samedi 20 juillet 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Contre l’extrême droite, Macron joue son va-tout

En France, le parti d’extrême droite, le Rassemblement National a gagné les élections européennes du 9 juin. Et le 9 juin, à 21 h, Emmanuel Macron, président de la République française, apparait à la télévision. Solennel, il annonce la dissolution de l’Assemblée Nationale et des élections législatives pour le 30 juin. La surprise est totale. Pour beaucoup de responsables politiques et de journalistes, Macron prend un risque fou. Le Rassemblement National pourrait gagner les élections et gouverner la France. Macron joue son va-tout.

Dimanche 9 juin, le parti d’extrême droite, le Rassemblement National est le grand vainqueur des élections européennes avec plus de 30 % des voix. Le mouvement du président Emmanuel Macron Rennaissance ne fait même pas 15 %. Alors, Emmanuel Macron dit le soir même à la télévision : «Le principal enseignement est clair : ce n’est pas un bon résultat pour les partis qui défendent l’Europe, dont celui de la majorité présidentielle.» Il dit encore : «Je ne saurais donc, à l’issue de cette journée, faire comme si de rien n’était.»

Défaite du parti de Macron

En effet, les résultats des votes sont clairs. Le parti d’extrême droite, le Rassemblement National emmené par Jordan Bardella (et Marine Le Pen) est le 1er parti avec 31,4 % des votes. Le parti d’extrême droite gagne 30 des 81 sièges que la France a au Parlement européen. Renaissance, le mouvement d’Emmanuel Macron est 2e deuxième avec seulement 14,6 % des votes. La liste du Parti socialiste — Place publique, de Raphaël Glucksmann est 3e avec 13,8 %. La France Insoumise — UP (gauche radicale) est 4e  avec 9,9 %. Le parti de droite Les Républicains est 5e avec 7,2 %. Les écologistes sont 6e  avec 5,5 %. L’autre parti d’extrême droite Reconquête (avec Marion Maréchal, nièce de Marine Le Pen) est 7e parti avec 5,5%.  Au soir de cette défaite, Macron annonce qu’il dissout l’Assemblée Nationale. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Nouvelles élections

En France, les députés à l’Assemblée Nationale et les sénateurs au Sénat forment le parlement. Ils sont élus par la population. L’Assemblée Nationale est l’assemblée la plus importante. Un gouvernement ne peut pas gouverner sans avoir le soutien d’une majorité de députés. Quand le président dissout l’Assemblée Nationale, il faut de nouvelles élections. Dans ce cas, elles auront lieu le 30 juin pour le 1er tour et le 7 juillet pour le 2e tour. Si le Rassemblement National gagne les élections et a une majorité de députés, l’extrême droite pourrait diriger le gouvernement. Jordan Bardella deviendrait le nouveau 1er ministre… 

La défaite de Macron est nette, mais rien ne l’obligeait à dissoudre l’Assemblée Nationale. Pourtant, Macron a choisi de le faire. Il explique dans son discours : « J’ai décidé de vous redonner le choix de notre avenir parlementaire par le vote. La France a besoin d’une majorité claire pour agir dans la sérénité et la concorde. »

Un président pas populaire

Majorité, le mot est lâché. Lors de son premier mandat présidentiel (2017-2022), Macron avait pu compter sur une forte majorité à l’Assemblée Nationale. Mais Macron a vu sa liste perdre des voix aux élections législatives de juin 2022. Alors, il a dû gouverner sans majorité avec toutes les difficultés que cela suppose. Les élections européennes du 9 juin 2024 ont confirmé la tendance à la baisse de sa position. La liste, Renaissance, a moins de 15 % des votes. Cette défaite annonçait une fin de mandat difficile et une victoire possible pour l’extrême droite en 2027. Macron a décidé de prendre l’initiative plutôt que de subir les événements.

Jouer son va-tout

Le pari d’Emmanuel Marcon ? La première force politique française est le Rassemblement National. Avec d’autres petits partis, l’extrême droite a gagné presque 40 % des votants. Ce qui veut aussi dire qu’elle ne convainc pas 60 % des électeurs. 60 %, c’est une majorité plus que suffisante pour gouverner. C’est celle-là que Macron va essayer de rassembler autour de lui. Pour cela, il va jouer sur la peur d’une montée au pouvoir de l’extrême droite. Après tout, Macron avait utilisé la même tactique lors des élections présidentielles de 2022. Après un premier mandat présidentiel qui n’avait pas fait que des heureux, Macron avait obtenu 27,85 % des voix contre 23,15 % à Marine Le Pen au premier tour. L’écart était faible. Certains voyaient déjà une victoire de la représentante de l’extrême droite au 2e tour. Au 2e tour, Macron avait quand même gagné avec 58,5 % des votes. Macron parie sur une répétition de l’Histoire. Ce pari est une énorme prise de risque. Macron joue son va-tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
Alamy Live News
Les droits des femmes, le bla, bla, bla de Bardella
image-4
Elections, 2 petits tours et puis s'en vont?
image-5-10
Victoire de la N-VA, oui, mais...
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre