Sept ans sans bonheur et sans malheur


 Articles
Le 1er janvier 2006 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le mois dernier, les dirigeants de l’Union européenne ont fait le
budget européen de 2007 à 2013. Un budget toujours trop petit pour
la grande Union. Il y a donc eu beaucoup de discussions. Aucun Etat ne veut bloquer
l’Europe. Et aucun Etat ne veut être perdant au nom de l’Europe.
Donc, après les discussions, il y a eu accord.


Le Français Jacques Chirac et l’Allemande Angela Merkel - Photo : Belga

Tony Blair, le Britannique- Photo : Belga

Tous les sept ans, les dirigeants de l’Union européenne discutent « gros
sous ». L’exercice du budget est toujours difficile. Il l’était
particulièrement, le mois dernier à Bruxelles, pour trois raisons.
D’abord, l’année 2005 a été celle du « non » français
et néerlandais au traité constitutionnel. C’était
un échec pour les dirigeants de l’Union européenne. Ensuite,
c’est le premier budget pour 25 pays. Dix nouveaux pays, la plupart d’Europe
de l’est sont entrés dans l’Union en 2004. Enfin, le budget
s’est fait sous la présidence de la Grande-Bretagne. Les Britanniques
n’ont pas l’habitude d’être généreux avec
le budget européen.

Mais on le savait, il ne pouvait y avoir ni de grand perdant ni de grand
gagnant dans ces discussions. Sinon, l’Union européenne terminait très
mal l’année et commençait très mal les sept années à venir.
Donc, il y a eu accord. Au final, le budget est de 862,4 milliards d’euros
pour 7 ans. L’argent vient des Etats membres. Comme d’habitude, la
somme représente à peine plus de 1% de la richesse créée
en un an dans toute l’Union. Quand on examine les dépenses du budget
européen, on se dit, c’est simple. Environ 4 euros sur 10 vont à la
politique agricole. Environ 4 autres euros sur 10 vont à l’aide
aux régions les moins avancées de l’Union. Les 2 euros restants
sont pour la recherche, la justice, l’immigration, la sécurité,… C’est
la simplicité apparente de ces dépenses qui pose des problèmes
très compliqués.

L’agriculture

Les aides à l’agriculture ont été créées
début des années 1960. A l’époque, la production agricole
européenne ne suffisait pas à nourrir la population. Les pays européens
achetaient donc des produits à l’extérieur. Les aides aux
paysans devaient améliorer la situation. Ces dernières années,
la PAC est de plus en plus contestée. C’est une vieille politique
d’un autre temps, dit-on. Elle profite aux agriculteurs les plus riches.
Aujourd’hui, on vend plus de produits agricoles hors Union que l’on
en achète.

Malgré tout, dans le budget européen 2007 à 2013, l’agriculture
recevra encore beaucoup. La France, un des grands pays agricoles du monde, ne
veut pas abandonner ses paysans, même riches. Les 25 chefs d’Etat
et de gouvernement se sont donc entendus pour ne pas toucher à la PAC.
Mais on reverra le budget en 2009. Et l’on préparera, sans doute,
la fin de la PAC pour 2013.

Les régions

A côté de l’agriculture, il y a l’aide aux régions.
L’Union européenne finance des projets pour aider les régions
les plus défavorisées de l’Union. L’élargissement
aux 8 pays de l’est ne simplifie pas les choses. Il y a beaucoup de régions
pauvres dans ces pays. Ces régions doivent donc recevoir une aide européenne.
L’argent donné à l’est ne peut servir aux régions
de l’ouest qui reçoivent depuis des dizaines d’années
les aides européennes. On imagine les difficultés pour trouver
un accord.

Dans l’accord, la Belgique ne s’en sort pas trop mal. C’est
l’avis de notre secrétaire d’Etat aux Affaires européennes,
Didier Donfut : « C’est une enveloppe correcte qui permettra aux Régions
de poursuivre leurs politiques… ». Notre pays recevra au total 2 milliards
d’euros pour les années 2007 à 2013. C’est 5,7% de
moins que pour la période 2000-2006. Pour la province du Hainaut, la baisse
des aides est de10%. Cela fait 577 millions d’euros sur sept ans. Ce budget
n’est pas extraordinaire. Il n’est pas non plus catastrophique.

Thierry Verhoeven


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Le 14 octobre, ce sont les élections communales. Pour vous, les élections, c’est :

Clôture du précédent sondage "Vous pensez que Mai 68", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de