Homo, et alors ?


 Articles
Le 1er juin 2006 | |  2 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir


Photo : Belga

Le 17 mai, c’était la journée mondiale de lutte contre
l’homophobie. Une journée pour rappeler que les droits des homosexuels
ne sont pas toujours respectés. A l’occasion de cette journée,
Laurette Onkelinx, Ministre de la Justice et Marie Arena, Ministre de l’Education
ont dévoilé deux nouvelles mesures.

L’homophobie, aussi appelée homodiscrimination, c’est le
fait de traiter différemment une personne en raison du fait qu’il
est homosexuel. En principe l’homophobie est interdite par la loi. Pourtant,
d’après une enquête de Test-Achats, 70 % des homosexuels
ont vécu, à un moment ou à une autre de leur vie, un rejet à cause
de leur préférence sexuelle. Cela va des plaisanteries douteuses,
aux insultes, aux coups. Cela prend parfois aussi des formes moins visibles.
Un portier vous empêche d’entrer dans un dancing. Un propriétaire
refuse de vous louer un appartement. Ou encore un employeur ne vous engage
pas ou vous renvoie parce que vous êtes homosexuel. C’est vraiment
difficile d’être différent. Pourtant, en Belgique, une loi
interdit toute forme de discriminations. Elle interdit donc aussi de
discriminer les homosexuels.

Une mesure de justice

Laurette Onkelinx a déclaré qu’elle allait
prochainement signer une nouvelle circulaire pour mieux réprimer les
actes homophobes homophobes qui rejettent les homosexuels, agressifs contre les homosexuels . En
fait, le terme « homophobie » pourra être repris
dans les dossiers du tribunal comme le mobile d’un délit délit action contraire à la loi. .
Cela a une influence importante sur les peines que l’on risque.
La loi contre les discriminations fait suite à la loi contre le racisme
du 30 juillet 1981. Cette loi, appelée loi Moureaux, réprimait
le racisme et la xénophobie xénophobie peur des étrangers et haine contre les étrangers . Elle a été élargie
en 2003 aux discriminations liées au sexe, à l’orientation
sexuelle, aux convictions religieuses ou philosophiques, au handicap, à l’état
civil…
En Belgique, depuis 2003, on peut être puni de 50 000 euros d’amende et
même d’une année de prison, si on pousse à la haine
et au rejet des homosexuels. Ces peines peuvent même être
doublées si le mobile du délit ou du crime est la haine contre
une personne en fonction de sa race, de son sexe…

Et une mesure d’éducation

Côté enseignement, diverses ressources pédagogiques pour
prévenir et sensibiliser sont disponibles depuis 2005. On peut les télécharger
sur le site www.enseignement.berespel (
mot-clé homosexualité). Mais le 17 mai, Marie Arena, Ministre
de l’enseignement a annoncé un nouvel outil pédagogique
sur l’orientation sexuelle. Celui-ci est destiné aux enseignants
du primaire et du secondaire. Dès septembre prochain, les écoles
recevront ce nouvel outil pédagogique. Il contient des conseils pratiques
pour aborder ce thème avec les élèves. Il s’agit
de combattre les images toutes faites et les préjugés liés à l’homosexualité.
En effet, la discrimination discrimination discrimination , cela commence tôt. Dans les cours de récréations,
les insultes et même les coups ne sont pas rares. Il est parfois très
difficile, même pour un enfant ou un adolescent, de vivre sa différence
sexuelle au quotidien dans les écoles. Beaucoup d’entre eux sont
mis de côté. Leur souffrance peut parfois aller jusqu’à la
dépression.
Difficile dans ces conditions de réussir ses études et de s’épanouir à l’école…

Marie Thomas


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Shirley

    Le 8 décembre 2007 à 10:21

    Sa me révolte de voir les homosexuels traités de cette façon, je hais tous ces imbéciles qui les traitent comme des moins que rien, vous êtes différent mais en meilleur !!! Bon courage à vous tous

    Répondre à ce message

  • GIDEMANN JOSEPH

    Le 10 juillet 2007 à 15:15

    après plusieurs années de souffrance liée à mon homosexualité , j’ai décidé de me remettre en question , de ne plus avoir peur des préjugés ....
    et de vivre ce que j’étais dans l’absolue.
    j’ai triché une bonne partie de ma vie car je ne voulais pas faire partie de tout ces gays qui se faisaient tant de fois insulter parcequ’ils étaient different .j’ai donc pris une femme, j’ai fais des enfants, pour rentrer dans le moule de notre société .
    les démons m’ont vite ratrappé ,et j’ai commencé à tromper ma femme avec des hommes en cachette,
    jusqu’au jour ou j’ai véritablement pris conscience qu’il ne servait à rien d’aller contre la nature car quoi que vous fassiez elle vous attend toujours au tournant , aujourd’hui je vie avec un homme , mais à quel prix ? nous nous faisons régulièrement insulter par des voyous ( il n’y a pas d’autres mots )
    j’en souffre beaucoup car c’est vraiment tres dur ...
    Pas un jour ne passe sans que je n’appréhende de sortir dans la rue , de faire des courses ou je ne sais quoi ( il y a toujours quelques regards meprisants , des yeux intérogateurs, quant ce ne sont pas directement des insultes ...
    nous vivons en province et rien n’est évident ,
    parfois je me dis que les choses vont changer mais voila je suis aussi tres réaliste , les mentalitées changent certe, mais bien trop lentement ....

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de