Les mots pour le dire (2)


 Cahiers  Le pouvoir des mots
Le 14 juin 2018 | Mise en ligne : Lydia Magnoni


New

Plusieurs groupes d’apprenants ont vu le film une saison en France, introduit par l’équipe de L’Essentiel. Ils ont ensuite mis sur papier, avec leur formateur, ce qu’ils avaient aimé ou non de ce film.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le groupe dit APP2 avec la formatrice Françoise Filée

Galle Frédéric
Ce vendredi 01 juin 2018 nous avons été voir au cinéma le film une saison en France. Abbas, professeur de français, a fui la guerre et son pays pour se construire une nouvelle vie en France.En attendant ses papiers, la vie d’Abbas s’organise : ses enfants sont scolarisés et il travaille sur un marché où il rencontre une femme, Carole, sensible au courage de cet homme encore hanté par le fantôme de sa femme. Mais le droit d’asile lui est refusé. Privé de foyer, il va vivre chez Carole.
La fin de ce film est triste car on ne sait pas ce que Abbas et ses enfants sont devenus. Je pense qu’on ne sait rien y faire .
Mais ça ne doit pas être facile pour les personnes dans cette situation. Une personne n’est pas un numéro comme au lotto
L’ Europe doit se mobiliser pour que les choses changent.
Ce film m’a beaucoup touché.

Franck

Ce que j’ ai aimé, c’ est l’ histoire et la sensibilité des acteurs.
C’ est aussi un moment dans le film où l’on montre qu’avec
rien des fois on peut-être heureux et vivre de bons moments
comme l’anniversaire.
Ce que je n’ai pas aimé, c’est le combat que doivent mener
les immigrés pour venir en Europe et aussi la fin du film. Car
on ne sait pas trop ce qu’ il se passe pour le père et les enfants.

Nathalie

J’ ai aimé le film car on ne connaît pas beaucoup l’histoire des migrants . Ca m’a aidée à connaître leur malheur et leur mode de vie pas facile, cette histoire m’a touchée car ce père de famille qui a perdu sa femme a quitté son pays et tout abandonné pour pouvoir vivre avec ses enfants dans un monde sans guerre et en sécurité.
Arrivé en France, il trouve des petits boulots pour donner à manger à ses enfants mais n’a pas la chance d’avoir une maison fixe pour lui et ses enfants.
Je trouve ça triste qu’ il n’ait pas d’aide pour donner une chance à des personnes dans le besoin. Dans son malheur il a la chance de trouver une femme, Carole, qui lui donne un peu le sourire et et à ses enfants un peu de joie. Mais il préfère partir pour ne pas lui faire d’ ennuis. Ce que je n ai pas aimé la fin car il est triste de ne pas savoir où se trouvent Abbas et ses enfants. Et son cousin qui préfère mourir plutôt que de vivre dans un monde pareil

Guillaume Laurence
J’ai pas aimé la musique du film, et de voir un homme qui a tout perdu, sa femme, sa maison, ses meubles, il lui restait juste ses enfants.
La façon d’être et comment il protégeait ses enfants et qu’il a fui son pays pour aller en France. Pendant qu’il attendait l’accord pour ses papiers, il a travaillé.
Mais la fin du film je n’ai pas trop aimé car c’est dur de voir, qu’on lui refuse ses papiers et qu’ils doivent toujours fuir pour ne pas se faire

Khatri Badreddinne

J’ai aimé le film parce qu’il raconte une histoire vraie.
L’immigration est un gros problème pour l’Europe.
Il y a des milliers d’Africains qui rêvent d’aller en Europe pour mieux vivre et réaliser leurs rêves.
Ils pensent que la vie est plus facile par ici et s’ils quittent leurs pays, c’est aussi a cause des problèmes politiques ou de la guerre. Ce film nous raconte une situation parmi de milliers de demandeurs d’asile qui se battent pour obtenir les papiers et vivre comme tout le monde.
Ils ne demandent pas plus, juste se sentir comme un être humain libre.

Cassandra
j’ai aimé ce film car : c’est une histoire réelle.
La vie des immigrés n’est pas facile
Ce monsieur est veuf, seul avec ses 2 enfants
Seule une femme accepte de les prendre près d’elle
et redonne espoir à une famille en détresse
Je n’ai pas aimé le moment où le cousin préfère mourir
et aussi qu’il n’ont pas de place pour une famille
je n’ai pas aimé voir les souffrances des enfants


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Langage ? Relation au monde
Langage ? Relation au monde
Le 21 juin 2018
Que nous manque-t-il le plus dans cette société ? Et si c’était la relation ? La Relation avec les...
Luc, le passeur de monde
Luc, le passeur de monde
Le 4 octobre 2017
Charleroi est une ville industrielle de Wallonie. Beaucoup d’usines sont fermées. Même si...
Visages, villages et beau langage
Visages, villages et beau langage
Le 13 juillet 2017
Une vieille cinéaste punk qui perd la vue et un jeune photographe aux lunettes noires vont à la...
Les mots pour le dire (4)
Les mots pour le dire (4)
Le 20 juin 2018
Les participants du groupe CEB ont fait un atelier d’écriture avec leur formatrice Marina...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Vous pensez que Mai 68

Clôture du précédent sondage "En Belgique, les femmes subissent plus de violences que les hommes", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de