vendredi 19 juillet 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Judith Godrèche, l’enfant kidnappée

En 2006 aux États-Unis, des femmes du monde du cinéma, souvent des actrices, dénoncent des réalisateurs et des acteurs qui les ont agressées sexuellement. C’est le début du mouvement #Metoo. Sur les réseaux sociaux, les femmes, victimes de violences sexuelles, sont encouragées à dénoncer leurs agresseurs. En France, le mouvement #Metoo devient le mouvement #Balance ton porc. En France à ce moment-là, il n’y a pas eu beaucoup de réactions dans le monde du cinéma. Depuis quelques mois, c’est différent. L’actrice Judith Godrèche a dénoncé le réalisateur Benoît Jacquot. Il a abusé d’elle quand elle avait 14 ans et lui 39. Et les langues se délient.

 Judith Godrèche est une actrice française. Il y a quelques mois, elle décide de raconter son histoire dans une série pour la chaine ARTE. Cette série parle d’une actrice et de ses débuts au cinéma. En réalité, il s’agit de sa propre histoire avec un réalisateur de cinéma très connu, Benoît Jacquot. Le 6 février 2024, elle dépose plainte contre lui pour « viols avec violences sur mineur de moins de 15 ans commis par personne ayant autorité. » Depuis, elle raconte son histoire d’enfant « kidnappée » comme elle dit.

Une enfant kidnappée 

En 1986, Judith Godrèche joue dans un film de Benoît Jacquot. Judith Godrèche a 14 ans, Benoît Jacquot a 39 ans. Pendant le tournage du film, Benoît Jacquot séduit Judith Godrèche. Le piège se referme sur l’enfant qu’elle est encore.C’est le point de départ d’une relation intime qui va durer 6 ans. Leur histoire n’est pas secrète. Ils sortent ensemble, ils vont dans des diners, sur des plateaux télé, etc.

Personne à l’époque ne s’interroge sur la différence d’âge dans ce couple. Il semble que le monde du cinéma et des médias trouve ça normal. Sauf que ça n’est pas normal. Elle est mineure, il a 40 ans. Il est en plus violent avec elle. Aujourd’hui, Judith Godrèche dit : « C’est l’histoire d’une enfant kidnappée ». Elle précise qu’elle a été manipulée. Elle a été sous l’emprise, psychologique et physique , de Benoît Jacquot. Le piège s’est refermé sur l’enfant qu’elle était.

Fuir le prédateur

À 20 ans elle le quitte, ou plutôt elle s’enfuit. Elle écrit un livre et essaie de parler de la violence de la relation qu’elle a vécue sans citer Benoît Jacquot. Elle est invitée sur les plateaux de télé, mais les journalistes s’intéressent surtout aux films qu’elle a tournés avec Benoît Jacquot. Benoît Jacquot qui est son prédateur.

Porter plainte

Il lui a fallu plusieurs dizaines d’années et voir sa fille avoir 15 ans pour que Judith Godrèche ose enfin réellement parler, citer le nom du réalisateur, raconter ce qu’elle a vécu et ce qu’elle ressent. En février 2024, elle annonce avoir porté plainte contre Benoît Jacquot, pour viol avec violences sur mineur de moins de 15 ans. Quelques jours après, elle annonce avoir aussi porté plainte contre un autre réalisateur, Jacques Doillon, pour abus sexuels. Là aussi les faits se sont déroulés sur un plateau de tournage. 

Et les autres…

Comme elle, plusieurs actrices françaises dénoncent, parfois depuis des années, les agissements de ces hommes et certaines ont porté plainte pour viol et agression sexuelle contre des acteurs, notamment contre le grand Gérard Depardieu. Une autre affaire qui a fait beaucoup de bruit dans les médias français.

La fin d’une époque

Dans le monde du cinéma et des médias, on savait que Benoît Jacquot était en couple avec une mineure d’âge, on connaissait aussi les  paroles et les comportements sexistes et obscènes de Depardieu. Pourtant, ces hommes agresseurs n’ont jamais été inquiétés. Ils étaient connus, ils avaient tous les droits. Tout le monde était complice.

C’était aussi une époque où les violences faites aux femmes n’étaient pas prises au sérieux. C’était une société d’hommes pour les hommes. Les femmes étaient vues comme des « femmes-objets », beaucoup ne savaient même pas qu’elles pouvaient dire non. Et si elles le faisaient, ce serait à quel prix ?

Aujourd’hui 

Aujourd’hui, les témoignages se multiplient sur les violences faites aux femmes dans le monde du cinéma. Toutes les télés en parlent. On ne compte plus le nombre d’actrices qui ont subi des agressions, des violences sexuelles. Et pas seulement les actrices d’ailleurs…. Des femmes jeunes et moins jeunes, des femmes de tous les milieux osent aussi parler. Plus les femmes parleront et plus la société prendra en compte la parole et la souffrance des femmes. La société a beaucoup changé, le combat des femmes continue plus que jamais pour qu’elles soient prises enfin au sérieux.

A la cérémonie des César 2024, Judith Godrèche prononce un discours, pour le lire ou l’écouter, c’est ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
Alamy Live News
Les droits des femmes, le bla, bla, bla de Bardella
image-4
Elections, 2 petits tours et puis s'en vont?
image-5-10
Victoire de la N-VA, oui, mais...
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre