Non à la culture du viol !

Pauline Legros, Vie féminine

 Cahiers  La moitié du ciel ?
Le 22 août 2016 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven

Aux Etats-Unis, un jugement pour viol a fait scandale : le coupable a été condamné à une peine très légère. Suite à ce jugement, un nouveau projet de loi concernant le viol a été déposé. L’affaire montre qu’il y a une « culture du viol » et pas seulement aux Etats-Unis… Des mouvements de femmes luttent contre la « culture du viol » et se battent pour le respect des droits des femmes. Vie féminine est un de ces mouvements.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

En Californie, le 2 juin, un jeune homme, Brock Turner, a été condamné à seulement 6 mois de prison, dont 3 mois de prison fermes pour agression sexuelle sur une jeune femme inconsciente. La peine maximum prévue est pourtant de 14 ans de prison mais le juge a déclaré : « Une peine de prison aurait un impact sévère pour le coupable. Je pense qu’il n’est plus un danger pour la société ». Et le père du violeur avait déclaré avant le procès que son fils ne méritait pas une peine trop dure pour « 20 minutes d’action sur une vie de 20 ans. » Quant à la jeune femme victime, elle a lu au procès une longue lettre où elle décrit « l’impact sévère » que l’agression a eu sur elle. Sa lettre montre sa détresse, sa souffrance mais aussi son courage et sa force. L’affaire a fait scandale. L’agresseur est un ancien étudiant de la célèbre université de Stanford et un espoir de la natation américaine. C’est pour cela que le juge a été clément. Beaucoup de gens ont dénoncé la décision du juge. Mais aussi la culture du viol acceptée par une partie de la société américaine.

Un projet de loi contre la culture du viol

Un projet de loi a été déposé pour qu’un juge ne puisse pas alléger trop facilement les peines des coupables. Et un million de personnes ont signé une pétition qui réclame la démission du juge de cette affaire de viol. Cette pétition dit : "Le juge n’a pas voulu voir que le fait que Brock Turner soit un homme blanc et une star du sport dans une fameuse université ne lui donne pas le droit à la clémence. Il n’a pas non plus voulu envoyer ce message : les agressions sexuelles sont des crimes, indépendamment de la classe sociale, de la race, du genre et autres." Tout ça nous rappelle que la culture du viol existe encore et toujours dans notre société.

La culture du viol, qu’est-ce que c’est ?

La culture du viol, c’est le fait de considérer les violences sexuelles envers les femmes comme normales. C’est une société ou une culture où l’on ne dit pas aux gens de ne pas violer, mais plutôt de ne pas être violés (violées). La “culture du viol” se voit dans les attitudes de la société et des institutions. Notamment dans la peine très légère contre Brock Turner. Et dans le fait que beaucoup de viols ne sont pas dénoncés : seulement 1 % des viols sont condamnés. Le viol est considéré comme quelque chose de banal. Les gens ne trouvent pas cela très grave, en font des blagues ou pensent que ça n’a lieu que dans des recoins sombres et isolés.

Blâmer les victimes

Le fait de blâmer les victimes fait partie de la culture du viol. Cela veut dire qu’en cas d’agression sexuelle, souvent on va demander : “Oui, mais elle était habillée comment ?” — “Où était-elle ?” - “Il était quelle heure ?” — “Seule ou accompagnée ?” — “Elle avait bu ?” — “Il faisait sombre ?”, “Est-ce qu’elle s’est défendue ?” C’est-à-dire qu’on cherche la cause du viol chez la victime : “en même temps, quand on voit la longueur de sa jupe, faut pas s’étonner…” Il n’y a pourtant qu’une seule réalité : la seule cause d’un viol, c’est le violeur ! Mais on a même tendance à excuser l’agresseur, à lui trouver des circonstances atténuantes : c’est à cause de ses pulsions, de l’alcool, etc.
La culture du viol, c’est aussi remettre en question la parole de la victime, douter de ce qu’elle raconte, ne pas la croire et plutôt croire l’agresseur.

Femmes objets

La culture du viol, c’est aussi le fait de voir les femmes comme des objets. Et de montrer des images de violences envers les femmes. Ces images nous font croire que la violence envers les femmes est normale, qu’elles aiment ça. On en voit partout : dans la publicité, les jeux vidéos, les films. Nous ne nous en rendons même plus compte. Nous y sommes devenus insensibles.
La culture du viol, c’est aussi le fait de conseiller à un homme d’insister un peu quand sa partenaire refuse une relation sexuelle.

Pour lutter contre la culture du viol

Pour lutter contre les viols, il faut lutter contre cette culture du viol. La culture du viol est véhiculée autant par les hommes que par les femmes. Pour détruire la culture du viol, commençons par croire les victimes, par condamner les agresseurs et non de faire des victimes les coupables. Apprenons aux gens à NE PAS VIOLER (quelle que soit la tenue, le taux taux pourcentage, partie d’un ensemble d’alcoolémie, l’attitude de la personne) plutôt qu’à NE PAS ÊTRE VIOLÉ.E. Apprenons toutes et tous ce qu’est le consentement : ne pas dire “non” ne veut pas dire “oui”.

A Vie Féminine, on lutte contre la culture du viol en refusant de culpabiliser les victimes, en refusant le sexisme, en refusant les publicités qui montrent les femmes comme des objets, en proposant des animations, en développant des activités créatives qui renforcent les femmes…

La très belle lettre de la jeune femme victime du viol :
https://www.buzzfeed.com/katiejmbaker/la-lettre-puissante-quune-victime-a-lue-a-son-violeur-pendan

Vie Féminine est un mouvement de femmes d’âges, de cultures, de convictions, de milieux et d’horizons politiques différents, unies et solidaires rassemblées autour d’actions, d’activités, de projets entre femmes et pour les femmes.
Concrètement, on peut entrer dans le mouvement par plusieurs portes : action jeunes femmes, ateliers d’alphabétisation, activités manuelles et artistiques, des rassemblements, des formations, des voyages, etc. !

Pour plus d’informations : le site de Vie féminine

Pour Charleroi : 071/32.13.17, par mail

Page Facebook de Vie féminine Charleroi-Thuin


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

L’émission qui harcèle ?
L’émission qui harcèle ?
Le 20 juin 2017
On sait que dans nos sociétés, les femmes ne sont pas à égalité avec les hommes. Parce qu’elles sont...
Femmes invisibles, femmes debout
Femmes invisibles, femmes debout
Le 9 mars 2017
Le 8 mars, c’est la journée internationale des droits des femmes. De toutes les femmes, même les...
Des violences toujours à combattre
Des violences toujours à combattre
Le 8 juin 2017
Dans l’Union européenne, on parle beaucoup de diminuer les violences faites aux femmes parce...
L’Arabie Saoudite à la condition de la femme : un pyromane chef des pompiers
L’Arabie Saoudite à la condition de la femme : un pyromane chef des pompiers
Le 20 juin 2017
L’Arabie Saoudite a été élue à la Commission de la condition de la femme de l’ONU. Un vote à...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Vous pensez que Mai 68

Clôture du précédent sondage "Sondage du cahier Le pouvoir des mots", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de