samedi 20 juillet 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

L’ALPHABÉTISATION & L’ÉDUCATION

L‘Essentiel est né en 1990, année internationale de lutte contre l’analphabétisme. Et plus précisément le 8 septembre, journée de l’alpha, au sein du réseau de Lire et Ecrire qui, en 1983, a rassemblé des associations qui organisaient des cours pour les adultes peu lecteurs en Belgique francophone. Ce sont des formateurs d’adultes de la FUNOC, une des associations fondatrices de Lire et Ecrire qui ont créé L’Essentiel. C’est dire si l’équipe de L’Essentiel partage pleinement les principes et les objectifs de la charte de l’association Lire et Ecrire et notamment celui de : « promouvoir le droit effectif à une alphabétisation de qualité pour tout adulte qui le souhaite, développer l’alphabétisation dans une perspective d’émancipation et de participation des personnes et de changement social vers plus d’égalité. C’est pourquoi L’Essentiel accorde depuis toujours dans ses pages et dans ses interventions sur le terrain une place toute particulière à l’école et à l’alphabétisation.

TOUS ÉGAUX À L’ÉCOLE ?

Les articles publiés dans L’Essentiel mettent notamment en évidence le constat sans appel des sociologues Pierre Bourdieu et Jean- Claude Passeron qui écrivaient dans leur livre Les Héritiers en 1964: «Le système scolaire opère, objectivement, une élimination d’autant plus totale que l’on va vers les classes les plus défavorisées.»

En soixante ans, le système s’est heureusement amélioré, mais il reste beaucoup d’inégalités. L’Essentiel les pointe. Il y a notamment les inégalités sociales, souvent mises en évidence par les chercheurs.

LES INÉGALITÉS SOCIALES

Les inégalités sociales à l’école sont souvent aussi des inégalités économiques. Car les études, malgré les aides et les bourses, ont un coût. Elles ne sont pas accessibles à toutes les familles de la même façon.

LES EXCLUS DE L’ÉCOLE

L’école, c’est souvent un lieu d’exclusion pour ceux qui n’apprennent pas au même rythme que les autres, pour ceux qui n’entrent pas dans le cadre scolaire. L’Essentiel souligne la douleur des élèves relégués. Une douleur qui a des conséquences jusqu’à l’âge adulte.

INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES

Les relégués de l’école vont parfois grossir les rangs de ceux qui, à l’âge adulte, ont des difficultés à lire et à écrire. Les analphabètes que l’UNESCO, en 1958, définissait ainsi « toute personne incapable de lire et d’écrire, en le comprenant, un exposé simple et bref de faits en relation avec sa vie quotidienne ». L’analphabétisme est un phénomène mondial. Il est particulièrement répandu dans les pays les plus pauvres. Mais il n’épargne pas les pays « riches », même s’il y est moins visible.

FAUSSES IDÉES SUR L’ALPHA

« L’analphabétisme ne concerne que les étrangers, les non- francophones. Il n’existe pas en Begique puisque l’école est obligatoire jusqu’à 18 ans. » Ces idées fausses sur un problème qui touche une personne sur dix dans notre pays ont la vie dure. Heureusement, des associations attirent l’attention sur le phénomène. L’Essentiel relaie les préoccupations de ces associations actives dans l’alphabétisation : Lire et Ecrire, la FUNOC… Des associations qui constituent pour les adultes peu lecteurs, l’école de la seconde chance ou de la vraie première chance.

LA PAROLE DE L’ALPHA

L’Essentiel relaie aussi la parole des personnes en formation en alphabétisation, des personnes qui grâce à l’école de la seconde chance n’hésitent pas à se faire entendre.

QU’EST CE QUI LES MOTIVE ?

Pas facile de pousser la porte d’un cours d’alpha quand, adulte, on a du mal à lire et à écrire. Pour se décider, il faut le courage d’affronter le regard des autres… et un déclic. Pour les uns, ce sera la nécessité de remplir seul ses documents administratifs. Pour d’autres, l’envie d’aider les enfants à l’école.

PARTICIPER

Quand on apprend à lire et écrire, on apprend aussi à s’exprimer, à se faire entendre et à participer aux événements qui rythment la vie en société…

UNE BD DÉDIÉE À LA PAROLE DES EXCLUS

Comment vit-on quand on a du mal à lire et à écrire? La bande dessinée « Paroles d’illettrisme » est construite autour de la parole de personnes qui ont des difficultés en lecture et écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
image-1-15
L'intelligence artificielle vous fait peur?
lesnageuses
Syriennes, nageuses et sauveteuses
10524_ca_object_representations_media_3653_medium
Congés scolaires, histoire d’économie et de religion
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre