mercredi 29 mai 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Dans le caddie d’Annie Ernaux

Dans « Regarde les lumières mon amour », Annie Ernaux raconte ses visites dans un grand centre commercial où il y a un hypermarché. Elle nous raconte ce qu’elle voit, ce qu’elle observe de la vie de gens ordinaires dans ces lieux. Des lieux qui sont des espaces d’aliénation et, qu’on le veuille ou non, de bien-être. Tout le monde est déjà allé dans un centre commercial. C’est un grand bâtiment de plusieurs étages avec des dizaines de magasins et souvent un supermarché voire un hypermarché. Dans un centre commercial, il y a des gens comme vous et moi. Ce ne sont jamais des gens « ordinaires » quand ils sont écrits et décrits par Annie Ernaux.

Exercice en ligne en bas d’article

Stress et bien-être

Faire les courses fait partie de notre vie de tous les jours. C’est aussi une cause de soucis quand on n’a pas assez de pouvoir d’achat alors que tout est fait dans le supermarché et le centre commercial pour que l’on achète. Hypermarchés et centre commerciaux sont aussi des lieux où l’on se promène. Ce sont des espaces de fatigue et de stress, ce sont aussi des lieux d’évasion et de détente.

C’est aussi notre vie

Centres commerciaux et grand magasins font partie de notre vie. Pourtant, on n’en parle pas beaucoup dans les romans. L’écrivaine Annie Ernaux a voulu faire un livre sur le sujet. Il est écrit « roman » sur la couverture, mais il se présente sous la forme d’un journal. Annie Ernaux va souvent dans un grand centre commercial près de Paris. Dans ce livre, elle nous raconte ce qu’elle voit presque au jour le jour pendant quelques mois en 2012 et 2013.

Au début du livre, il y a une citation d’un autre écrivaine, Rachel Cusk qui dit que les hypermarchés sont comme des « espaces éclairés au néon … si impersonnels et aussi éternels qu’il en émane du bien-être autant que de l’aliénation. » 
Si l’on veut résumer, Annie Ernaux voit dans le détail ce que dit Rachel Cusk. Alors ouvrons , lisons ce livre journal d’Annie Ernaux et voyons cela de plus près.

Aliénation

Un hypermarché crée de l’aliénation ? Annie Ernaux nous en donne des exemples quand elle parle, entre autres, du sexisme des jouets : poupées pour les filles, voitures pour les garçons. Ou encore la place des articles dans le magasin. Les produits « bio » pour les plus riches sont mis en évidence. Les produits les moins chers pour les plus pauvres sont au fond du magasin.

« Je » et « Nous »

Au rayon librairie, il n’y a que les livres bestsellers. Annie Ernaux remarque quand même un de ses livres en collection de poche, rangé sur une étagère. C’est une petite anecdote où elle parle d’elle, mais il y en a finalement peu dans le livre ou plutôt elles ne se remarquent pas. Pourtant le livre est un journal, il est écrit à la première personne. C’est donc le « je » d’Annie Ernaux. Mais ce qui traverse Annie Ernaux, ce qu’elle vit, c’est aussi ce qui nous traverse, ce que nous vivons. Son « je » est aussi un « nous ».

Impersonnel et éternel

Un hypermarché est un espace impersonnel ? Oui quand on lit, par exemple, dans le livre : « Foule dense dès l’entrée dans le centre commercial. Un bourdonnement immense où la musique perce faiblement. » Et dans la phrase qui suit, on voit l’espace éternel : « Sur le tapis roulant, sous la verrière, on monte vers les guirlandes et les illuminations qui pendent comme des colliers de pierres précieuses. » Le paragraphe se termine par ces 2 phrases : « La jeune femme qui est devant moi avec une petite fille en poussette lève la tête, sourit. Elle se penche vers l’enfant : « Regarde les lumières mon amour » ! »

Une belle humanité

Ainsi , quoi qu’on dise, l’hypermarché et le centre commercial sont aussi des espaces « éternels et de bien-être ». Espaces éternels et de bien-être comme l’amour d’une maman. En deux phrases, Annie Ernaux nous montre toute l’humanité de cette maman, comme elle le fait à d’autres pages pour une femme asiatique, une femme noire, une femme voilée, un jeune SDF, un vieil homme pauvre, une famille populaire. Avec l’écriture d’Annie Ernaux, ce ne sont jamais des gens « ordinaires ».

Le livre d’Annie Ernaux est en livre de poche. Il est aussi accessible gratuitement en ligne à cette adresse électronique

10 questions en ligne sur l’article

1. 
Annie Ernaux a écrit un seul roman

2. 
Dans le titre « Regarde les lumières mon amour », les lumières sont celles d’un supermarché

3. 
« Regarde les lumières mon amour » est une nouvelle

4. 
« Regarde les lumières mon amour » se présente comme un journal

5. 
Rachel Cusk est l’auteur de « Regarde les lumières mon amour »

6. 
Rachel Cusk a écrit une phrase citée dans « Regarde les lumières mon amour»

7. 
Dans « Regarde les lumières mon amour », l’auteur parle en « je »

8. 
C’est une jeune femme qui prononce la phrase « Regarde les lumières mon amour » en s’adressant à son mari

9. 
C’est une jeune femme qui prononce la phrase « Regarde les lumières mon amour » en s’adressant à son enfant

10. 
Dans l’article il y a un lien où on peut télécharger gratuitement « Regarde les lumières mon amour »

Les questions en format word

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
liste_produits_boycott-page001-92efd
Le boycott, une arme non-violente
dossierpedafemmes
Dossier pédagogique sur les droits des femmes
image-4
Un dossier pédagogique sur la Belgique
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre