mardi 25 juin 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Il n’a pas changé de buts

DÉFENDRE LA LISIBILITÉ ET LA DÉMOCRATIE

Entre la création de L’Essentiel et aujourd’hui, trente-deux ans ont passé. Comme nous tous, L’Essentiel a pris de l’âge. Pourtant, les buts premiers de L’Essentiel, ceux qui sont à l’origine de sa création sont toujours les mêmes. Comme hier, L’Essentiel veut rendre simples et accessibles des actualités compliquées, fournir des outils pédagogiques adaptés à des adultes peu qualifiés, et permettre à ces adultes de se préparer à appréhender la « grande presse » sur papier ou en ligne.

Un des buts de L’Essentiel, dans sa forme imprimée et dans sa forme numérique actuelle, est de rendre l’actualité et les informations lisibles et accessibles pour tous les citoyens, quelque soit leur niveau de départ. Car si vous ne comprenez pas des infos qui vous concernent, vous ne pouvez pas y réagir. Si vous êtes exclus de l’info, vous ne pouvez pas jouer votre rôle de citoyen dans la société. Et ça,

c’est une discrimination… et un déni de démocratie. Défendre la lisibilité, c’est défendre la démocratie

Des écrits lisibles pour tous

Aujourd’hui, plus personne ne nie l’importance de textes et de courriers officiels lisibles. Pouvoir comprendre un courrier officiel est de plus en plus considéré comme un droit élémentaire, même si dans la pratique, ce n’est pas toujours le cas. Dans les années 90, on commençait seulement à se soucier de la lisibilité des textes destinés au grand public.

Plus de lisibilité, plus de démocratie

Pour illustrer l’importance que peut avoir la lisibilité d’un texte, rappelons une histoire vraie, que racontait Vincent Thomasson1 dans L’Essentiel de janvier 1995. L’histoire vraie d’une dame, avec un happy end pour la dame… et pour la lisibilité.
Une dame, sans emploi et mère de famille, reçoit un courrier recommandé de l’ONEm. On l’avertit qu’elle va perdre ses droits aux allocations de chômage. Elle a dépassé la moyenne régionale de durée de chômage. Or, selon l’article 802, on ne paie plus d’allocations aux chômeurs cohabitants
« de longue durée ». On imagine l’inquiétude de cette personne. Le courrier a pour titre: Avertissement de suspension du droit d’allocation.
Et le ton, le style juridique de la lettre ont de quoi effrayer.
Pourtant en lisant bien le courrier, cette dame aurait pu voir qu’elle n’était pas concernée.

Car l’article 80 vise les cohabitants et elle est chef de famille. Mais le courrier officiel est intimidant et elle ne l’a pas compris. Dans notre histoire, cette dame aurait très bien pu décider de ne plus aller pointer au bureau de chômage3, et perdre réellement ses droits. Beaucoup de chômeurs qui ont reçu ce courrier ont d’ailleurs arrêté d’aller pointer, une décision qui leur a parfois coûté cher.

Cette dame par contre, décide d’avertir son syndicat. Pasquale Colicchio, permanent interprofessionnel FGTB, s’est ému de cette situation auprès de l’ONEm.

Happy end pour la lisibilité

Et, suite à son intervention, l’Office national de l’emploi a reconnu que le courrier posait quelques problèmes.
Il a même accordé des dispenses de chômage à quelques personnes qui, à cause du recommandé, avaient arrêté de pointer. L’administration a aussi proposé à Pasquale Colicchio de leur soumettre un document réécrit en français simple. Ce travail a été confié à la rédactrice en chef de L’Essentiel. On rappelle dans ce nouveau document que l’administration peut supprimer les droits aux allocations à cause d’une durée de chômage considérée comme « anormalement longue » mais qu’elle doit aussi tenir compte de la situation personnelle du chômeur (composition de famille, revenus, démarches pour rechercher un emploi, état de santé…)

Ce courrier « réécrit » mentionnait aussi que le chômeur pouvait contester la suppression de ses allocations et précisait les modalités du recours. Cette histoire montre bien que le droit à l’information compréhensible et lisible est fondamental pour assurer à tous le respect de ses droits.

La maîtrise, la compréhension et la bonne utilisation de l’information écrite permettent de participer beaucoup plus et beaucoup mieux à la vie sociale et politique.
Faire du droit à l’information, une réalité pour tout un chacun afin que tous et toutes exercent mieux leur citoyenneté est un des buts de L’Essentiel depuis ses débuts. C’est aussi un enjeu fondamental dans une démocratie.

AIDER A COMPRENDRE LE MONDE

L’Essentiel est né à la FUNOC, centre de formation pour adultes peu qualifiés. Un centre qui organise depuis toujours des cours d’alphabétisation et qui a fondé avec d’autres, le réseau Lire et Ecrire. De plus, L’Essentiel est né en 1990, année qui ouvrait la décennie de l’alphabétisation. C’est dire si ce journal poursuivait et poursuit toujours un but pédagogique.

Si L’Essentiel a choisi d’être un vrai journal et, en même temps, de privilégier la réécriture de l’actualité du monde extérieur, c’est notamment en raison d’un souvenir de formation.

Lire son journal, comme tout le monde !

Nous sommes dans un groupe de tout débutants en lecture. En début de formation, on fait une animation sur ce qui a poussé les stagiaires à surmonter publiquement le fait ne pas savoir lire. Certains expriment les motivations classiques: mieux se débrouiller avec les papiers, retrouver un travail, aider les enfants dans leurs devoirs. Mais l’un d’eux sort un journal et dit: «Je suis venu au cours pour un jour, pouvoir lire ma gazette, comme tout le monde.» Il y avait tant de souffrance dans ce «Comme tout le monde» ! On touchait du doigt I’exclusion. La souffrance de celui ou de celle qui ne comprend

pas grand-chose au monde qui l’entoure, qui n’en perçoit que la rumeur, vague et inquiétante.

La souffrance de celui qui n’a pas les moyens de s’approprier le monde extérieur en le relisant, à son propre rythme. Car c’est une manière d’avoir un avis sur le monde, de se forger sa propre opinion, et un premier pas vers une analyse critique.

Des articles adaptés

Mais le chemin à parcourir est long pour ce participant débutant en lecture avant qu’il puisse cultiver cette pratique. Le fossé est grand, entre ses capacités de lecture et celles qui sont nécessaires pour lire un quotidien.

Les formateurs d’adultes le savent bien, eux qui sont confrontés à la difficulté
de trouver des textes intéressants, dont le niveau de lecture est adapté auxpublics peu lecteurs ET qui ne sont pas infantilisants. En effet, quels textes d’actualité les formateurs d’adultes pouvaient-ils proposer alors à des publics peu lecteurs? Le choix est bien limité. Il y a, heureusement, Actual quarto et le Petit ligueur, qui proposent des sujets sérieux et intéressants dans un français simple, mais qui visent tous deux plutôt les enfants et adolescents Dans la presse classique, les faits divers sont en général écrits simplement, mais les journalistes ont peu de place et de temps pour revenir sur des contextes, par ailleurs supposés connus.

Simple pas simplet

A L’Essentiel, nous avons décidé que nous ne voulions pas, par facilité, évacuer les sujets difficiles. Notre parti pris a été et reste de traiter les sujets incontournables, ceux, dont on ne peut pas ne pas avoir entendu parler. Et aussi ceux qui permettent de jouer son rôle de citoyen. Toutes ces informations dont on perçoit la rumeur. Et nous avons décidé de les expliquer. Comme nous expliquons,
dans le glossaire qui accompagne depuis toujours nos articles, les mots compliqués et indispensables à connaître.

Une démarche très pédagogique

Le numéro 1 de L’Essentiel est sorti au moment de l’invasion du Koweit par l’Irak. Des nouvelles au jour le jour, tout le monde en avait. Mais le contexte dans lequel la guerre avait éclaté, les tenants et les aboutissants de la crise, on en parlait fort peu. Traiter cette information, c’était digérer la masse d’informations disparates qui venaient de partout. C’était aussi resituer les informations dans leur contexte politique, historique et géographique. Et ça c’était, c’est toujours le travail de L’Essentiel.

ÊTRE UN VÉRITABLE OUTIL PÉDAGOGIQUE

L’Essentiel est un outil pédagogique à part entière et de plus, depuis ses débuts, il édite des ressources pédagogiques autour de ses pages et autour du journal. Il réalise aussi des animations pédagogiques, le plus souvent dans les groupes en formation, mais pas que…

L’article en tant que tel, dans sa forme et dans son fond, est évidemment déjà un support pédagogique. Ecrit simplement, placé dans le contexte, le sujet traité peut être exploité en formation et animation de groupes d’adultes peu scolarisés. Au cours des années, tant dans sa forme papier que depuis le passage au numérique, L’Essentiel a développé un accompagnement pédagogique autour de ses productions. Ainsi quand il était journal papier, L’Essentiel éditait des exploitations pédagogiques liées aux articles du

journal. Ces exploitations clés en main permettaient aux formateurs et animateurs d’avoir des fiches immédiatement utilisables et surtout, elles étaient un exemple de ce qu’il était possible de faire avec les articles du journal.

Depuis quelques années, le journal en ligne a permis de développer de nouveaux outils pédagogiques, mais l’équipe de L’Essentiel continue aussi d’animer des groupes en ce que l’on appelle aujourd’hui d’un vilain mot le « présentiel ». Pour l’illustrer, deux exemples d’animation : l’une sur l’écrit journal, l’autre sur l’écrit fiction.

Les Unes à la Une

Parce que L’Essentiel est un journal « comme les autres », l’équipe a animé et … anime encore des ateliers pédagogiques autour de l’objet journal papier. Ainsi, l’étude comparative des « unes » des

quotidiens est un exercice classique d’éducation à l’image, pour repérer des types de forme ou d’organisation d’une page de journal. Cela permet aussi aborder l’actualité et de susciter
la créativité. Par collage, les apprenants créent leur propre Une et la présentent au groupe.

Dans les années 1990 et au début des années 2000, l’équipe présentait et s’attardait sur le vocabulaire spécifique pour définir l’organisation d’une Une et d’une maquette, mais depuis les journaux électroniques, cet exercice a un peu perdu de sa pertinence. Ces dernières années, l’équipe veut donc surtout par son animation souligner dans certaines Unes des journaux papier, le spectaculaire et le sensationnel poussé à l’extrême par la domination de l’immédiateté, de l’image et de l’écran.

Par exemple, sur le site, un exercice sur les Unes des journaux La DH, La Libre, La Nouvelle Gazette, Le Soir au lendemain d’une grande manifestation syndicale.

Le livre en plaquette, en ligne et sur le terrain
L’Essentiel promeut par son contenu et par ses activités, divers évènements liés à l’écrit. Cela peut être la Journée internationale de lutte contre l’analphabétisme, la Semaine de la langue française, la Fureur de lire. Tiens, la Fureur de lire justement. C’est une célébration du livre et de la lecture pour tous et toutes grâce à de nombreuses activités soutenues par la Fédération Wallonie-Bruxelles. L’Essentiel, journal comme les autres, présente et commente, entre autres, l’édition en version électronique et papier de courts écrits de fiction à l’occasion de chaque Fureur de lire.

L’Essentiel, journal pas comme les autres, a pointé, par exemple, une courte nouvelle de Katia Lanero Zamora, jeune écrivaine belge francophone, Oasis.

Elle y aborde le drame des réfugiés. L’Essentiel présente le récit dans un article, il y joint des exercices en ligne. Il diffuse la plaquette dans des centres de formation pour adultes. L’équipe de L’Essentiel anime un atelier sur le sujet à la bibliothèque de Saint-Gilles et dans des groupes suivant des cours de FLE (Français langue étrangère).

Ce sont des stagiaires du centre de formation FUNOC qui ont réalisé des boîtes à livres.
Ici, Mauro, le stagiaire « rebelle » de l’atelier menuiserie

Dans la foulée, l’équipe participe à la mise en place de boites à livres avec des stagiaires en formation à la FUNOC et leurs formateurs.


Lors de l’inauguration des boîtes à livres, des stagiaires ont parlé devant les autres de leur plaisir de lire et d’écrire..

La citoyenneté… stricto sensu ?

Plus classiques sans doute, tout aussi utiles pourtant, l’équipe de L’Essentiel organise des animations à chaque échéance électorale pour expliquer l’importance du suffrage universel, de la séparation des pouvoirs et de leurs différents échelons, les enjeux de l’élection. A ces occasions, les publics sont amenés à voter en simulation puis à débattre du résultat.

APPRENDRE À LIRE LES JOURNAUX ET LES SITES

L’Essentiel dans sa version imprimée et dans sa version numérique se conçoit, depuis ses débuts, comme une étape. Une étape vers la lecture de la presse écrite, pour le journal papier. Et une étape vers la consultation des sites du web, pour la version numérique.

Dans les objectifs de L’Essentiel comme du site journalessentiel.be, il y a celui d’éduquer le public à l’utilisation des journaux et des sites. L’Essentiel a été conçu d’emblée comme un vrai journal d’actualités, mais simplifié. Et cette simplification ne touche pas que les contenus des articles. Elle s’étend aussi à sa maquette, à son organisation…

Car le but pédagogique de L’Essentiel est double : donner une information immédiate et la plus complète possible à des adultes peu lecteurs, mais aussi les préparer à la lecture d’un journal classique, un journal de la grande presse. Car lire un journal, ce n’est pas seulement lire un article de journal.

C’est aussi s’y retrouver dans les rubriques et l’organisation d’un journal. Le volet pédagogique de L’Essentiel vise à la fois l’information elle-même, mais aussi l’apprentissage des composantes de la presse écrite.

Maquette de journal

Le travail sur la maquette du journal papier a donc été très important. L’Essentiel journal papier reprend tous les éléments d’une maquette de quotidien : appels, titres, intertitres, chapeaux, têtes de rubriques. Dans cette maquette, la créativité a été subordonnée aux contraintes de lisibilité. Ainsi, les textes ne sont pas justifiés, pour permettre une lecture sans césure des mots en fin de ligne. Encore une contrainte de lisibilité. De la même manière que L’Essentiel journal papier a été conçu comme une étape entre le public peu formé et la grande presse.

Organisation de site

Si L’Essentiel papier était un «journal qui apprenait à lire le journal», on peut aussi dire du site journalessentiel.be que ce site apprend à naviguer sur les sites.

Le site de L’Essentiel recherche l’accessibilité et la lisibilité tant des contenus que de la forme. Il permet de faciliter l’accès au web par le plus grand nombre. L’interface du site reprend, en les simplifiant, les grandes caractéristiques des journaux électroniques que l’on trouve sur internet.

Le site journalessentiel.be reprend la structure générale des sites d’informations que l’on trouve sur le web, le contenu et la présentation des pages ont été adaptés afin de faciliter la lecture « écran ».
Une grande attention a été portée à l’aspect visuel des pages, élément fondamental pour rendre la lecture sur un écran d’ordinateur aussi facile et agréable que possible. L’ergonomie n’a pas été oubliée dans le développement du volet interactivité du site. La simplicité d’accès et d’utilisation
des forums présents sur le site web de L’Essentiel est le résultat de recherches et d’expérimentations dans des groupes en formation. Les forums de L’Essentiel en vulgarisent la mécanique. Ils permettent ainsi d’initier les peu lecteurs au fonctionnement des forums sur le web.
Une expérimentation menée par une formatrice en alphabétisation montre que les participants des groupes ont été sensibles à l’ergonomie du site journalessentiel.be, c’est-à-dire, la facilité de recherche et de navigation au sein du site.

Le site www.journalessentiel.be contribue donc, à éduquer à la navigation et à la recherche d’informations sur d’autres sites que l’on peut trouver sur internet. Ce site
de L’Essentiel, testé auprès des participants de Lire et Ecrire, de la FUNOC et du réseau d’associations avec lesquels L’Essentiel a des contacts réguliers recherche, tout comme la version imprimée, l’accessibilité et la lisibilité tant des contenus que de la forme.

Le site de L’Essentiel développe donc l’accessibilité au web. Il réduit la fracture qui se marque de plus en plus entre connectés et non connectés.

Il n’a pas changé de buts

Il y a 17289 caractères et 2918 mots dans ce texte

DÉFENDRE LA LISIBILITÉ ET LA DÉMOCRATIE

Entre la création de L’Essentiel et aujourd’hui, trente-deux ans ont passé. Comme nous tous, L’Essentiel a pris de l’âge. Pourtant, les buts premiers de L’Essentiel, ceux qui sont à l’origine de sa création sont toujours les mêmes. Comme hier, L’Essentiel veut rendre simples et accessibles des actualités compliquées, fournir des outils pédagogiques adaptés à des adultes peu qualifiés, et permettre à ces adultes de se préparer à appréhender la « grande presse » sur papier ou en ligne.

Un des buts de L’Essentiel, dans sa forme imprimée et dans sa forme numérique actuelle, est de rendre l’actualité et les informations lisibles et accessibles pour tous les citoyens, quelque soit leur niveau de départ. Car si vous ne comprenez pas des infos qui vous concernent, vous ne pouvez pas y réagir. Si vous êtes exclus de l’info, vous ne pouvez pas jouer votre rôle de citoyen dans la société. Et ça,

c’est une discrimination... et un déni de démocratie. Défendre la lisibilité, c’est défendre la démocratie

Des écrits lisibles pour tous

Aujourd’hui, plus personne ne nie l’importance de textes et de courriers officiels lisibles. Pouvoir comprendre un courrier officiel est de plus en plus considéré comme un droit élémentaire, même si dans la pratique, ce n’est pas toujours le cas. Dans les années 90, on commençait seulement à se soucier de la lisibilité des textes destinés au grand public.

Plus de lisibilité, plus de démocratie

Pour illustrer l’importance que peut avoir la lisibilité d’un texte, rappelons une histoire vraie, que racontait Vincent Thomasson1 dans L’Essentiel de janvier 1995. L’histoire vraie d’une dame, avec un happy end pour la dame... et pour la lisibilité.
Une dame, sans emploi et mère de famille, reçoit un courrier recommandé de l'ONEm. On l'avertit qu'elle va perdre ses droits aux allocations de chômage. Elle a dépassé la moyenne régionale de durée de chômage. Or, selon l’article 802, on ne paie plus d'allocations aux chômeurs cohabitants
« de longue durée ». On imagine l'inquiétude de cette personne. Le courrier a pour titre: Avertissement de suspension du droit d'allocation.
Et le ton, le style juridique de la lettre ont de quoi effrayer.
Pourtant en lisant bien le courrier, cette dame aurait pu voir qu’elle n'était pas concernée.

Car l'article 80 vise les cohabitants et elle est chef de famille. Mais le courrier officiel est intimidant et elle ne l’a pas compris. Dans notre histoire, cette dame aurait très bien pu décider de ne plus aller pointer au bureau de chômage3, et perdre réellement ses droits. Beaucoup de chômeurs qui ont reçu ce courrier ont d'ailleurs arrêté d'aller pointer, une décision qui leur a parfois coûté cher.

Cette dame par contre, décide d’avertir son syndicat. Pasquale Colicchio, permanent interprofessionnel FGTB, s'est ému de cette situation auprès de l'ONEm.

Happy end pour la lisibilité

Et, suite à son intervention, l'Office national de l'emploi a reconnu que le courrier posait quelques problèmes.
Il a même accordé des dispenses de chômage à quelques personnes qui, à cause du recommandé, avaient arrêté de pointer. L'administration a aussi proposé à Pasquale Colicchio de leur soumettre un document réécrit en français simple. Ce travail a été confié à la rédactrice en chef de L’Essentiel. On rappelle dans ce nouveau document que l'administration peut supprimer les droits aux allocations à cause d'une durée de chômage considérée comme « anormalement longue » mais qu'elle doit aussi tenir compte de la situation personnelle du chômeur (composition de famille, revenus, démarches pour rechercher un emploi, état de santé...)

Ce courrier « réécrit » mentionnait aussi que le chômeur pouvait contester la suppression de ses allocations et précisait les modalités du recours. Cette histoire montre bien que le droit à l'information compréhensible et lisible est fondamental pour assurer à tous le respect de ses droits.

La maîtrise, la compréhension et la bonne utilisation de l'information écrite permettent de participer beaucoup plus et beaucoup mieux à la vie sociale et politique.
Faire du droit à l’information, une réalité pour tout un chacun afin que tous et toutes exercent mieux leur citoyenneté est un des buts de L’Essentiel depuis ses débuts. C’est aussi un enjeu fondamental dans une démocratie.

AIDER A COMPRENDRE LE MONDE

L’Essentiel est né à la FUNOC, centre de formation pour adultes peu qualifiés. Un centre qui organise depuis toujours des cours d’alphabétisation et qui a fondé avec d’autres, le réseau Lire et Ecrire. De plus, L’Essentiel est né en 1990, année qui ouvrait la décennie de l’alphabétisation. C’est dire si ce journal poursuivait et poursuit toujours un but pédagogique.

Si L’Essentiel a choisi d’être un vrai journal et, en même temps, de privilégier la réécriture de l'actualité du monde extérieur, c'est notamment en raison d’un souvenir de formation.

Lire son journal, comme tout le monde !

Nous sommes dans un groupe de tout débutants en lecture. En début de formation, on fait une animation sur ce qui a poussé les stagiaires à surmonter publiquement le fait ne pas savoir lire. Certains expriment les motivations classiques: mieux se débrouiller avec les papiers, retrouver un travail, aider les enfants dans leurs devoirs. Mais l’un d’eux sort un journal et dit: «Je suis venu au cours pour un jour, pouvoir lire ma gazette, comme tout le monde.» Il y avait tant de souffrance dans ce «Comme tout le monde» ! On touchait du doigt I'exclusion. La souffrance de celui ou de celle qui ne comprend

pas grand-chose au monde qui l'entoure, qui n'en perçoit que la rumeur, vague et inquiétante.

La souffrance de celui qui n'a pas les moyens de s'approprier le monde extérieur en le relisant, à son propre rythme. Car c’est une manière d’avoir un avis sur le monde, de se forger sa propre opinion, et un premier pas vers une analyse critique.

Des articles adaptés

Mais le chemin à parcourir est long pour ce participant débutant en lecture avant qu'il puisse cultiver cette pratique. Le fossé est grand, entre ses capacités de lecture et celles qui sont nécessaires pour lire un quotidien.

Les formateurs d’adultes le savent bien, eux qui sont confrontés à la difficulté
de trouver des textes intéressants, dont le niveau de lecture est adapté auxpublics peu lecteurs ET qui ne sont pas infantilisants. En effet, quels textes d'actualité les formateurs d'adultes pouvaient-ils proposer alors à des publics peu lecteurs? Le choix est bien limité. Il y a, heureusement, Actual quarto et le Petit ligueur, qui proposent des sujets sérieux et intéressants dans un français simple, mais qui visent tous deux plutôt les enfants et adolescents Dans la presse classique, les faits divers sont en général écrits simplement, mais les journalistes ont peu de place et de temps pour revenir sur des contextes, par ailleurs supposés connus.

Simple pas simplet

A L’Essentiel, nous avons décidé que nous ne voulions pas, par facilité, évacuer les sujets difficiles. Notre parti pris a été et reste de traiter les sujets incontournables, ceux, dont on ne peut pas ne pas avoir entendu parler. Et aussi ceux qui permettent de jouer son rôle de citoyen. Toutes ces informations dont on perçoit la rumeur. Et nous avons décidé de les expliquer. Comme nous expliquons,
dans le glossaire qui accompagne depuis toujours nos articles, les mots compliqués et indispensables à connaître.

Une démarche très pédagogique

Le numéro 1 de L'Essentiel est sorti au moment de l’invasion du Koweit par l’Irak. Des nouvelles au jour le jour, tout le monde en avait. Mais le contexte dans lequel la guerre avait éclaté, les tenants et les aboutissants de la crise, on en parlait fort peu. Traiter cette information, c'était digérer la masse d'informations disparates qui venaient de partout. C'était aussi resituer les informations dans leur contexte politique, historique et géographique. Et ça c’était, c’est toujours le travail de L’Essentiel.

ÊTRE UN VÉRITABLE OUTIL PÉDAGOGIQUE

L’Essentiel est un outil pédagogique à part entière et de plus, depuis ses débuts, il édite des ressources pédagogiques autour de ses pages et autour du journal. Il réalise aussi des animations pédagogiques, le plus souvent dans les groupes en formation, mais pas que...

L’article en tant que tel, dans sa forme et dans son fond, est évidemment déjà un support pédagogique. Ecrit simplement, placé dans le contexte, le sujet traité peut être exploité en formation et animation de groupes d’adultes peu scolarisés. Au cours des années, tant dans sa forme papier que depuis le passage au numérique, L’Essentiel a développé un accompagnement pédagogique autour de ses productions. Ainsi quand il était journal papier, L’Essentiel éditait des exploitations pédagogiques liées aux articles du

journal. Ces exploitations clés en main permettaient aux formateurs et animateurs d’avoir des fiches immédiatement utilisables et surtout, elles étaient un exemple de ce qu’il était possible de faire avec les articles du journal.

Depuis quelques années, le journal en ligne a permis de développer de nouveaux outils pédagogiques, mais l’équipe de L’Essentiel continue aussi d’animer des groupes en ce que l’on appelle aujourd’hui d’un vilain mot le « présentiel ». Pour l’illustrer, deux exemples d’animation : l’une sur l’écrit journal, l’autre sur l’écrit fiction.

Les Unes à la Une

Parce que L’Essentiel est un journal « comme les autres », l’équipe a animé et ... anime encore des ateliers pédagogiques autour de l’objet journal papier. Ainsi, l’étude comparative des « unes » des

quotidiens est un exercice classique d’éducation à l’image, pour repérer des types de forme ou d’organisation d'une page de journal. Cela permet aussi aborder l’actualité et de susciter
la créativité. Par collage, les apprenants créent leur propre Une et la présentent au groupe.

Dans les années 1990 et au début des années 2000, l’équipe présentait et s’attardait sur le vocabulaire spécifique pour définir l’organisation d’une Une et d’une maquette, mais depuis les journaux électroniques, cet exercice a un peu perdu de sa pertinence. Ces dernières années, l’équipe veut donc surtout par son animation souligner dans certaines Unes des journaux papier, le spectaculaire et le sensationnel poussé à l’extrême par la domination de l’immédiateté, de l’image et de l’écran.

Par exemple, sur le site, un exercice sur les Unes des journaux La DH, La Libre, La Nouvelle Gazette, Le Soir au lendemain d'une grande manifestation syndicale.

Le livre en plaquette, en ligne et sur le terrain
L’Essentiel promeut par son contenu et par ses activités, divers évènements liés à l’écrit. Cela peut être la Journée internationale de lutte contre l’analphabétisme, la Semaine de la langue française, la Fureur de lire. Tiens, la Fureur de lire justement. C’est une célébration du livre et de la lecture pour tous et toutes grâce à de nombreuses activités soutenues par la Fédération Wallonie-Bruxelles. L’Essentiel, journal comme les autres, présente et commente, entre autres, l’édition en version électronique et papier de courts écrits de fiction à l’occasion de chaque Fureur de lire.

L’Essentiel, journal pas comme les autres, a pointé, par exemple, une courte nouvelle de Katia Lanero Zamora, jeune écrivaine belge francophone, Oasis.

Elle y aborde le drame des réfugiés. L’Essentiel présente le récit dans un article, il y joint des exercices en ligne. Il diffuse la plaquette dans des centres de formation pour adultes. L’équipe de L’Essentiel anime un atelier sur le sujet à la bibliothèque de Saint-Gilles et dans des groupes suivant des cours de FLE (Français langue étrangère).

Ce sont des stagiaires du centre de formation FUNOC qui ont réalisé des boîtes à livres.
Ici, Mauro, le stagiaire "rebelle" de l'atelier menuiserie

Dans la foulée, l’équipe participe à la mise en place de boites à livres avec des stagiaires en formation à la FUNOC et leurs formateurs.

Lors de l'inauguration des boîtes à livres, des stagiaires ont parlé devant les autres de leur plaisir de lire et d'écrire..

La citoyenneté... stricto sensu ?

Plus classiques sans doute, tout aussi utiles pourtant, l’équipe de L’Essentiel organise des animations à chaque échéance électorale pour expliquer l’importance du suffrage universel, de la séparation des pouvoirs et de leurs différents échelons, les enjeux de l’élection. A ces occasions, les publics sont amenés à voter en simulation puis à débattre du résultat.

APPRENDRE À LIRE LES JOURNAUX ET LES SITES

L’Essentiel dans sa version imprimée et dans sa version numérique se conçoit, depuis ses débuts, comme une étape. Une étape vers la lecture de la presse écrite, pour le journal papier. Et une étape vers la consultation des sites du web, pour la version numérique.

Dans les objectifs de L’Essentiel comme du site journalessentiel.be, il y a celui d’éduquer le public à l’utilisation des journaux et des sites. L’Essentiel a été conçu d’emblée comme un vrai journal d’actualités, mais simplifié. Et cette simplification ne touche pas que les contenus des articles. Elle s’étend aussi à sa maquette, à son organisation...

Car le but pédagogique de L’Essentiel est double : donner une information immédiate et la plus complète possible à des adultes peu lecteurs, mais aussi les préparer à la lecture d’un journal classique, un journal de la grande presse. Car lire un journal, ce n’est pas seulement lire un article de journal.

C’est aussi s’y retrouver dans les rubriques et l’organisation d’un journal. Le volet pédagogique de L’Essentiel vise à la fois l’information elle-même, mais aussi l’apprentissage des composantes de la presse écrite.

Maquette de journal

Le travail sur la maquette du journal papier a donc été très important. L’Essentiel journal papier reprend tous les éléments d’une maquette de quotidien : appels, titres, intertitres, chapeaux, têtes de rubriques. Dans cette maquette, la créativité a été subordonnée aux contraintes de lisibilité. Ainsi, les textes ne sont pas justifiés, pour permettre une lecture sans césure des mots en fin de ligne. Encore une contrainte de lisibilité. De la même manière que L’Essentiel journal papier a été conçu comme une étape entre le public peu formé et la grande presse.

Organisation de site

Si L’Essentiel papier était un «journal qui apprenait à lire le journal», on peut aussi dire du site journalessentiel.be que ce site apprend à naviguer sur les sites.

Le site de L’Essentiel recherche l’accessibilité et la lisibilité tant des contenus que de la forme. Il permet de faciliter l’accès au web par le plus grand nombre. L’interface du site reprend, en les simplifiant, les grandes caractéristiques des journaux électroniques que l’on trouve sur internet.

Le site journalessentiel.be reprend la structure générale des sites d’informations que l’on trouve sur le web, le contenu et la présentation des pages ont été adaptés afin de faciliter la lecture « écran ».
Une grande attention a été portée à l’aspect visuel des pages, élément fondamental pour rendre la lecture sur un écran d’ordinateur aussi facile et agréable que possible. L’ergonomie n’a pas été oubliée dans le développement du volet interactivité du site. La simplicité d’accès et d’utilisation
des forums présents sur le site web de L’Essentiel est le résultat de recherches et d’expérimentations dans des groupes en formation. Les forums de L'Essentiel en vulgarisent la mécanique. Ils permettent ainsi d’initier les peu lecteurs au fonctionnement des forums sur le web.
Une expérimentation menée par une formatrice en alphabétisation montre que les participants des groupes ont été sensibles à l’ergonomie du site journalessentiel.be, c’est-à-dire, la facilité de recherche et de navigation au sein du site.

Le site www.journalessentiel.be contribue donc, à éduquer à la navigation et à la recherche d’informations sur d’autres sites que l’on peut trouver sur internet. Ce site
de L’Essentiel, testé auprès des participants de Lire et Ecrire, de la FUNOC et du réseau d’associations avec lesquels L’Essentiel a des contacts réguliers recherche, tout comme la version imprimée, l’accessibilité et la lisibilité tant des contenus que de la forme.

Le site de L’Essentiel développe donc l’accessibilité au web. Il réduit la fracture qui se marque de plus en plus entre connectés et non connectés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
image-1-15
L'intelligence artificielle vous fait peur?
lesnageuses
Syriennes, nageuses et sauveteuses
10524_ca_object_representations_media_3653_medium
Congés scolaires, histoire d’économie et de religion
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre