mercredi 19 juin 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Manifestation contre le foulard

Samedi, à Ankara, capitale de la Turquie, 100 000 manifestants se sont rassemblés contre le retour du foulard dans les universités. Ils portaient des drapeaux turcs et des photos de Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la République turque laïque en 1923. Atatürk est considéré comme « moderne ». Il a ouvert la Turquie à l’Occident. Il déconseillait déjà aux femmes de porter le voile. Il interdisait aux hommes de porter le fez ou le turban. Les Turcs sont presque tous musulmans. Mais les règles de la république turque sont laïques. La religion reste une affaire privée. Après la prise du pouvoir par les militaires en 1980, le voile a été interdit dans les universités. Mais depuis plusieurs années, la question du foulard dans les universités fait débat.

Depuis 2002, le Parti de la Justice et du développement, l’AKP, est au pouvoir en Turquie. L’AKP est, au départ, un parti islamiste. L’AKP s’est transformé et joue le jeu de la démocratie. Il a gagné les élections de 2002. Son leader, Recep Tayyip Erdogan, avait promis de revenir sur l’interdiction du foulard à l’université. Comme la question divise la population turque, Recep Tayyip Erdogan, devenu Premier ministre, a longtemps hésité avant de proposer un changement de la loi. L’AKP de Recep Tayyip Erdogan a remporté les élections une nouvelle fois en juillet 2007. Et cette fois, il passe aux actes.

Le gouvernement turc a déposé vendredi un projet de loi pour autoriser les jeunes étudiantes à porter le foulard à l’université. Et les députés turcs doivent cette semaine voter cette loi. Le nouveau texte dit : «personne ne peut être privé du droit à l’éducation.» Ce nouveau texte permettra donc aux jeunes femmes turques qui portent le foulard de suivre des cours à l’université. Mais cette loi n’autoriserait que le foulard, pas d’autres types de voiles. C’est le Conseil de l’enseignement supérieur turc qui définira la tenue vestimentaire autorisée. Les étudiantes pourront porter le foulard mais uniquement le basörtüsü. Elles devront donc avoir «le visage découvert de façon à ce qu’elles soient reconnaissables et leur foulard devra être noué sous le menton». Le türban, qui enserre le visage et cache le cou, ou le çarsaf, long voile noir qui couvre le corps de la tête au pied, restent donc interdits.

Recep Tayyip Erdogan, Premier ministre, a déclaré : « Nous franchissons un pas important. Notre seul but est de mettre fin au traitement injuste dont sont victimes des jeunes filles aux portes des universités. » Mais beaucoup de partisans de la laïcité pensent que la loi sur le foulard à l’université est une première étape vers une forme d’islamisation des règles de la République turque.

A lire aussi sur le site:
Le Président et le foulard
Manifestation en Turquie pour la laïcité et la démocratie

Manifestation contre le foulard

Il y a 3537 caractères et 613 mots dans ce texte

Samedi, à Ankara, capitale de la Turquie, 100 000 manifestants se sont rassemblés contre le retour du foulard dans les universités. Ils portaient des drapeaux turcs et des photos de Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la République turque laïque en 1923. Atatürk est considéré comme « moderne ». Il a ouvert la Turquie à l’Occident. Il déconseillait déjà aux femmes de porter le voile. Il interdisait aux hommes de porter le fez ou le turban. Les Turcs sont presque tous musulmans. Mais les règles de la république turque sont laïques. La religion reste une affaire privée. Après la prise du pouvoir par les militaires en 1980, le voile a été interdit dans les universités. Mais depuis plusieurs années, la question du foulard dans les universités fait débat.

Depuis 2002, le Parti de la Justice et du développement, l’AKP, est au pouvoir en Turquie. L’AKP est, au départ, un parti islamiste. L’AKP s’est transformé et joue le jeu de la démocratie. Il a gagné les élections de 2002. Son leader, Recep Tayyip Erdogan, avait promis de revenir sur l’interdiction du foulard à l’université. Comme la question divise la population turque, Recep Tayyip Erdogan, devenu Premier ministre, a longtemps hésité avant de proposer un changement de la loi. L’AKP de Recep Tayyip Erdogan a remporté les élections une nouvelle fois en juillet 2007. Et cette fois, il passe aux actes.

Le gouvernement turc a déposé vendredi un projet de loi pour autoriser les jeunes étudiantes à porter le foulard à l’université. Et les députés turcs doivent cette semaine voter cette loi. Le nouveau texte dit : «personne ne peut être privé du droit à l’éducation.» Ce nouveau texte permettra donc aux jeunes femmes turques qui portent le foulard de suivre des cours à l’université. Mais cette loi n’autoriserait que le foulard, pas d’autres types de voiles. C’est le Conseil de l’enseignement supérieur turc qui définira la tenue vestimentaire autorisée. Les étudiantes pourront porter le foulard mais uniquement le basörtüsü. Elles devront donc avoir «le visage découvert de façon à ce qu'elles soient reconnaissables et leur foulard devra être noué sous le menton». Le türban, qui enserre le visage et cache le cou, ou le çarsaf, long voile noir qui couvre le corps de la tête au pied, restent donc interdits.

Recep Tayyip Erdogan, Premier ministre, a déclaré : « Nous franchissons un pas important. Notre seul but est de mettre fin au traitement injuste dont sont victimes des jeunes filles aux portes des universités. » Mais beaucoup de partisans de la laïcité pensent que la loi sur le foulard à l’université est une première étape vers une forme d’islamisation des règles de la République turque.

A lire aussi sur le site:
Le Président et le foulard
Manifestation en Turquie pour la laïcité et la démocratie

3 réponses

  1. Le monde devient fou ,on interdit le foulard en Turquie mais ici on le revendique!
    Ce foulard est un faux problème !la preuve est là!
    La turquie veut rentrer dans l Europe ,il faut dire qu elle fait beaucoup d effort pour cela!
    L intégration ne se fait pas par pour ou contre ce foulard
    L intégration se fait par le respect tout simplement!

  2. Slm,

    Hé oui comme dit Aziza « le monde devient fou ».

    (« En vérité, dans la création des cieux et de la terre, et dans l’alternance de la nuit et du jour, il y a certes des signes pour les doués d’intelligence »)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
La population étrangère, histoire de la Belgique, histoire de l’immigration
Brève histoire de l’immigration en Belgique
Avoir la nationalité belge
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre