mercredi 29 mai 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

La solidarité n’est pas un délit

Cédric Herrou est un paysan, un agriculteur comme les autres. Sa ferme et ses terres sont dans la Vallée de la Roya, en France à la frontière entre la France et l’Italie. Il a quelques terres, des oliviers et des poules. Il vend son huile d’olive et ses œufs sur les marchés. C’’est comme ça qu’il vit. Sauf qu’en 2015, sa vie prend une autre direction. Cette année-là des migrants traversent les montagnes pour arriver en France. Ils sont dans un sale état. Cédric Herrou les aide. Pour la loi, cette aide est un délit.

Vallée de la rivière La Roya entre la France et l’Italie

Les débuts de son engagement

Quand les journalistes lui demandent comment ça a commencé, Cédric Herrou raconte : « Vous savez dans la Roya c’est paysan et c’est montagneux. Donc, cela ne se fait pas de laisser quelqu’un en bord de route car nos routes sont dangereuses. Elle sont sinueuses, il n’y a pas de trottoir. Donc, il est dangereux de marcher sur les routes donc moi et beaucoup d’autres gens, nous nous arrêtons quand il y a des personnes en bord de route (…) »

Ces personnes sont des migrants qui traversent la frontière. Pour la loi française, ces migrants sont en situation illégale car ils ne sont pas encore déclarés officiellement sur le territoire français. Il y a des femmes et des enfants, et aussi des enfants sans aucun parent, non accompagnés. Cédric Herrou et une centaine d’autres habitants de la Vallée ne se sont pas posé de question. Ils accueillent et soignent ces migrants parce qu’ils pensent que l’Etat ne fait pas ce qu’il doit faire selon la Convention de Genève des Droits humains.

Au début, il ne parle pas de militantisme, cela s’est imposé à lui : « Je suis devenu militant malgré moi, parce qu’il l’a fallu en fait. Il a fallu le faire (…), Je suis devenu militant parce qu’on m’a obligé à être militant, parce que ça a choqué tout le monde que j’aide des personnes parce qu’elles sont étrangères, je suis en procès parce que j’aide des personnes étrangères. » Il dit aussi qu’en France il y a une banalisation du racisme. Cela ne touche plus grand monde de voir les migrants en danger sur les routes.

Cédric Herrou, un délinquant humaniste

Comme c’est illégal d’aider les migrants qui n’ont pas encore de statut, Cédric Herrou est arrêté par la police fin 2016. La justice française l’accuse « d’aide à l’entrée, à la circulation et au séjour irrégulier d’étrangers en France ». Cédric Herrou répond : « Nous ne savions plus ce qui était légal ou pas, mais on a fait ce qui nous semblait juste. »

Il a été arrêté plusieurs fois et condamné plusieurs fois. De procès en procès, d’appel en appel, il a continué son combat. Cette affaire est passée sur toutes les télés, les gens connaissent la tête de Cédric Herrou et son combat. Il devient un symbole du lutte pour la fraternité et la solidarité. Il tient bon, il continue. Cédric Herrou saisit le Conseil Constitutionnel pour faire changer cette loi. Une loi qui introduit l’idée qu’être solidaire est un délit, qu’il y a un « délit de solidarité ». Et Cédric Herrou met en avant le mot « fraternité » de la devise française « Liberté, égalité, fraternité ». Et c’est une victoire! En juillet 2018, le Conseil constitutionnel reconnait la « la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national« .

Puisque ce n’est plus illégal d’aider des migrants, les condamnations de Cédric Herrou sont annulées en 2020. Cédric Herrou se réjouit : « Il est désormais définitivement acquis dans notre droit qu’aucune poursuite pénale ne peut être engagée à l’encontre d’une personne qui aura aidé un migrant en situation irrégulière lorsqu’il agit de façon désintéressée, qu’il appartienne ou non à une association ou bien qu’il veuille revendiquer son acte.» Grâce à lui, la solidarité envers les migrants n’est plus un délit.


Emmaüs-Roya, le triomphe de la fraternité

Avec d’autres citoyens de la Vallée, Cédric Herrou a fondé Emmaüs-Roya. Emmaüs est une communauté d’aide aux pauvres et d’entraide citoyenne fondée par l’abbé Pierre. La communauté de la Roya est une communauté agricole. La fondation accueille les migrants, elle les accompagne dans leurs démarches, leur donne des cours de français. Les migrants peuvent travailler la terre. C’est un projet basé sur la fraternité et l’entraide.

Page Facebook de la communauté, cliquer ici

En 2023, Cédric Herrou écrit « Une terre commune » dans lequel il raconte son aventure .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
cibleextremedroite
La Cible cible l'extrême droite
image-1-4
La FWB nous donne quelques clés
image-1-1
Cessez-le-feu à Gaza
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre