vendredi 23 février 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Racisme et violences policières: 2 autres virus

Le 25 mai, dans une ville des États-Unis, Georges Floyd, un Afro-Américain de 46 ans est contrôlé par la police. Derek Chauvin, policier blanc, arrête Georges Floyd et le plaque au sol. George Floyd ne résiste pas, mais le policier presse le genou sur son cou. Le policier maintient son genou appuyé pendant plus de 8 minutes. Georges Floyd meurt asphyxié.

Floyd, un symbole

Depuis la mort de Georges Floyd, il y a de nombreuses manifestations dans le monde contre le racisme et contre les violences policières. Aux États-Unis, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans plus de 140 villes. Il y a eu aussi des manifestations dans beaucoup d’autres pays : en Italie, au Royaume-Uni, en Allemagne, au Canada, en Nouvelle-Zélande, en Irlande, en Austalie, en Tunisie, en France, en Belgique… Beaucoup de manifestations étaient pourtant interdites à cause des mesures prises contre la maladie du coronavirus. Un peu partout dans le monde, le slogan des manifestants était en anglais : « Black lives matter » ; en français : « la vie des noirs compte ».

En Belgique, le Congo

En Belgique, il y a eu le 7 juin plus de 10 000 manifestants devant le palais de justice de Bruxelles contre le racisme et les violences policières. Et particularité belge, une statue de Léopold II a été vandalisée et couverte de peinture. Léopold II a été roi des Belges de 1865 à 1909. Léopold II a colonisé le Congo et exploité les richesses du pays de 1879 à 1960. La colonisation et l’exploitation des richesses du Congo ont provoqué la mort de millions de noirs. De plus en plus de citoyens demandent que l’on enseigne dans les écoles la vraie histoire de la colonisation belge au Congo. Pour de plus en plus de citoyens, il y a encore aujourd’hui trop de racisme et de discriminations en Belgique.

En France, Adama

En France, la mort de Georges Floyd a réveillé le souvenir de la mort d’un jeune français d’origine africaine Adama Traoré. En juillet 2016, Adama Traoré est mort dans un commissariat 2 heures après avoir été arrêté par la police. Aujourd’hui, on ne connaît pas encore la vérité sur la mort d’Adama Traoré. 20 000 personnes selon les chiffres de la police ont manifesté à Paris le 2 juin pour réclamer « justice pour Adama ». Adama Traoré est devenu le symbole du racisme et des violences policières en France.
On remarque que dans toutes ces manifestations, il y a beaucoup de jeunes. Des jeunes qui manifestent parfois pour la première fois de leur vie. En France, certains disent que de plus en plus la « génération climat » est une « génération Adama ». Autrement dit, les jeunes qui luttent contre le réchauffement climatique luttent aussi contre le racisme et les violences policières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
Affiche_rouge
Une affiche rouge contre les Nazis
essenart
Missak, Mélinée et Olga
palestineespoir
Palestine, l'espoir malgré tout
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre