sauf les pays musulmans
    alors je me suis engage a defendre ma religionet a soutenir tout individu qui subit des injustices
    je t’ ecris tout ca avec le sang et- les larmes car votre ambassade m’ a prive de ce droit
    en disant q’ uil me faut un autre garant
    mon pere a eu 9000dollardpour justifie q’ u il est capable de rembourser mes etudes
    mais l ambassade a eu un autre point de vue
    alors je vous demande d’ inclure le droit de suivre les etuides a l’ etranger parmi les droits de l’ homme
    et bien maintenat j’ ai reste au maroc qui est derige par une classe politique corrompu qui ne veut que plaire au roi sans prendre en consideration les aspirations du people
    outre je tiens a vous dire monsieur que l’ islam est loin d’ etre une religion de terroriste
    au contraire c’ est une religion de pâix et d’ amour et de savoir
    et ces imbeciles qui commettent ces boucherie au nom de l’ islam ne sait rien de l’ islam
    n’ oublie pas monsieur d’ envoyer mes salue a la reine paola qui nous a visite a fes et que je respecte beaucoup
    dans l’ attente d’ une reponse favorable de votre part veuillez agrrer monsieur les expressions de mes salutations les plus distingues
    bharissam1@hotmail.fr

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, la Belgique, c’est avant tout

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2022 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de