mardi 25 juin 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Walid aide Mahmoud

Walid est d’origine tunisienne. Il vit tout à fait légalement en Belgique. En 2017, par hasard, il rencontre Mahmoud. Mahmoud est Égyptien. Il a fui son pays et veut aller en Angleterre . En attendant, il vit illégalement en Belgique. Mahmoud est dans la galère. Walid aide Mahmoud tout simplement. Pourtant Walid est arrêté, emprisonné puis jugé pour trafic d’êtres humains. Il sera finalement acquitté.
Il raconte son histoire avec 6 autres personnes qui elles aussi, ont été inculpées pour trafic d’êtres humains.

« On a mangé ensemble, on a rigolé ensemble »

J’étais dans un café, mon café habituel. Et j’entends quelqu’un qui parle en arabe. Je connais la langue arabe, égyptien, libanais,… C’est un Égyptien ; il parle au téléphone, il dit à sa maman « Oui, je suis dans la merde », etc. Et puis quand il a terminé, je lui dis « T’es Égyptien ? », il me dit « Oui je suis Égyptien. Tu sais, je dors dans la gare, j’ai froid, j’ai pas à manger, est-ce que je peux au moins prendre une douche chez toi ? » Je lui ai dit « T’es le bienvenu », ça a commencé comme ça… Et comme ça, petit à petit, on est devenus amis quand même. Je l’ai hébergé trois mois. On a mangé ensemble, on a rigolé ensemble. (…)

« Je sais qu’il veut partir en Angleterre »

Chaque jour, moi je m’inquiétais pour lui parce que je sais qu’il voulait partir en Angleterre et il se passe un jour ou deux où il ne vient pas, je l’appelle : « Eh ! Mahmoud, ça va ? », il me répond « Oui, ça va, je reviens, j’ai été chez la police, ils m’ont tapé, ils m’ont frappé, je suis resté deux jours comme ça, maintenant je reviens. » C’était trois mois avant qu’ils ne nous arrêtent (…)

« Trafic d’être humain »

En fait j’étais à la maison, et vers 5 h du matin et j’entends derrière la porte « Toc toc toc ! Police, police ! », j’ouvre la porte. Ils me menottent, ils commencent la fouille de la maison. Moi je suis tout calme, je dis « Monsieur, pourquoi, de quoi vous m’inculpez en fait ? » Il me dit « de trafic d’être humain ». Même le mot je n’ai pas compris, je me dis « C’est quoi trafic d’être humain, c’est quoi ça ? » Les policiers interrogent Walid puis le mettent en prison. Avec l’aide d’une avocate, Walid est libéré après quelques semaines. Plus tard au procès, Walid sera acquitté.

« On est des esclaves des frontières »

Là, je vais dire qu’en ce monde, on est des esclaves des frontières. C’est beau ça, non ? On est des esclaves des frontières. S’il n’y avait pas les frontières, on se baladerait tous dans tous les pays. Tu vois par exemple, tu es Belge ou je ne sais pas de quelle origine, tu pars au Maroc, y a pas de visa, tout le monde s’aime, on va ailleurs, ou au point de vue du commerce, tout ça… Voilà. Quand je dis ça, je parle des gens qui essaient d’arriver en Europe, quoi. Pourquoi ? Mais… je ne sais pas moi, mais…

Pour les beaux yeux de l’Europe ?

Posez-vous la question, hein, posez-vous la question, pourquoi ces gens-là risquent leurs vies pour venir jusqu’en Europe. Ils risquent leurs vies, ils sont dans un petit, comment dire, même pas un petit bateau, on n’appelle pas ça un bateau, et tu vois 300 personnes qui sont là, l’un sur l’autre avec leurs fils et leurs filles ! Pourquoi font-ils ça ? Ah, pour les beaux yeux de l’Europe ? Non, ils fuient la faim, ils fuient la guerre, (…)
Par exemple, ces personnes-là, elles sont venues d’Égypte, elles ont payé je ne sais pas combien d’argent. Il y a même des gars que je connais, ils ont des dettes en Égypte, ils ne peuvent pas revenir, parce qu’ils ont des dettes pour payer le passeur, tu vois ? Et ça, ce sont des dettes sur les parents. En Égypte, tu sais maintenant, ce n’est pas un pays calme, hein ! (…) Ce n’est pas un pays stable pour les gens…

« Je crois à l’humanité »

Pas les gens, des jeunes ! Si c’était des personnes de la cinquantaine, de la quarantaine, ouais on dit « rentrez chez vous », mais ce sont des jeunes. Et on veut les ramener en Égypte. Qu’est-ce qu’ils vont faire ? Après deux, trois ans, quand ils ont vu l’Europe, et comment ça marche, ils commencent à s’intégrer, tout ça. Ils vivent leur vie. Il faut penser aux uns et aux autres. Il ne faut pas être des…, comment dire des… Pas des racistes, j’aime pas le mot raciste, parce que je crois, je crois à l’humanité, on est tous la même chose.

Le livre « Welcome »

Le témoignage de Walid et de 6 autres personnes inculpées comme lui pour trafic d’êtres humains est dans le livre « Welcome », téléchargeable gratuitement sur internet. Le livre donne aussi le contexte avec les causes des départs des migrants et une chronologie, cliquer ici.

Victime, passeur ou trafiquant? Les migrants sur le fil en Belgique.

Une enquête fort intéressante d’une radio suisse, cliquer ici.

Walid aide Mahmoud

Il y a 5154 caractères et 909 mots dans ce texte

Walid est d’origine tunisienne. Il vit tout à fait légalement en Belgique. En 2017, par hasard, il rencontre Mahmoud. Mahmoud est Égyptien. Il a fui son pays et veut aller en Angleterre . En attendant, il vit illégalement en Belgique. Mahmoud est dans la galère. Walid aide Mahmoud tout simplement. Pourtant Walid est arrêté, emprisonné puis jugé pour trafic d’êtres humains. Il sera finalement acquitté.
Il raconte son histoire avec 6 autres personnes qui elles aussi, ont été inculpées pour trafic d’êtres humains.

« On a mangé ensemble, on a rigolé ensemble »

J’étais dans un café, mon café habituel. Et j’entends quelqu’un qui parle en arabe. Je connais la langue arabe, égyptien, libanais,... C’est un Égyptien ; il parle au téléphone, il dit à sa maman « Oui, je suis dans la merde », etc. Et puis quand il a terminé, je lui dis « T’es Égyptien ? », il me dit « Oui je suis Égyptien. Tu sais, je dors dans la gare, j’ai froid, j’ai pas à manger, est-ce que je peux au moins prendre une douche chez toi ? » Je lui ai dit « T’es le bienvenu », ça a commencé comme ça... Et comme ça, petit à petit, on est devenus amis quand même. Je l’ai hébergé trois mois. On a mangé ensemble, on a rigolé ensemble. (…)

« Je sais qu’il veut partir en Angleterre »

Chaque jour, moi je m’inquiétais pour lui parce que je sais qu’il voulait partir en Angleterre et il se passe un jour ou deux où il ne vient pas, je l’appelle : « Eh ! Mahmoud, ça va ? », il me répond « Oui, ça va, je reviens, j’ai été chez la police, ils m’ont tapé, ils m’ont frappé, je suis resté deux jours comme ça, maintenant je reviens. » C’était trois mois avant qu’ils ne nous arrêtent (…)

« Trafic d’être humain »

En fait j’étais à la maison, et vers 5 h du matin et j’entends derrière la porte « Toc toc toc ! Police, police ! », j’ouvre la porte. Ils me menottent, ils commencent la fouille de la maison. Moi je suis tout calme, je dis « Monsieur, pourquoi, de quoi vous m’inculpez en fait ? » Il me dit « de trafic d’être humain ». Même le mot je n’ai pas compris, je me dis « C’est quoi trafic d’être humain, c’est quoi ça ? » Les policiers interrogent Walid puis le mettent en prison. Avec l’aide d’une avocate, Walid est libéré après quelques semaines. Plus tard au procès, Walid sera acquitté.

« On est des esclaves des frontières »

Là, je vais dire qu’en ce monde, on est des esclaves des frontières. C’est beau ça, non ? On est des esclaves des frontières. S’il n’y avait pas les frontières, on se baladerait tous dans tous les pays. Tu vois par exemple, tu es Belge ou je ne sais pas de quelle origine, tu pars au Maroc, y a pas de visa, tout le monde s’aime, on va ailleurs, ou au point de vue du commerce, tout ça... Voilà. Quand je dis ça, je parle des gens qui essaient d’arriver en Europe, quoi. Pourquoi ? Mais... je ne sais pas moi, mais...

Pour les beaux yeux de l’Europe ?

Posez-vous la question, hein, posez-vous la question, pourquoi ces gens-là risquent leurs vies pour venir jusqu’en Europe. Ils risquent leurs vies, ils sont dans un petit, comment dire, même pas un petit bateau, on n’appelle pas ça un bateau, et tu vois 300 personnes qui sont là, l’un sur l’autre avec leurs fils et leurs filles ! Pourquoi font-ils ça ? Ah, pour les beaux yeux de l’Europe ? Non, ils fuient la faim, ils fuient la guerre, (…)
Par exemple, ces personnes-là, elles sont venues d’Égypte, elles ont payé je ne sais pas combien d’argent. Il y a même des gars que je connais, ils ont des dettes en Égypte, ils ne peuvent pas revenir, parce qu’ils ont des dettes pour payer le passeur, tu vois ? Et ça, ce sont des dettes sur les parents. En Égypte, tu sais maintenant, ce n’est pas un pays calme, hein ! (…) Ce n’est pas un pays stable pour les gens...

« Je crois à l’humanité »

Pas les gens, des jeunes ! Si c’était des personnes de la cinquantaine, de la quarantaine, ouais on dit « rentrez chez vous », mais ce sont des jeunes. Et on veut les ramener en Égypte. Qu’est-ce qu’ils vont faire ? Après deux, trois ans, quand ils ont vu l’Europe, et comment ça marche, ils commencent à s’intégrer, tout ça. Ils vivent leur vie. Il faut penser aux uns et aux autres. Il ne faut pas être des..., comment dire des... Pas des racistes, j’aime pas le mot raciste, parce que je crois, je crois à l’humanité, on est tous la même chose.

Le livre "Welcome"

Le témoignage de Walid et de 6 autres personnes inculpées comme lui pour trafic d'êtres humains est dans le livre "Welcome", téléchargeable gratuitement sur internet. Le livre donne aussi le contexte avec les causes des départs des migrants et une chronologie, cliquer ici.

Victime, passeur ou trafiquant? Les migrants sur le fil en Belgique.

Une enquête fort intéressante d'une radio suisse, cliquer ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
image-5-10
Victoire de la N-VA, oui, mais...
2024-06-09T202459Z_2054971225_MT1HNSLCS000I55JYK_RTRMADP_3_HANS-LUCAS (1)
Contre l'extrême droite, Macron joue son va-tout
parlementfederalcamembert
Elections, barre à droite et division Nord/Sud
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre