Avant la manif’, le tour du monde en 80 minutes

Thierry Verhoeven

 Cahiers  Lutter pour un monde plus juste
Le 23 novembre 2017 |  Thierry Verhoeven

Le 21 novembre, les deux grands syndicats de Belgique appelaient leurs militantes et militants à une manifestation à Liège contre le gouvernement. Plus de 10 000 personnes ont manifesté. Parmi eux, des travailleuses et des travailleurs sans emploi de Charleroi partis le matin en train pour Liège. Nous montons dans leur wagon pour faire une interview. On n’a pas fait d’interview, mais on a fait le tour du monde en 80 minutes, tout le temps du trajet.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

J’étais parti pour faire une interview de syndicalistes sans emploi qui allaient manifester à Liège contre la politique du gouvernement. Une interview ? Tu parles ! Au bout de quelques minutes, j’abandonne mes questions et on fait la conversation. On ne refait pas le monde mais on fait un tour du monde en 80 minutes avec Freddy, Pipo, Jacques et les autres... La conversation est d’abord sérieuse. « Combien serons-nous à Liège ? Plus qu’à Charleroi ? » Rappel : à Charleroi, le 23 octobre, une « Marche des solidarités » avaient réuni dix mille personnes.

Des TSE

La contrôleuse du train passe : « La manifestation soutient les services publics donc on ne paie pas ! » disent-ils… D’ailleurs, elle ne contrôle les tickets d’aucun militant syndical. De toute façon, ils ont leur ticket aller-retour Charleroi-Liège, payé « par le syndicat ». Ce sont des « TSE », comme on dit dans le langage syndical : Travailleurs sans emploi : simples chômeuses et chômeurs, bénéficiaires du CPAS CPAS Centre public d’action sociale , prépensionnés, … Certains ont une longue expérience de travail, de délégué syndical d’entreprise, d’autres pas. Devenus TSE, ils défendent les droits des sans travail et montrent aussi leur solidarité quand il y a un combat syndical.

Ils sont choqués par des déclarations de ministres sur les chômeurs : « Les chômeurs, des profiteurs ? Y’en a toujours eu des profiteurs, partout, pas seulement chez les chômeurs ! Et dans les années 1970, on parlait des femmes de médecin qui étaient au chômage. Elles allaient pointer en Mercedes et avec un manteau de fourrure. » Le souvenir de cette rumeur absurde les fait rire.

Pauvreté

Puis, on parle d’aujourd’hui, de la pauvreté, d’un ami qui est éducateur de rue à Charleroi. Il poste tous les jours sur facebook des photos des SDF qui dorment dehors : « C’est inacceptable pour une ville comme Charleroi. Il y au eu 24 morts en 2017, on en a parlé à la commémoration des morts de la rue. Mais il n’y avait pas de pouvoir politique. Si,il y avait l’échevin compétent , dit un autre. Echevin ? c’est la dernière syllabe qui compte », dit Freddy en riant. Il explique (pour en remettre un peu) : « C’est un jeu de mot : vin, vain vain Inutile . »

La conversation roule alors sur la ville de Charleroi. La rue de la Montagne qui est devenue sinistre. Tous les magasins fermés ou presque, les étages abandonnés depuis des années et devenus insalubres. Tout ça à cause de la crise bien sûr, mais aussi des centres commerciaux…

Réfugiés

On parle des policiers intervenus à Bruxelles contre des réfugiés qui voulaient squatter un logement vide. Ils avaient eu l’autorisation, mais il y a eu un malentendu : « Les flics sont arrivés et ont tout de suite violents. » On a vu dans les journaux la photo d’un réfugié qui avait reçu une balle plastique. Freddy, ancien sidérurgiste, raconte que dans une manifestation pour l’Europe sociale à Strasbourg, il en avait reçu une à 10 mètres : « Tu le sens, faut pas demander le pauv’gars réfugié qui l’a reçue presque à bout portant. »

Conditions de travail

On parle aussi des conditions de travail dans les entreprises : « C’est de plus en plus dur, même dans les grosses, faut aller voir alors les conditions dans les petites boîtes, les sous-traitants. » Et les accidents de travail ! On évoque l’explosion de la veille dans une usine sidérurgique à Gand : un mort et 2 blessés graves. Puis d’autres accidents et surtout la catastrophe du charbonnage du Cazier à Marcinelle en 1956 (232 mineurs sont morts dans l’incendie du puits de mine) : « Les cadres et les directeurs n’ont pas été condamnés par la justice alors qu’ils savaient qu’il y avait danger. »

Pas de hasard

Dans les souvenirs, il y a aussi Thatcher et Reagan et le début du néolibéralisme néolibéralisme Pensée économique qui veut limiter le rôle de l’Etat, déréglementer le marché, les protections sociales et collectives. Le néolibéralisme domine la politique des pays occidentaux depuis les années 1980. des années 80. Freddy toujours amusé et amusant : « Je me souviens d’un responsable syndical venu nous expliquer la flexibilité flexibilité Souplesse d’organisation pour adapter l’entreprise aux évolutions du marché. A cause de la flexibilité, les salariés ont souvent de moins bonnes conditions de travail et moins de protection. , c’était le début. Il nous disait : là et là, on a mis des verrous pour empêcher trop de flexibilité. Ce qu’il ne nous avait pas dit : c’est que ce sont les patrons qui avaient les clés des verrous... »

Et on parle des mesures du gouvernement actuel . Pour Freddy : « En politique, il n’y a pas de hasard. » Il me dit, pour la dixième fois au moins depuis le départ du train, toujours avec le même petit sourire : « Note ça, le journaliste. » J’ai noté. On arrive à Liège, on a fait le « tour du monde » en 80 minutes de trajet. Et, on se dit : une telle conversation avec des militants syndicaux, non, il n’y a pas de hasard.


Pipo, Freddy, Jacques et les autres, ils portent la banderole des Travailleurs sans emploi wallons


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Commémoration communiste 
Commémoration communiste 
Le 7 mai 2018
Des syndicats, des partis politiques, des associations commémorent des grands événements de la...
40 ans à la FUNOC et dans le monde
40 ans à la FUNOC et dans le monde
Le 10 novembre 2017
La FUNOC, Formation pour l’Université ouverte de Charleroi fête ses 40 ans. 40 ans de combat pour...
Solidarité sans frontières
Solidarité sans frontières
Le 12 mai 2018
« Le progrès social ne va pas de soi. » « Seule l’action collective permet d’améliorer les...
1886, une révolte ouvrière
1886, une révolte ouvrière
Le 7 mai 2018
Dans l’histoire du mouvement ouvrier, il y a eu beaucoup de grèves et de manifestations. En...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Selon vous, les grèves et les manifestations syndicales sont :

Clôture du précédent sondage "Pour vous, accueillir des réfugiés, c’est avant tout :", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de