La maman et « la putain »


 Cahiers  Tant de violences contre les femmes...
Le 19 avril 2018 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : Thierry Verhoeven

Alessandra D’Angelo a enquêté sur une forme nouvelle de prostitution : la prostitution alimentaire. Des épouses, des mères, des étudiantes se prostituent à l’occasion ou régulièrement pour finir le mois. Alessandra D’Angelo en a fait un livre : "Prostituées alimentaires". Le sujet est grave, mais il n’est traité ni lourdement ni à la légère. Le livre a le poids et le ton justes.

Par Thierry Verhoeven


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

« Est-ce que je suis une pute ? Je ne sais pas. Ces mots sonnent durement à mon oreille. Je sais, en tout cas, que c’est mon revenu de survie. Ce n’est pas de l’argent facile, mais c’est de l’argent rapide. » Ainsi parle Morgane, une vendeuse de 43 ans. Elle dit : « J’ai connu une période où je ne pouvais même plus m’acheter un pain à la fin du mois. » Alors Morgane cède aux avances d’un commercial en produits cosmétiques. Il paie Morgane pour 1 à 2 rapports sexuels par semaine. Morgane est une prostituée alimentaire...

La pauvreté
Prostituées alimentaires est le titre du livre d’Alessandra D’Angelo. Dans ce livre-enquête, Alessandra D’Angelo explore « le nouveau visage de la prostitution ». Elle a interrogé des épouses, des mères, des étudiantes… Des femmes qui se prostituent, non pour arrondir les fins de mois, mais pour simplement pouvoir finir le mois. Car il n’y a pas de miracle. Très justement, Alessandra D’Angelo le souligne d’entrée : il y a de plus en plus de pauvres. Parmi ces pauvres, beaucoup de femmes qui vivent seules avec leurs enfants. Et d’autres qui vivent dans la peur de perdre leur emploi, de divorcer et de se retrouver à assumer seule financièrement.

Sexe comme loyer

Des hommes profitent de cette situation. Par exemple, le propriétaire d’Endza, une Arménienne qui vit seule avec ses 3 enfants à Bruxelles. Il lui demande un rapport sexuel comme caution du loyer d’un logement minable.
Il y a aussi les « sugar daddies », ces papas « gâteau » généreux avec des « sugar babies », des jeunes femmes souvent étudiantes qui n’arrivent pas à payer leurs études. Et des sites internet favorisent ce genre de rencontres.
Il y a encore Sania qui est, comme beaucoup d’autres, à la merci d’hommes violents. Cette esthéticienne de 36 ans, mère de 4 enfants, se prostitue de temps en temps dans des endroits sordides.

Sexe banalisé
C’est bien la pauvreté qui est à l’origine de cette « nouvelle » prostitution. Mais c’est aussi notre société où le sexe est banalisé, entre autres par internet, où les réseaux sociaux bouleversent les rapports sociaux et les rapports homme/femme. « Les rapports sexuels entre adultes consentants » comme on dit peuvent cacher une vente des corps. C’est ce que montre Alessandra D’Angelo après 6 ans d’enquête, de recueil de témoignages et de réflexions sur le sujet.

Le ton juste
Prostituées alimentaires n’est pas fait de longs récits ou de longues descriptions. Prostituées alimentaires, c’est 30 chapitres courts, de 3 ou 4 pages. Chaque chapitre est une facette de ce nouveau visage de la prostitution. Des chapitres au titre parlant comme : Mes « chairs » études ; Malbouffe sexuelle ; Divers contre pipe ; Mariée, pute et soumise,… Le livre nous parle d’un sujet grave, mais le livre n’est ni lourd, ni pesant. Le sujet n’est pas non plus traité à la légère. Le livre a son juste poids et le ton juste. Pourquoi ?

Réfléchir « en douceur »

Prostituées alimentaires est un livre-enquête qui se lit facilement, une suite rapide de réalités et d’impressions. Mais ce n’est pas que cela. Prostituées alimentaires s’appuie aussi sur des travaux de scientifiques, de sociologues ou de philosophes qui ont réfléchi sur la sexualité et les rapports homme-femme. Mais cette partie théorique apparait dans le livre par petites touches, presque discrètement. Ce livre-enquête nous amène ainsi en douceur à réfléchir. Comme nous amènent à réfléchir les citations qui ouvrent chacun des 30 chapitres du livre. Alessandra D’Angelo cite, entre autres, le sociologue Pierre Bourdieu, l’écrivain Sans Antonio ou encore la philosophe, écrivaine et féministe Simone de Beauvoir qui a dit : « Une femme libre est le contraire d’une femme légère. » C’est dit.


Prostituées Alimentaires
Le nouveau visage de la prostitution
par Alessandra D’Angelo aux éditions La Boite à Pandore, prix 15,90 €


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Hommes-femmes, pas le même salaire
Hommes-femmes, pas le même salaire
Le 6 mars 2018
Le 8 mars, c’est la journée des droits des femmes. C’est l’occasion de souligner les inégalités...
IVG, un droit
IVG, un droit
Le 5 juin 2018
Le débat sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ne semble jamais fini. En Irlande, la...
Le corps du délit
Le corps du délit
Le 5 juin 2018
Le Centre d’Action laïque a réalisé en 2015 un documentaire intitulé : "le corps du délit". Ce...
Femmes noires pour la liberté
Femmes noires pour la liberté
Le 28 mai 2018
Pendant plus de 400 ans, des hommes, des femmes et des enfants ont été déportés d’Afrique vers les...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, les femmes subissent plus de violences que les hommes

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de