vendredi 23 février 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

« L’art est politique, sinon rien! »

Les installations de Margaret Harrison posées dans la 1ère salle de l’exposition donnent le titre à cette exposition « Danser sur les missiles ». L’exposition montre, comme en miroir, les rapports de domination de la société. Elle reflète bien ce que dit l’artiste :« L‘art est politique, sinon rien ! »

Propriété privée

En 1981, des milliers de femmes manifestent contre l’installation de missiles nucléaires devant le camp militaire de Greenham-commons en Angleterre. En anglais « commons » veut dire « communs ». Greenham-commons est une terre commune, communale, dont tout le monde peut profiter.
Les terres communes, communales sont un symbole en Angleterre. Il y en avait beaucoup jusqu’au 17e siècle, puis on a commencé à les clôturer pour un usage privé. C’est, dit-on, une des marques du début d’un nouveau système économique basé sur la propriété privée, d’un système économique capitaliste.

Missiles nucléaires

En 1981, ce terrain commun est loué à une organisation militaire pour y mettre des missiles Pershing, armes nucléaires américaines qui peuvent faire « péter la planète ». Des femmes britanniques ne l’acceptent pas. Elles marchent vers la base avec leurs enfants. Au fil des semaines, les femmes sont de plus en plus nombreuses. Lors d’une grande manifestation de plusieurs dizaines de milliers de femmes, elles encerclent la base en se tenant la main. Elles installent un camp de la paix.

[/

Un missile Pershing

/]

Danser sur les missiles

Ces femmes inventent des actions originales pour faire connaitre leur lutte. Certaines femmes ont même un jour pénétré dans la base et dansé sur les silos des missiles. On les avait appelées à l’époque « Les folles de Greenham-Commons ». L’une de de ces femmes témoigne : « C’étaient les femmes qui allaient prendre les jouets des garçons, donc c’était très féministe. »
[/

Les femmes pacifistes de Greenham dansant sur les silos des missiles. On les a appelées « les folles de Greenham »

/]

Le reflet du réel

Un autre jour, elles accrochent des vêtements d’enfants, des couches, des articles ménagers sur la clôture du camp militaire. Un autre jour encore, elles inventent l’action « Refléter la base ». Elles tendent un miroir aux militaires qui sont de l’autre côté de la clôture. Elles le font en silence. L’action est un symbole d’une réflexion sur soi pour que les militaires réfléchissent à ce qu’ils font, à ce qu’ils sont. Inversion des rôles et des genres, subversion, il y avait là tout pour plaire à Margaret Harrison.

Réflexions communes

Margaret Harrison prend des photos des actions des femmes de Greenham-Commons. Alors qu’elle prépare une exposition à New York, elle a l’idée de créer des œuvres qui reproduisent les clôtures du camp militaire décorées par les manifestantes. Ainsi, l’œuvre « Réflexions communes » est une clôture avec des vêtements d’enfants, des objets domestiques et ménagers accrochés. En fond, un miroir pour que notre image de spectateur s’y reflète, pour que l’on réfléchisse aussi sur soi, sa condition, son existence, sa position face à cette clôture. Est-on d’un côté ou de l’autre ? Cette clôture ouvre à la réflexion, à l’imagination.

[/***Réflexions communes
/]

Le retour du réel

A l’ouverture de l’exposition de New-York, Margaret Harrison doit retourner en Angleterre car sa mère est malade. Les techniciens qui ont monté les installations artistiques de Margaret Harrison se transforment alors en guides de l’exposition. Ils expliquent aux visiteurs américains ce qu’est la base de Greenham-Commons et ses missiles américains, ce qu’est l’action de ces femmes pacifistes. Ils ont ainsi expliqué l’œuvre de Margaret Harrison. Et en faisant cela, ils ont expliqué le réel.

L’art est politique, sinon rien!

Avec « Réflexions communes », «l’art est politique, sinon rien!» C’est vrai dans le choix du sujet : l’action pacifiste de femmes contre la domination américaine, le danger de la guerre nucléaire et contre l’appropriation de la terre. C’est vrai dans la façon de représenter ce sujet : la clôture, les objets ménagers comme attributs habituels de « la femme », les miroirs qui nous réfléchissent et nous font réfléchir. C’est vrai dans le lieu de création: la domination militaire américaine montrée et dénoncée à New York donc aux Etats-Unis même. C’est vrai jusque dans l’anecdote: les techniciens qui ont monté les œuvres devenus guides de l’exposition. L’oeuvre « Réflexions communes » nous le montre : « l’art est politique, sinon rien » et même: l’art est démocratique, sinon rien !


Renseignements et réservation sur le site du BPS22
Boulevard Solvay, 22 B-6000 Charleroi
Téléphone : +32 71 27 29 71

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
Affiche_rouge
Une affiche rouge contre les Nazis
essenart
Missak, Mélinée et Olga
palestineespoir
Palestine, l'espoir malgré tout
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre