La fin des écoles « ghettos » ?


 Articles
Le 12 février 2007 | |  1 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le 8 février dernier, la Communauté française a voté un décret décret loi sur l’inscription des élèves à l’école. Le but du nouveau texte de loi est d’assurer un plus grand mélange social des élèves dans les écoles. Fini les écoles de « riches » et les écoles de « pauvres » ? Comme toujours quand il s’agit de l’école, les nouveautés et les changements créent beaucoup de débats…


Photo : Belga

Cycles
Dans l’enseignement, un cycle est une période de deux ans minimum. La scolarité d’un élève est découpée en cycles.

Le nouveau texte de loi crée deux grands changements pour la rentrée scolaire de septembre 2008. D’abord, les directeurs d’école ne pourront plus agir comme ils le veulent au moment d’inscrire des élèves au début du secondaire. Une date sera fixée pour le début des inscriptions. Et lorsque l’école aura son nombre maximum d’élèves, les inscriptions seront terminées. L’école créera alors une liste d’attente pour les élèves qui arrivent après la clôture des inscriptions. Si une place se libère, le premier élève de la liste peut alors être inscrit dans l’école. Les jeunes ainsi « repêchés » devront l’être dans l’ordre de leur inscription sur la liste d’attente. Plus question donc, de refuser certains élèves à cause de leurs mauvais résultats, de leur milieu social ou de leur origine, comme c’est parfois le cas dans certaines écoles. Plus question non plus de faire passer certains élèves avant d’autres. 

Deuxièmement, de la maternelle à la fin de la deuxième secondaire, les élèves ne pourront plus changer d’école qu’en fin de cycle. C’est-à-dire après 2 ans. Il ne sera donc plus possible pour une école de se débarrasser des élèves les plus difficiles ou qui sont en échec. De la même manière, les parents ne pourront plus changer, chaque année, leur enfant d’école. Changer souvent d’école n’est pas nécessairement positif pour l’élève. Il doit, chaque fois, s’adapter à une nouvelle école. Certaines exceptions seront possibles : par exemple, si les parents déménagent.

Eviter les écoles ghettos

C’est Marie Arena, la ministre socialiste de l’enseignement en Communauté française, qui a proposé ces changements. Ils s’inscrivent dans le fameux Contrat pour l’école, qui vise à améliorer l’enseignement. Le Contrat pour l’école veut éviter ce que l’on appelle les écoles « ghettos. » Autrement dit des écoles avec un seul type d’élèves : une école avec des très bons élèves et une école avec des très mauvais élèves, une école pour un milieu social favorisé et une école pour les pauvres. En d’autres mots, le décret veut développer la mixité sociale mixité sociale diversité sociale dans chaque école. Les responsables de l’enseignement et les différents partis politiques sont généralement pour cette grande idée. Mais certains pensent que le nouveau décret n’est pas le meilleur moyen pour y arriver. C’est l’avis des partis de l’opposition : Ecolo et le MR MR Mouvement Réformateur .

Les contre

Quels sont les arguments des partis de l’opposition ? Certains disent que, seules, quelques écoles choisissent vraiment leurs élèves et en refusent d’autres. Mais les nouvelles règles sont pour toutes les écoles. D’autres avancent également que ces règles ne respectent pas la liberté des parents. En effet, les parents n’auront plus le choix de changer leur enfant d’école chaque fin d’année scolaire. Enfin, d’autres encore pensent qu’un règlement ne suffit pas à développer la mixité sociale. Pour qu’une école soit dynamique et accueillante pour tous les élèves, il faut une équipe pédagogique motivée. Des écoles avec les moyens humains et matériels nécessaires pour travailler correctement. Il faudrait donc bien plus qu’un nouveau règlement pour éviter les écoles « ghettos » et réduire les inégalités sociales dans l’enseignement. On pense notamment à de nouveaux moyens financiers pour aider certaines écoles…

Anouck Thibaut

 


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Jérôme

    Le 4 décembre 2007 à 14:02

    Bonjour,

    sujet d’actualité dont presque plus personne ne parle...

    Le décret décret loi part d’un bon sentiment, à savoir permettre à chacun de pouvoir s’inscrire dans l’école de son choix !

    Pour quel résultat ?
    A-t-on vu des hordes de parents moins favorisés faire le siège des écoles dites " haut de gamme " ? Les seuls parents-campeurs qu’il nous a été donné de voir me paraissaient plus appartenir à une classe sociale aisée !

    Comme parent responsable, j’ai inscrit mes 2 enfants dans une école secondaire qui correspondait à certains critères : projet éducatif, situation géographique ( loin de toute ville ), classe sociale de la population scolaire,...

    Ce que tous les politiciens savent mais n’osent en parler, c’est ce dernier point : classe sociale !!!

    " Croyez-vous franchement que les parents du petit Pierre-Henri ( habillé en Loden ), bons bourgeois de Rhode-Ste-Genèse, vont accepter que leur cher bambin puisse se retrouver assis aux côtés de Mustapha, fils de clandestins sénégalais ?

    Croyez-vous que Mustapha sera heureux de pouvoir s’asseoir aux côtés de Pierre-Henri et de l’écouter parler de ses prochaines vacances d’hiver à St-Gervais alors que lui et ses parents devront se démener pour ne pas crever de froid dans leur 2 pièces ?

    Croyez-vous que les parents de Pierre-Henri vont inviter Mustapha à l’anniversaire de leur fils ?

    Croyez-vous que même s’il était invité, Mustapha irait se montrer à l’anniversaire de son condisciple, alors qu’il n’a rien à lui offrir comme cadeau ? "

    Toutes les références à des prénoms, origines, classes sociales, endroits, ... ne sont que pure fiction ! Quoi que !!!

    Je ne connais qu’un seul " bon " moyen de gommer les inégalités scolaires...faire en sorte que toutes les écoles puissent dispenser un enseignement de qualité égale ! Comment ? En rétablissant les devoirs à la maison et le goût de l’étude ! En responsabilisant les parents en cas de problème avec leur enfant ! En réagissant au premier incident et ne pas attendre qu’un directeur ou un professeur se fasse poignarder par un élève ou attaquer par un parent !

    Je me rappelle un temps pas si lointain où on se levait à l’entrée en classe du professeur...douce utopie d’une époque révolue...mais où les résultats étaient meilleurs ! C’est quoi encore le score européen de l’enseignement en communauté française ? Avant-dernier !!! Merci Onkelinckx et Arena ! Le nivellement par le bas, il n’y a que ça pour attirer les votes socialos !

    En attendant, ma fille est à l’université, et là, on ne s’occupe pas de mixité sociale mixité sociale diversité sociale , seuls les meilleurs émergent, quelles que soient leurs origines !

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, les femmes subissent plus de violences que les hommes

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de