mercredi 28 février 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Les forçats de l’IA

On le sait, les multinationales veulent gagner beaucoup d’argent. Par exemple, les grandes enseignes de mode font fabriquer leurs vêtements en Asie ou en Afrique depuis longtemps. Les travailleurs sont très mal payés et n’ont aucun droit. Ceci se passe aussi dans le secteur de l’informatique et de l’intelligence artificielle.

Cette vidéo de 3 minutes d’Arte TV montre l’envers du décor de l’intelligence artificielle. Une intelligence qui nous rend bien des services. Des services dont on ne pourraient plus se passer aujourd’hui. Mais à quel prix pour les travailleurs des pays pauvres ? De jeunes informaticiens sont employés ou plutôt exploités. Ils n’ont pas de contrat et pas de droits sociaux. Mais ils ont évidemment des chefs, des supérieurs et beaucoup d’heures de bureau, ce sont les forçats de l’intelligence artificielle.

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo

Ci-dessous la transcription de la vidéo :

Dans la pénombre de sa chambre d’un quartier pauvre de la ville de Cagayan de Oro, Chaïro entraine les algorithmes des véhicules autonomes d’un grand constructeur automobile occidental.

« Ca, c’est l’emprunte laser d’un véhicule, je renseigne ces données pour que l’intelligence artificielle sache différencier une voiture d’un animal ou d’un panneau. Ils disent que grâce à ça, l’IA remplacera bientôt les conducteurs ».

Sur l’île de Mindanao, des milliers d’informaticiens participent ainsi à la révolution de l’intelligence artificielle. La plupart travaille dans une grande précarité.

« Nous travaillons depuis un cybercafé, car nous n’avons pas d’ordinateur personnel, on bosse la nuit car sinon il y a beaucoup trop d’enfants dans les cybercafés et on ne peut pas se concentrer. On travaille de 8 heures du soir à 5 heures du matin. »

« Ici, je dois entrainer l’IA à reconnaitre des aliments, chaque tâche vaut moins de 20 centimes. J’en fais une cinquantaine chaque nuit, ça me rapporte en moyenne 4 euros. »

Les trois hommes travaillent pour REMOTASK, une plateforme américaine spécialisée dans la fourniture de données pour les leaders mondiaux de l’intelligence artificielle. L’entreprise s’est installée aux Philippines en 2020. Elle a transformé ce discret bâtiment en véritable usine à données. Nous parvenons à rentrer à l’intérieur. Plusieurs centaines de jeunes y travaillent et alimentent en données les algorithmes de Google, Open AI ou Apple. A visage caché l’un de ces employés décrit ses conditions de travail.

« Nous sommes entre 500 et 1000 à travailler ici, en moyenne 6 jours par semaine. Il y a un poste de 6 heures à 13 heures, un autre de 13 heures à 20 heures, puis un autre la nuit. Nous travaillons comme des indépendants, on nous a dit que c’était la condition pour obtenir le job. »

Cet ex-cadre de REMOTASK a formé des centaines de personnes. Selon lui l’entreprise se livre à du travail dissimulé.

« Remotask emploie au moins dix mille travailleurs dans la région. Ils sont très peu payés, n’ont aucun contrat mais ils des supérieurs hiérarchiques et des horaires de bureau, c’est clairement de l’exploitation. »

Le responsable local de l’inspection du travail soupçonne lui aussi une situation illégale mais ses équipes ne peuvent guère lutter contre ce modèle économique

« Dans le cas d’une entreprise étrangère, il est très difficile de faire respecter les convocations et lorsque les employés officient depuis chez eux ou dans des cybercafés, cela rend les choses encore plus difficiles. »

Les autorités locales ont promis d’enquêter sur Remotask mais sans donner de calendrier. La multinationale emploie déjà 240 000 travailleurs dans le monde et après l’Asie, commence à s’étendre en Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
Affiche_rouge
Une affiche rouge contre les Nazis
essenart
Missak, Mélinée et Olga
palestineespoir
Palestine, l'espoir malgré tout
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre