samedi 13 avril 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Un peu de tout, spécial anniversaire

Françoise Filée a proposé, pendant des années une rubrique particulière dans L’Essentiel. Cette rubrique reprenait des petites histoires insolites, étonnantes, amusantes… Cette rubrique s’intitulait Un peu de tout. Un titre inspiré d’une publicité qui, en 1989, a marqué les esprits. Le client d’un restaurant
est en fin de repas. Il demande du fromage belge, un peu de tout. Le serveur prend plaisir à lui faire découvrir une table qui n’en finit pas, garnie de fromages de toutes sortes. Dans L’Essentiel, Françoise a signé près de 150 Un peu de tout. Pour ce livre anniversaire, Françoise nous propose un Un peu de tout spécial anniversaire.

Magicien de Nouvelle-Zélande depuis 30 ans

Ian Brackenbury Channell habite à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Il est célèbre, on venait de loin pour le voir parler à la foule. Robe noire, longue barbe, cheveux hirsutes et chapeau pointu, il est sorcier. Il jetait des sorts, par exemple pour influencer le score d’un match de rugby. On l’appelait pour réaliser une danse de la pluie. Il ne se gênait pas pour dire ce qu’il pensait des décisions prises par les responsables de la ville. Au début, le conseil municipal a exigé son arrestation. Mais il était si populaire qu’on l’a laissé poursuivre. Plus tard, c’est lui qui a voulu arrêter sa magie. Le sort qu’il avait lancé pour un match n’avait pas fonctionné. Et cette fois, le conseil municipal a insisté pour qu’il continue. En 1990, le premier ministre l’a nommé Magicien de Nouvelle-Zélande.
Il a même reçu un petit salaire. Mais tout cela est fini. La ville veut se donner une image nouvelle, moderne et la magie n’a plus sa place dans ce projet.

Après 30 ans de service, on a donc mis fin à la carrière de Ian. Le magicien âgé de 88 ans est en colère et traite ceux qui l’ont licencié de « bande de bureaucrates sans imagination ».

37e campagne des Restos du cœur

37 ans déjà. Un anniversaire qu’on aimerait
ne plus devoir évoquer. Et pourtant… C’est
en 1985 que l’artiste français Coluche crée les Restos du cœur. Parce qu’il en a « marre de
voir les pauvres crever de faim dans le pays de la bouffe ».
Et après toutes, ces années, les restos du cœur accueillent toujours plus de gens. En 2019, ils ont servi 670 000 repas, en Belgique. En 2020, plus d’un million. « Aujourd’hui, on n’a plus le droit ni d’avoir faim, ni d’avoir froid » dit la chanson des restos du cœur…

Un stationnement de 47 ans

Angelo Fregolent a 94 ans. Autrefois, il travaillait chez un marchand de journaux, à Conegliano, dans le nord de l’Italie. Il se rendait au travail en voiture, une Lancia Fulvia de 1961. Quand il a été retraité, il l’a laissée là où il la garait toujours. Et depuis, elle n’a plus bougé. Après 47 ans, la voiture est fort abîmée : les pneus sont déformés, la couleur est délavée, la carrosserie est usée. Mais la vieille Lancia est devenue une curiosité et elle attire les touristes. Les gens y sont attachés, certains la connaissent depuis leur enfance. Angelo Fregolent l’aime beaucoup, lui aussi, « comme une seconde femme », dit son épouse. Dernièrement, il a fallu déplacer la vieille Lancia, pour réaliser des travaux de voirie. On lui aura sûrement trouvé un lieu pour continuer à l’admirer.

Une source d’énergie renouvelée depuis 50 ans

Nos représentants politiques ont des horaires de travail difficiles, parfois. Les discussions sont longues. Elles peuvent se prolonger tard dans la nuit. Ainsi, les débats sont compliqués entre démocrates et républicains au Congrès américain. On bataille ferme à propos du budget, des investissements ou de la dette du pays. Mais une chose met tout le monde d’accord : un pupitre. Un simple pupitre, semblable aux 99 autres, mais qui renferme un trésor : des chocolats et des confiseries. Républicains et démocrates y puisent l’énergie dont ils ont besoin. Le sénateur qui occupe le pupitre à bonbons doit veiller à ce que le tiroir soit toujours bien rempli. La tradition est vieille de 50 ans.

Du zéro… à l’infini

Zéro étudiant recalé en néerlandais parce que tous bilingues en 2001 ! C’était le souhait de la ministre de l’enseignement en 1996. On n’y est pas vraiment… « Zéro mort sur les routes d’ici à 2050 ». C’est la volonté des ministres de la mobilité et de la sécurité routière. « Zéro féminicide » ! Voilà l’objectif de la secrétaire d’État à l’Égalité des genres. Nous avons l’espoir que tout sera mis en œuvre pour que ces zéros deviennent une réalité, très vite, le plus vite possible. Quant aux vœux que nous formulons pour nos lecteurs et leur journal, il y en a à l’infini : « Un peu de magie dans nos vies, à manger et à boire à tous les recalés de l’âge et du chômage, les privés du gâteau, les exclus du partage.» Un peu d’enfance dans nos vies d’adultes, pour s’émouvoir devant une vieille voiture ou manger un bonbon pour se donner du courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
Sondageillu
Le sondage de L'Essentiel, un pied dans la trentaine
avislecteurs
Des avis de lecteurs sur notre "pied dans la trentaine"
Lienillu
Les liens de L'Essentiel, un pied dans la trentaine
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre