jeudi 25 juillet 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

La colère des jeunes ne date pas d’hier

Nahel vivait à Nanterre, dans une banlieue de Paris, comme beaucoup d’enfants et petits-enfants d’immigrés. Nahel est mort à 17 ans, tué par une balle de policier lors d’un contrôle routier. Le drame a mis le feu aux poudres. Les jeunes, dans l’émotion, se sont lâchés. Il y a eu 3 nuits « d’émeute » dans les banlieues de plusieurs villes françaises. La situation n’est pas nouvelle. Nous présentons ici une vidéo de 1980 dans laquelle un chanteur célèbre s’adresse à François Mitterrand qui sera élu en 1981 Président de la République. Balavoine parle déjà du désespoir de la jeunesse.

Suite à la mort du jeune Nahel, il y a eu des affrontements avec la police, des magasins pillés, des voitures brûlées, des écoles, des crèches, des mairies, des médiathèques. Depuis le 27 juin, il y a eu  2 500 bâtiments dégradés, 24 000 feux dans les rues et 3 505 personnes ont été arrêtées.

Jeunes sans avenir

Pour certains, rien ne justifie que l’on s’attaque aux institutions et aux biens d’autrui. Pour d’autres, sans être d’accord avec les violences, comprennent que les jeunes de certains quartiers n’en puissent plus. Il y a des violences policières dans ces quartiers. Les jeunes, surtout les noirs et les « basanés », sont souvent contrôlés. Les jeunes ont l’impression de ne pas avoir de perspectives professionnelles, de ne pas avoir d’avenir. Ils sont souvent victimes de violences policières…

Il y a 40 ans déjà

Ce sentiment n’est pas nouveau. Et, par exemple, un chanteur célèbre dans les années 1980, Daniel Balavoine poussait déjà un coup de gueule face au dirigeant du parti socialiste François Mitterrand. Dans ces années-là, comme encore aujourd’hui, les jeunes des cités avaient l’impression de ne pas être écoutés par les représentants des partis politiques.

Jeunesse désespérée

Daniel Balavoine osait exprimer sa colère et donne un avertissement aux médias et à
François Mitterrand en personne: « La jeunesse se désespère, elle est profondément désespérée parce qu’elle n’a plus d’appui, elle ne croit plus en la politique française… En règle générale, le désespoir est mobilisateur et que lorsqu’il devient mobilisateur, il est dangereux….Les jeunes vont finir par virer du mauvais côté parce qu’ils n’ont pas d’autres solutions.» Les paroles du chanteur était sans doute prémonitoires.

Rien n’a changé ou presque

Depuis toutes ces années, les représentants des partis politiques n’ont pas vraiment réagi ou mal réagi. Certains ont pris des mesures qui ont aggravé les choses au fil du temps. Il y a eu surtout la montée du Front national, un parti d’extrême droite avec un discours raciste. Leur discours anti-immigrés a été en partie repris par des élus politiques de droite. Les élus de gauche n’avaient pas le même discours, mais ils n’ont pas su mener une vraie politique pour donner de l’espoir aux jeunes et un meilleur avenir. On le constate aujourd’hui. Et 40 ans après le coup de gueule de Daniel Balavoine, les choses n’ont pas vraiment changé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
image
Belgique, le bon sens des alliances?
Alamy Live News
Les droits des femmes, le bla, bla, bla de Bardella
image-4
Elections, 2 petits tours et puis s'en vont?
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre