samedi 20 juillet 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Victoire de la N-VA, oui, mais…

Le parti nationaliste de droite, la N-VA a gagné les élections en Flandre. Le sociaux-chrétiens de la CD&V se tassent. Les libéraux flamands de l’Open VLD s’effondrent. Et si le parti d’extrême droite, le Vlaams Belang, n’est pas devenu le 1er parti, il n’a jamais fait autant de voix…

Il s’en est fallu de peu pour que l’extrême droite devienne la 1ère force politique au Parlement flamand. Le Vlaams Belang de Tom Van Grieken a eu 22,7% des voix. La N-VA, le parti nationaliste de droite du bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever, a gagné les élections avec 23,9% des voix. L’écart est faible entre les 2 partis. D’ailleurs, les deux partis ont le même nombre de sièges au parlement flamand: 31 chacun sur un total de 124.

Bart De Wever, la star

Les médias ont présenté comme un triomphe la courte victoire de la N-VA. Pourquoi ? Parce que tous les sondages annonçaient une victoire du Vlaams Belang. Mais Bart De Wever a renversé la tendance les dernières semaines de la campagne. Comment ? Il semble que plusieurs choses aient joué. D’abord, la N-VA a annoncé clairement qu’elle ne gouvernerait pas avec le Vlaams Belang, avec l’extrême droite. Cela veut dire qu’elle respecterait le cordon sanitaire. Ensuite, la N-VA a moins mis en avant ses propositions pour l’indépendance de la Flandre. Enfin, Bart De Wever s’est déclaré prêt à devenir Premier ministre du gouvernement fédéral.

Lire aussi notre article qui explique ce qu’est le cordon sanitaire

Extrême droite

Mais l’extrême droite échoue de peu et la tendance est en sa faveur. En effet, le Vlaams Belang est passé de 18,5% des voix en 2019 à 22,7% en 2024. Il a fait presque 1 million de voix, 210 000 voix ne plus qu’en 2019. C’est un score historique. La N-VA reste le premier parti, mais elle a reculé de 24,8% à 23,9% des votes. Le tableau aux élections européennes est encore plus sombre. Le Vlaams Belang a eu plus d’un million de voix et il a pris la 1ère place à la N-VA. Finalement, c’est à l’échelle nationale que la poussée du Vlaams Belang est la moins forte. Il passe de 12%  des voix  alors que la N-VA a eu 16,7% des votes contre 16% en 2019.

Les libéraux s’effondrent

Comme la N-VA est le 1er parti de Flandre, c’est la N-VA qui devrait former le gouvernement flamand. Bart De Wever a commencé à discuter avec les autres partis dès le lendemain des élections. Depuis 2014, la N-VA dirigeait le gouvernement flamand. Elle était alliée aux sociaux-chrétiens de la CD&V et aux libéraux de l’OpenVLD.  Après les élections de 2024, cela n’est plus possible car un gouvernement doit être soutenu par une majorité de députés. La N-VA a 31 sièges, mais le CD&V n’en a plus que 16, il en avait 19. Et surtout, l’OpenVLD s’est effondré : il passe de 16 à 9 sièges.

Avec les socialistes ?

Le leader de l’OpenVLD, Alexander De Croo a immédiatement démissionné de son poste de Premier ministre du gouvernement fédéral et annoncé que les libéraux flamands seraient dans l’opposition. Par contre, le socialistes flamands du parti ont bien progressé. Ils ont 18 sièges contre 13 en 2019 et ils se disent prêts à discuter. Même si Vooruit a des positions parfois très différentes de la N-VA, une semble possible.  

Bart De Wever, l’informateur

Dans tous les cas, Bart De Wever, tient parole. Jusqu’ici. Le Vlaams Belang lui a tendu la main dès le soir des élections et il l’a refusée. Le Vlaams Belang reste donc au balcon pendant que Bart De Wever mène le bal. Et même deux bals à la fois. En effet, il a été nommé informateur par le roi Philippe. Que doit-il faire ? Il doit comme le dit le communiqué officiel: « Identifier les partis désireux de former rapidement une coalition stable au niveau fédéral et de dégager ses principales orientations politiques ». Nul doute que la formation du gouvernement fédéral influencera celle du gouvernement flamand. La Belgique reste et demeure un objet politique compliqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
Alamy Live News
Les droits des femmes, le bla, bla, bla de Bardella
image-4
Elections, 2 petits tours et puis s'en vont?
2024-06-09T202459Z_2054971225_MT1HNSLCS000I55JYK_RTRMADP_3_HANS-LUCAS (1)
Contre l'extrême droite, Macron joue son va-tout
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre