jeudi 25 avril 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Quand le Roi reçoit l’extrême droite

On dit souvent qu’en Belgique le Roi n’a pas beaucoup de pouvoir. Ou plutôt, que son pouvoir est symbolique. Le Roi règne sur le pays, mais il ne gouverne pas. Et pourtant, le Roi a un rôle fondamental au lendemain des élections. Après chaque élection législative, le Roi doit en effet consulter les responsables politiques au Palais. Cela s’appelle les « consultations ». Pendant plusieurs jours, il invite les représentants des différents partis pour discuter. Après ces rencontres, il pourra désigner un formateur qui essaiera de former le nouveau Gouvernement fédéral. Parfois, le Roi choisit d’abord un ou plusieurs informateurs pour récolter des informations auprès des différents partis. Ces informateurs conseillent le Roi pour choisir un formateur.

Que faire avec le Vlaams Belang ?

Lors des élections 2019, le Vlaams Belang, parti d’extrême droite flamand, a fait un gros score. Il a obtenu 18 % des voix en Flandre. Il est le 2e parti au Parlement flamand après la NV-A et le 3e parti au Parlement fédéral après la NV-A et le PS.
Après cette victoire, le Roi Philippe allait-il inviter le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, à une rencontre ? Car c’est une tradition de ne pas laisser entrer l’extrême droite au Palais. Dans l’histoire de la Belgique, une seule fois un Roi a reçu le représentant d’un parti d’extrême droite. C’était en 1936, lorsque le roi Léopold III a consulté Léon Degrelle, du parti d’extrême droite Rex. Le roi Baudouin avait, convié en 1978 Karel Dillen, président du Vlaams Blok (ancêtre du Vlaams Belang). Mais Karel Dillen avait refusé de venir.

Les « pour » et les « contre »

Au lendemain des élections du 26 mai 2019, le Roi devait choisir : recevoir ou non un parti d’extrême droite, grand vainqueur des élections ? Plusieurs politiciens, académiciens, intellectuels ont donné leur avis à ce sujet dans les médias. Pour certains, le Roi ne pouvait pas inviter un parti d’extrême droite, antidémocratique, au Palais. Car si le Roi recevait le Vlaams Belang, il le faisait paraitre « fréquentable » aux yeux de la population.
Pour d’autres, le Roi a un devoir de « neutralité », il doit être neutre. Autrement dit, il ne pas prendre une position politique particulière. Le Roi devait donc recevoir Tom Van Grieken puisqu’il recevait les représentants des autres partis. Et surtout, parce qu’il représente un parti pour qui 810 000 électeurs ont voté. Ignorer le Vlaams Belang, c’était comme si on considérait que leur vote n’avait pas d’importance. Et aussi courir le risque que ce parti se pose en victime.

Le choix du Roi

Le Roi a finalement choisi de recevoir Tom Van Grieken au Palais le 29 mai à 10 h 45. L’entretien a duré 30 minutes. L’affaire est close. Depuis lors, le Roi a désigné deux informateurs, Johan Vande Lanotte et Didier Reynders. Ils rencontrent les présidents de tous les partis qui pourraient jouer un rôle dans la formation du Gouvernement fédéral. Et cette fois, le Vlaams Belang n’a pas été invité aux discussions. Par contre, au niveau régional, le formateur est le représentant du parti qui a remporté le plus de voix. En Flandre, il s’agit de la NV-A. Bart De Wever, son président a déjà reçu 2 fois Tom Van Grieken. L’avenir nous dira s’ils formeront un gouvernement ensemble…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
438231813_276328412207264_2100691291322586033_n
Palestinien, une identité à la carte
image
Voyager dans le cahier "De Palestine"
lemondeenquetegaza detruit
A Gaza, plus de la moitié des écoles et des hôpitaux détruits
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre