samedi 20 juillet 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Les mots tuent aussi

En janvier dernier, il y a eu une conférence à Jérusalem avec pour titre « La colonisation apporte la sécurité » avec des Israéliens qui sont pour la recolonisation de la bande de Gaza. Parmi ces extrémistes, il y avait 11 ministres du gouvernement israélien et 15 parlementaires israéliens. La plupart étaient d’extrême droite. On a entendu à cette conférence des propos qui font froid dans le dos. Ces représentants de l’Etat d’Israël ne sont pas contre l’idée que : « Le but est de chasser les Gazaouïs de leur territoire et de coloniser la bande de Gaza. » Et affichée au mur, une carte des territoires de Gaza recolonisés ave les villes renommées en hébreu, la langue juive. On ne peut pas s’empêcher de penser au mot « génocide ».

Le mot génocide

Le mot est fait à partir du mot grec ‘genos’ qui veut dire race, tribu et du mot latin ‘cide’ qui
renvoie au mot tuer. Le mot « génocide » a été utilisé pour la première fois en 1944 pour parler de l’extermination de presque 6 millions de Juifs par les Nazis pendant la 2e guerre mondiale.

L’histoire

En 1948, l’Organisation des Nations unies vote une Convention pour punir et prévenir un génocide. Dans le monde, 149 Etats s’engagent à la respecter. L’ONU reconnait 3 génocides. Il y a le génocide du peuple arménien par les Turcs au début du 20e siècle. Il y a le génocide du peuple juif par les Nazis pendant la 2e guerre mondiale. Il y a le génocide du peuple tutsi par les Hutus en 1994 au Rwanda. Le génocide du peuple juif n’est pas le même que les 2 autres. Les Nazis ont exterminé de façon industrielle, très organisée, très préparée, presque 6 millions de Juifs et ils voulaient les éliminer tous. C’est une horreur absolue.

Dans la bande de Gaza

Israël est officiellement un Etat juif. Il fait la guerre contre les Palestiniens et les Palestiniennes de la bande de Gaza. Une guerre qui fait des milliers de morts dont beaucoup de civils, hommes, femmes et enfants. Des spécialistes du droit international disent qu’un génocide du peuple palestinien de la bande de Gaza est possible.

Un autre génocide?

Le 26 janvier, la Cour internationale de Justice de l’ONU a même reconnu qu’il y a un risque de génocide à Gaza et a demandé à Israël de prendre des mesures pour éviter un génocide possible. Le peuple juif a été victime de génocide. Et l’Etat juif pourrait être accusé de génocide à son tour. Pour les autorités de l’Etat d’Israël, c’est évidemment un scandale. Mais, même si Israël était reconnu coupable de génocide, cela n’atteindrait pas l’horreur de l’extermination des Juifs par les Nazis. Pourtant, certains ministres du gouvernement israélien et d’autres dirigeants israéliens disent des choses qui font penser à une volonté de génocide. C’était à une conférence fin janvier à Jérusalem sur la colonisation des territoire palestiniens par Israël.

«  La seule solution est la déportation massive des habitants de Gaza », ministre de la sécurité nationale, Ben Gvir

 « Il n’y aura jamais d’État palestinien entre la mer et la Jordanie (…) Les migrations volontaires doivent parfois être imposées avant d’être consenties. », ministre des communications, Shlomo Karhi

« Un chiffre de Gazaouïs idéal serait entre 100 000 et 200 000 », ministre des finances Bezalel Smotrich Pour rappel, la bande de Gaza compte 2 millions et demi d’habitants.

 « Le 7 octobre a changé l’histoire… Gaza, la porte sud d’Israël, sera ouverte en grand. Les Gazaouis partiront pour le monde entier, et le peuple d’Israël s’épanouira sur la terre de ses ancêtres… », Daniela Weiss, dirigeante d’un mouvement d’extrême droite dans les colonies israéliennes

« La Nakba 2, c’est-à-dire la déportation massive des Arabes de Gaza, est également justifiée par les lois de la guerre.»  un avocat extrémiste, Aviad Visoli

Le 1er ministre Netanyahou

Le 1er ministre Benjamin Netanyahou n’était pas à cette conférence mais quelques semaines plus tôt, dans une communication avec son conseiller, il a dit qu’il faut « réduire la population de Gaza à
son niveau minimum. »

L’association France-Palestine Solidarité en parle, c’est ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
Alamy Live News
Les droits des femmes, le bla, bla, bla de Bardella
image-4
Elections, 2 petits tours et puis s'en vont?
image-5-10
Victoire de la N-VA, oui, mais...
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre