Emeutes en Grèce


 Articles
Le 8 décembre 2008 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Suite à la mort d’un jeune de 15 ans tué par un policier, des émeutes ont éclaté en Grèce. Des groupes de jeunes ont affronté la police. Ils ont brûlé des magasins et des banques. Lundi, ces émeutes avaient fait plusieurs dizaines de blessés. Au-delà de ces violences, une partie de la population manifeste plus calmement. Cette population réagit à l’assassinat du jeune garçon et plus généralement à la politique du gouvernement grec.

Samedi, dans un quartier d’étudiants d’Athènes, Exarchia, des jeunes auraient jeté des pierres sur une voiture de police. Un policier a riposté. Il a tiré 3 balles et il a tué Andréas Grigoropoulos, âgé de 15 ans. Dans un communiqué, la police a déclaré qu’un policier avait tiré à trois reprises quand son véhicule de patrouille a été attaqué par un groupe d’une trentaine de jeunes. Selon la police, le policier aurait déclaré avoir fait des sommations. Par contre, selon des témoins, le policier a directement visé le jeune garçon. L’enquête est en cours. Le policier a été mis en examen pour « homicide volontaire ». Le policier qui l’accompagnait a été mis en examen pour « complicité ».

Des manifestations dans toute la Grèce

Suite à la mort du jeune garçon, de violentes manifestations anti-policières ont éclaté à Athènes dans plusieurs villes du pays.

Dimanche à Athènes, des groupes de jeunes ont lancé des cocktails Molotov contre des magasins et des banques. Dans d’autres villes du pays, à Salonique, à Patras, à Héraklion, des manifestants ont aussi incendié des commerces et des banques. Les jeunes ont affronté la police et les forces anti-émeutes. Au-delà de ces mouvements violents, une partie de la population a manifesté plus calmement sa colère suite à l’assassinat du jeune garçon. Dimanche, des milliers de personnes ont défilé dans les rues d’Athènes. Les professeurs de beaucoup d’écoles supérieures et d’universités se sont mis en grève.

Le premier ministre, Constantin Caramanlis a déclaré qu’il n’y aurait "aucune indulgence" pour les policiers de la mort de l’adolescent. Il a également affirmé que « l’Etat veillera à ce que cette tragédie ne se répète pas. » Malgré cela, lundi, le calme n’était pas encore revenu en Grèce.

Une tragédie qui tombe mal

 Il faut dire que le quartier Exarchia où le jeune a été tué est un quartier chargé de symboles symboles Personnes ou choses qui représentent bien un sentiment, une idée, qui sert d’exemple. . En 1973, c’est à Exarchia qu’ont commencé les grandes manifestations étudiantes contre la dictature dictature pouvoir qui ne donne aucune liberté à la population des colonels. Les colonels ont dirigé la Grèce d’une main de fer de 1967 à 1974. Depuis, le pays est revenu à la démocratie. Mais il y a beaucoup de patrouilles de police dans ce quartier considéré comme « bohème » où les étudiants sont très politisés à gauche et à l’extrême-gauche. Dans ce quartier, il y a souvent des violences entre jeunes et policiers. Et, en 1985, un autre jeune de 15 ans y a été tué par un policier.

La mort du jeune Andréas Grigoropoulos tombe « mal » pour le gouvernement de centre droit de Constantin Caramanlis. Avant l’assassinat du jeune adolescent, une grande manifestation syndicale était déjà prévue pour le mercredi 10 décembre. Avec cet événement, elle prend encore une plus grande dimension. Le gouvernement grec est dans une situation très fragile. La coalition coalition alliance entre plusieurs groupes de centre droit au pouvoir avait fait campagne électorale sur la « démocratisation » de la police. Et depuis qu’elle est au gouvernement, peu de choses ont été faites. En plus, une grande partie de la jeunesse est dans une situation sociale difficile et est fortement touchée par le chômage.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de