mardi 25 juin 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

La gauche et la droite en politique

L’origine de la gauche et de la droite date de 1789. Cette année-là, en France, il y a une vraie révolution. Elle est connue sous le nom de Révolution française.  Le peuple et les bourgeois ne veulent plus d’un roi et de nobles qui ont tous les pouvoirs. En juin 1789, il y a une assemblée nationale pour discuter, entre autres, des pouvoirs du roi Louis XVI. Les députés qui défendaient les pouvoirs du roi se sont mis à droite. Alors, les députés qui voulaient supprimer des pouvoirs au roi se sont mis à gauche. Peu à peu, c’est devenu une habitude. Ceux qui sont pour le peuple, pour le changement de la société et vers plus d’égalité sont classés à gauche. Ceux qui défendent plutôt les dominants et l’ordre établi sont classés à droite. Dans tous les pays du monde, on fait cette division politique entre la gauche et la droite. Cette division permet de classer les partis, les mouvements politiques et les idées des uns et des autres.

Tendances et repères

Généralement, la gauche défend « le peuple », les couches populaires, les ouvriers, les salariés, les moins riches. Beaucoup de ces gens votent donc à gauche. Généralement, la droite défend ceux qui dominent dans la société, ceux qui possèdent leur terre ou leur instrument de travail (leur boutique, leur entreprise…), les patrons, ceux qui font travailler les autres ou qui travaillent pour eux-mêmes, les indépendants. Beaucoup de ces gens votent donc à droite. Evidemment, il y a des commerçants qui votent à gauche et des ouvriers qui votent à droite voire à l’extrême droite. Mais on parle ici de tendance générale.

Si on reprend certaines choses de ce que dit le philosophe André Comte-Sponville (1). On peut dire que :

• La gauche est pour des changements. Elle veut faire la révolution ou des réformes. Elle est progressiste. La gauche défend les avantages sociaux acquis par les luttes ouvrières (la sécurité sociale par exemple). La droite défend davantage ce qui est. La gauche, c’est plutôt le parti du mouvement. La droite, c’est plutôt le parti de l’ordre, de la conservation.

• La gauche est du côté du peuple, de ses organisations (les partis, les syndicats, les associations), de leur représentation « dans la rue » (les manifestations), défend le droit de grève. La droite, sans mépriser pour autant le peuple, est davantage attachée au respect du droit au travail contre les grévistes.

• La gauche défend plus l’égalité, la liberté des moeurs, la défense des plus faibles, l’internationalisme, la solidarité, la sécurité sociale. La droite défend plus la réussite individuelle, la liberté d’entreprendre, la religion, la hiérarchie, la sécurité, la patrie, la famille, le travail, l’effort, la concurrence,… Cela n’empêche pas des hommes de droite d’être antireligieux. Ni des gens de gauche de croire en Dieu. Mais ici aussi, c’est une tendance.

• La gauche est généralement plus tolérante que la droite. Elle défend les droits des minorités, des homosexuels, des transgenres, etc.

• La gauche défend l’Etat et les services publics. Elle veut que l’Etat intervienne dans l’économie. La droite laisse plutôt faire le marché et les entreprises privées.

• La gauche veut surtout lutter contre les inégalités, « réparer les dégâts » des injustices de la vie. Elle défend l’idée de : à chacun selon ses besoins. La droite défend plus la sélection, l’élitisme. Elle veut bien protéger les plus faibles mais à condition de ne pas déranger les plus entreprenants, les plus talentueux ou les plus riches ! Elle défend l’idée de : à chacun selon ses mérites.

• En matière de sécurité, la gauche est plus pour la prévention. La droite est plus pour la répression.

Pas toujours clair

Voilà pour les repères. Mais attention, c’est parfois difficile de séparer la gauche et la droite par ces repères. Prenons un exemple : l’allocation de chômage. La gauche défend une allocation de chômage illimitée dans le temps. C’est normal, elle est pour la défense de la sécurité sociale et des droits sociaux acquis. Certains partis de droite veulent, eux, limiter dans le temps les allocations de chômage. Ces partis de droite disent que la gauche est « conservatrice », puisqu’elle est opposée au changement et à la réforme. Alors que selon nos repères, c’est la droite qui est plutôt conservatrice et la gauche qui est pour les changements et la réforme. Pour ne pas se tromper, il ne faut donc pas oublier de se poser la question : qui va profiter de tel programme ou de telle proposition ?

Autre difficulté : la droite a gagné sur beaucoup de choses. Depuis la crise économique des années 80, les gouvernements ont fait le plus souvent une politique de droite pour essayer de sortir de la crise. On a, par exemple, supprimé le contrôle des marchés financiers. On a diminué les cotisations sociales que paient les patrons sur les salaires de leurs ouvriers. On a dépensé moins d’argent pour les services publics. Et bien, laisser faire le marché, diminuer le coût du travail, moins investir dans les services publics, ce sont des réponses de droite à la crise.
Pourtant, dans ces gouvernements, il y a eu et il y a des partis de gauche. Les mauvaises langues parlent d’ailleurs parfois des socialistes non plus comme des sociaux-démocrates mais des sociaux-libéraux…

(1) Dictionnaire philosophique, 2001, PUF

La gauche et la droite en politique

Il y a 5518 caractères et 977 mots dans ce texte

L’origine de la gauche et de la droite date de 1789. Cette année-là, en France, il y a une vraie révolution. Elle est connue sous le nom de Révolution française.  Le peuple et les bourgeois ne veulent plus d’un roi et de nobles qui ont tous les pouvoirs. En juin 1789, il y a une assemblée nationale pour discuter, entre autres, des pouvoirs du roi Louis XVI. Les députés qui défendaient les pouvoirs du roi se sont mis à droite. Alors, les députés qui voulaient supprimer des pouvoirs au roi se sont mis à gauche. Peu à peu, c’est devenu une habitude. Ceux qui sont pour le peuple, pour le changement de la société et vers plus d'égalité sont classés à gauche. Ceux qui défendent plutôt les dominants et l’ordre établi sont classés à droite. Dans tous les pays du monde, on fait cette division politique entre la gauche et la droite. Cette division permet de classer les partis, les mouvements politiques et les idées des uns et des autres.

Tendances et repères

Généralement, la gauche défend « le peuple », les couches populaires, les ouvriers, les salariés, les moins riches. Beaucoup de ces gens votent donc à gauche. Généralement, la droite défend ceux qui dominent dans la société, ceux qui possèdent leur terre ou leur instrument de travail (leur boutique, leur entreprise...), les patrons, ceux qui font travailler les autres ou qui travaillent pour eux-mêmes, les indépendants. Beaucoup de ces gens votent donc à droite. Evidemment, il y a des commerçants qui votent à gauche et des ouvriers qui votent à droite voire à l’extrême droite. Mais on parle ici de tendance générale.

Si on reprend certaines choses de ce que dit le philosophe André Comte-Sponville (1). On peut dire que :

• La gauche est pour des changements. Elle veut faire la révolution ou des réformes. Elle est progressiste. La gauche défend les avantages sociaux acquis par les luttes ouvrières (la sécurité sociale par exemple). La droite défend davantage ce qui est. La gauche, c’est plutôt le parti du mouvement. La droite, c’est plutôt le parti de l’ordre, de la conservation.

• La gauche est du côté du peuple, de ses organisations (les partis, les syndicats, les associations), de leur représentation « dans la rue » (les manifestations), défend le droit de grève. La droite, sans mépriser pour autant le peuple, est davantage attachée au respect du droit au travail contre les grévistes.

• La gauche défend plus l’égalité, la liberté des moeurs, la défense des plus faibles, l'internationalisme, la solidarité, la sécurité sociale. La droite défend plus la réussite individuelle, la liberté d’entreprendre, la religion, la hiérarchie, la sécurité, la patrie, la famille, le travail, l’effort, la concurrence,... Cela n’empêche pas des hommes de droite d’être antireligieux. Ni des gens de gauche de croire en Dieu. Mais ici aussi, c’est une tendance.

• La gauche est généralement plus tolérante que la droite. Elle défend les droits des minorités, des homosexuels, des transgenres, etc.

• La gauche défend l’Etat et les services publics. Elle veut que l’Etat intervienne dans l’économie. La droite laisse plutôt faire le marché et les entreprises privées.

• La gauche veut surtout lutter contre les inégalités, « réparer les dégâts » des injustices de la vie. Elle défend l’idée de : à chacun selon ses besoins. La droite défend plus la sélection, l’élitisme. Elle veut bien protéger les plus faibles mais à condition de ne pas déranger les plus entreprenants, les plus talentueux ou les plus riches ! Elle défend l’idée de : à chacun selon ses mérites.

• En matière de sécurité, la gauche est plus pour la prévention. La droite est plus pour la répression.

Pas toujours clair

Voilà pour les repères. Mais attention, c’est parfois difficile de séparer la gauche et la droite par ces repères. Prenons un exemple : l’allocation de chômage. La gauche défend une allocation de chômage illimitée dans le temps. C’est normal, elle est pour la défense de la sécurité sociale et des droits sociaux acquis. Certains partis de droite veulent, eux, limiter dans le temps les allocations de chômage. Ces partis de droite disent que la gauche est « conservatrice », puisqu’elle est opposée au changement et à la réforme. Alors que selon nos repères, c’est la droite qui est plutôt conservatrice et la gauche qui est pour les changements et la réforme. Pour ne pas se tromper, il ne faut donc pas oublier de se poser la question : qui va profiter de tel programme ou de telle proposition ?

Autre difficulté : la droite a gagné sur beaucoup de choses. Depuis la crise économique des années 80, les gouvernements ont fait le plus souvent une politique de droite pour essayer de sortir de la crise. On a, par exemple, supprimé le contrôle des marchés financiers. On a diminué les cotisations sociales que paient les patrons sur les salaires de leurs ouvriers. On a dépensé moins d’argent pour les services publics. Et bien, laisser faire le marché, diminuer le coût du travail, moins investir dans les services publics, ce sont des réponses de droite à la crise.
Pourtant, dans ces gouvernements, il y a eu et il y a des partis de gauche. Les mauvaises langues parlent d’ailleurs parfois des socialistes non plus comme des sociaux-démocrates mais des sociaux-libéraux…

(1) Dictionnaire philosophique, 2001, PUF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
parlementfederalcamembert
Elections, barre à droite et division Nord/Sud
image-5-1
Comment voter?
gpsdesign
Voyagez dans le cahier "Elections, piège à cons ?"
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre