samedi 20 juillet 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Palestine, un retour impossible?

On n’en parle plus beaucoup, c’est pourtant l’origine et l’un des symboles les plus importants du problème entre Israël et la Palestine. En 1948, presque 800 000 Palestiniens ont été chassés ou ont fui leur terre. Pour les Palestiniens, c’est la « Nakba », la « catastrophe » en arabe. Aujourd’hui, 5,6 millions de réfugiés palestiniens et leurs descendants vivent à l’étranger. Ils réclament toujours le droit au retour sur leur terre. Les Israéliens ne veulent pas. Pourquoi ?

Le départ

En 1947, les représentants des pays de l’ONU votent la création d’un État arabe de Palestine et d’un État Juif de Palestine, Israël. La terre de Palestine est partagée entre Juifs et Arabes palestiniens. Mais le partage est inégal. En 1947, il y avait 33% de Juifs sur 2 millions d’habitants en Palestine. Ils étaient propriétaires de 8% du territoire.  Le partage leur donne plus de la moitié du territoire. Les Arabes palestiniens et les pays arabes voisins ne peuvent pas l’accepter. C’est la guerre. Presque 800 000 Arabes palestiniens fuient ou sont chassés de leur terre. Les Arabes palestiniens appellent cela « la Nakba », « la catastrophe » en arabe. Cette catastrophe, c’est :

  • Environ 15 000 Palestiniens tués
  • Environ 500 villes et villages rasés et 700 villes et villages passés sous contrôle d’Israël
  •  Environ 17 000 km2 de terres palestiniennes confisquées
  • Près de 800 000 Palestiniens chassés de leurs terres

Le droit au retour

Ces réfugiés palestiniens et leurs descendants sont aujourd’hui plus de 5,6 millions. Ils vivent à l’étranger. Les Palestiniens veulent le droit au retour sur leurs terres. Les gouvernements israéliens l’ont toujours refusé. Il y a d’abord la menace du nombre. En Israël, il y a un peu plus de 7 millions de Juifs sur 9,7 millions d’habitants. Si beaucoup de Palestiniens reviennent, ça peut bouleverser la société. Il y a aussi et peut-être surtout le symbole de la Nakba, de la catastrophe. Elle est inscrite dans l’histoire des Palestiniens, elle est inscrite aussi dans l’histoire d’Israël.

Un retour impossible?

Pour les Palestiniens, avoir le droit au retour, c’est avoir le droit d’exister comme peuple et être reconnu officiellement comme peuple. L’ONU reconnait d’ailleurs ce droit au retour, mais Israël le refuse. Pour les Israéliens, accepter le retour des Palestiniens, c’est reconnaitre qu’Israël les a chassés. C’est reconnaitre « sa faute ». C’est reconnaitre qu’Israël s’est créé en chassant un autre peuple. Pour Israël, reconnaitre le droit au retour, c’est d’une certaine manière menacer sa propre existence. Trouvera-t-on un jour une solution à cette situation? La nouvelle guerre à Gaza montre que ce jour est encore loin.

1948, Nakba (la catastrophe en arabe) « We will never forget » (Nous n’oublierons jamais en anglais) Création de Haizanassam, 2015 (deviantart)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
Alamy Live News
Les droits des femmes, le bla, bla, bla de Bardella
image-4
Elections, 2 petits tours et puis s'en vont?
image-5-10
Victoire de la N-VA, oui, mais...
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre