samedi 13 avril 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Trump et les réseaux sociaux

N’oubliez pas de faire l’exercice en bas de cet article

Si Trump a un talent, c’est celui de communiquer. Grâce aux réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, il s’est adressé directement aux Américains et surtout à ses électeurs. Les informations qu’il a données sur les réseaux sociaux étaient très directes et parfois mensongères. Trump a largement utilisé cette communication pour maintenir son pouvoir et son image. Il a ainsi court-circuité la démocratie et les médias.

Court-circuiter les médias

Trump sait bien que sur les réseaux sociaux, l’information arrive en direct au public, sans être vérifiée. Si l’information est fausse, les médias le disent, mais c’est souvent trop tard ; l’information a déjà été largement diffusée. En plus, Trump n’a pas cessé de répéter que les médias sont malhonnêtes. Il a notamment accusé en public NBC de publier des fakenews (des fausses nouvelles).

4 ans de mensonges ou presque…

En 4 ans de mandat, Donald Trump a publié sur les réseaux sociaux des messages qui ne respectent ni les règles de ces réseaux, ni même la loi américaine. Par exemple, en 2017, il a publié des tweets provocants contre la Corée du Nord. Et pendant les manifestations du mouvement dé défense des noirs « Black Lives Matters », il a écrit des messages racistes et menaçants. Au début de la pandémie de Covid-19, dans ses tweets et ses posts, il a minimisé l’ampleur de la maladie et proposé des traitements fantaisistes. C’est sur les résultats des élections que Trump a utilisé le plus le mensonge. Petit rappel.

Les réseaux, portevoix de la rumeur

Juste après sa défaite, Trump répète partout et notamment sur ses comptes Twitter, Facebook qu’on lui a volé l’élection. Il fait des procès pour contester les résultats. Il encourage ses électeurs à ne pas laisser faire une telle tricherie. Il empoisonne le débat en lançant sur les réseaux sociaux des rumeurs basées sur des mensonges. Il traite ses adversaires démocrates de gauchistes et de communistes. Il manipule ainsi le débat car beaucoup d’Américains sont très religieux et se méfient du communisme.
Il y a toutes les preuves qu’il n’y a pas eu de fraude électorale, mais beaucoup de partisans et d’électeurs de Trump ne le croient pas. Les rumeurs de fraude se multiplient sur les réseaux sociaux. Et il n’y a aucun contrôle sur ces rumeurs. Cela creuse encore plus les divisions entre Américains, même dans le parti de Trump, le parti républicain.

Rumeurs de fraude

C’est le 6 janvier que l’on a vu vraiment comment la communication de Trump peut entraîner à la division et à la violence. Ce jour-là, Donald Trump au bord de la folie, a répété dans ses discours et sur les réseaux sociaux que l’élection était volée. Il a même appelé ses partisans à marcher sur le Capitole, le parlement américain. Et des partisans de Trump l’ont fait. En entrainant des manifestants plus pacifiques, ils sont entrés de force dans le parlement et il y a eu 5 morts.

Les réseaux sociaux réagissent

Toutes les provocations de Trump en cours de mandat n’avaient pas trop fait réagir les réseaux sociaux. Mais suite aux violences au Capitole, Facebook, Twitter, et Instagram ont quand même bloqué les comptes de Donald Trump et ceux d’un mouvement complotiste qui soutient Trump. Les réseaux reconnaissent ainsi indirectement une responsabilité dans ce qui s’est passé.

Un peu tard?

Il aura donc fallu un appel à l’insurrection pour que les réseaux modèrent strictement le compte d’un président des Etats-Unis. Mais cette décision elle-même soulève beaucoup de questions. Facebook Twitter et Instagram auraient-ils dû réagir plus tôt ? Comment auraient-ils dû réagir? Quels messages auraient dû être modérés ou supprimés ?

Les droits et les devoirs des réseaux sociaux

Auraient-ils dû au contraire laisser faire ? Les réseaux sont-ils de simples moyens de diffusion qui ne doivent pas contrôler les messages qu’ils diffusent ? Ou portent-ils une responsabilité dans les contenus qu’ils relaient ? Quel droit ont les réseaux, qui sont des entreprises privées, de suspendre le compte d’un président qui avait été démocratiquement élu? Faut-il laisser à des entreprises privées un pouvoir sans aucune limite ? Y compris celui de relayer des messages haineux, faux ou dangereux? Il a fallu un siècle pour préciser les règles qui garantissent la liberté de la presse et les droits des journalistes. Il faudra aller plus vite pour préciser les droits et les devoirs des patrons des réseaux sociaux.

Retrouvez les mots du texte. Pour les écrire, vous pouvez vous servir des indices

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
Palestinians prepare for the Eid al-Fitr in northern Gaza Strip
Lettre aux enfants de Gaza
Capture d’écran 2024-04-10 à 10.25
Le Inch’Allah d'Adamo
image-4
Un dossier pédagogique sur la Belgique
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre