mercredi 19 juin 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Une photographe en confinement

Ne rien faire et subir les évènements, ce n’est pas pour Sophie Lenoir. En mars 2020, quand le premier confinement a été décidé, elle venait juste de s’installer comme photographe indépendante. Du coup, elle a décidé de « faire quelque chose » pour continuer à travailler, pour se sentir utile. Elle a commencé à sillonner son quartier, en vélo, avec son appareil photo. Elle proposait à ses voisins de les photographier sur le pas de leur porte. Un projet personnel sans but lucratif. Une façon aussi de proposer à tous de garder une trace unique de cette période exceptionnelle.
«J’ai commencé un petit projet qui, de façon assez spontanée, est devenu quelque chose d’assez important. En fait, le pas de la porte était devenu une frontière qu’on ne pouvait plus franchir. Au début, je voyais ça comme une petite activité, et je pensais que le confinement allait durer quelques semaines.»

Petit projet devenu grand

Sophie Lenoit commence son petit projet de confinement, dans son quartier à Laeken, et elle publie les photos sur son site web]. Au fil du temps, des rencontres et avec le bouche-à-oreille, elle va ensuite réaliser des portraits dans les 19 communes de Bruxelles. ». Le « petit projet » de départ s’est étendu, organisé, professionnalisé. C’est un vrai boulot, de collecter les demandes, d’organiser les itinéraires en vélo sur la carte, de proposer et de gérer les rendez-vous, de respecter l’horaire, de réaliser les photos et de les envoyer… La jeune photographe a aujourd’hui réalisé plus de 500 portraits de Bruxellois devant chez eux. Elle a décidé de poursuivre son projet jusqu’à la fin du confinement. Car ces portraits capturent un instant du quotidien. Et mis ensemble, ils forment une fresque du confinement, côté intime. Ils permettent ainsi de garder une trace de cette période particulière de nos vies.

Lockdown Portraits , une expo et bientôt un livre

Plus d’un an après le début du projet, plusieurs des portraits ont été rassemblés en une expo itinérante qui a tourné dans plusieurs communes de Bruxelles. « Lockdown Portraits » rassemble les portraits des Bruxellois dans toutes les communes sur le pas de leur porte : des familles, des couples et des célibataires. Tous très différents. Derrière les visages exposés, on devine les histoires derrière les portes fermées du confinement. Car la photographe a demandé à chaque personne photographiée comment elle a vécu cette période étrange et inédite. Ces témoignages montrent le poids du confinement sur la vie quotidienne. Mais toutes les personnes photographiées sourient: ce portait était un rendez-vous, un moment positif dans une période pleine de nouvelles angoissantes…
Sophie Lenoir est à présent en train d’organiser ses portraits accompagnés de témoignages selon un fil chronologique, en un ouvrage qui devrait paraître après la fin du confinement. Ces photos accompagnées de petits textes, rassemblées, resteront comme un témoignage unique de cette période troublée et troublante. Car le confinement a été pour chacun de nous une expérience inédite, un moment unique centré sur nous-mêmes et nos proches…

Pour voir quelques-unes de ces photos, cliquer ici

Pour en savoir plus à propos du travail de Sophie Lenoir
Son site web
Sa page Facebook
Son compte Instagram

.

Une photographe en confinement

Il y a 3424 caractères et 575 mots dans ce texte

Ne rien faire et subir les évènements, ce n’est pas pour Sophie Lenoir. En mars 2020, quand le premier confinement a été décidé, elle venait juste de s’installer comme photographe indépendante. Du coup, elle a décidé de « faire quelque chose » pour continuer à travailler, pour se sentir utile. Elle a commencé à sillonner son quartier, en vélo, avec son appareil photo. Elle proposait à ses voisins de les photographier sur le pas de leur porte. Un projet personnel sans but lucratif. Une façon aussi de proposer à tous de garder une trace unique de cette période exceptionnelle.
«J’ai commencé un petit projet qui, de façon assez spontanée, est devenu quelque chose d’assez important. En fait, le pas de la porte était devenu une frontière qu’on ne pouvait plus franchir. Au début, je voyais ça comme une petite activité, et je pensais que le confinement allait durer quelques semaines.»

Petit projet devenu grand

Sophie Lenoit commence son petit projet de confinement, dans son quartier à Laeken, et elle publie les photos sur son site web]. Au fil du temps, des rencontres et avec le bouche-à-oreille, elle va ensuite réaliser des portraits dans les 19 communes de Bruxelles. ». Le « petit projet » de départ s’est étendu, organisé, professionnalisé. C’est un vrai boulot, de collecter les demandes, d’organiser les itinéraires en vélo sur la carte, de proposer et de gérer les rendez-vous, de respecter l’horaire, de réaliser les photos et de les envoyer… La jeune photographe a aujourd’hui réalisé plus de 500 portraits de Bruxellois devant chez eux. Elle a décidé de poursuivre son projet jusqu’à la fin du confinement. Car ces portraits capturent un instant du quotidien. Et mis ensemble, ils forment une fresque du confinement, côté intime. Ils permettent ainsi de garder une trace de cette période particulière de nos vies.

Lockdown Portraits , une expo et bientôt un livre

Plus d’un an après le début du projet, plusieurs des portraits ont été rassemblés en une expo itinérante qui a tourné dans plusieurs communes de Bruxelles. « Lockdown Portraits » rassemble les portraits des Bruxellois dans toutes les communes sur le pas de leur porte : des familles, des couples et des célibataires. Tous très différents. Derrière les visages exposés, on devine les histoires derrière les portes fermées du confinement. Car la photographe a demandé à chaque personne photographiée comment elle a vécu cette période étrange et inédite. Ces témoignages montrent le poids du confinement sur la vie quotidienne. Mais toutes les personnes photographiées sourient: ce portait était un rendez-vous, un moment positif dans une période pleine de nouvelles angoissantes...
Sophie Lenoir est à présent en train d’organiser ses portraits accompagnés de témoignages selon un fil chronologique, en un ouvrage qui devrait paraître après la fin du confinement. Ces photos accompagnées de petits textes, rassemblées, resteront comme un témoignage unique de cette période troublée et troublante. Car le confinement a été pour chacun de nous une expérience inédite, un moment unique centré sur nous-mêmes et nos proches…

Pour voir quelques-unes de ces photos, cliquer ici

Pour en savoir plus à propos du travail de Sophie Lenoir
Son site web
Sa page Facebook
Son compte Instagram

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
image-5-10
Victoire de la N-VA, oui, mais...
2024-06-09T202459Z_2054971225_MT1HNSLCS000I55JYK_RTRMADP_3_HANS-LUCAS (1)
Contre l'extrême droite, Macron joue son va-tout
parlementfederalcamembert
Elections, barre à droite et division Nord/Sud
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre