vendredi 23 février 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Mai 68 : la place des femmes

Le mouvement de mai 68 a réuni des étudiants et des travailleurs dans les rues. Hommes et femmes. Mais toutes et tous n’avaient pas les mêmes rôles. La plupart des leaders étaient des hommes. Les femmes étaient présentes, mais elles prenaient très peu de décisions stratégiques. Et on leur donnait rarement la parole en public.

Une société patriarcale

Pour mieux comprendre cela, il faut remettre les choses dans leur contexte. A l’époque, on vivait dans une société beaucoup plus patriarcale qu’aujourd’hui. Les hommes avaient beaucoup plus de pouvoir et de droits que les femmes. Les rôles étaient très stéréotypés. L’homme avait un travail. Il gérait les finances de la famille. Il avait une vie sociale en dehors de la maison. La femme restait au foyer. Elle s’occupait des enfants, des repas, du ménage. Peu de femmes travaillaient. Peu de femmes avaient leur propre compte en banque. Une femme qui portait un pantalon ou buvait un verre dans un bar était mal vue. Beaucoup d’interdits empêchaient les femmes de vivre. La place des femmes était à la maison.

le rôle des femmes en 68

Quand mai 68 a éclaté, des femmes participaient à ces manifestations. Elles participaient au mouvement social qui s’organisait. Les étudiantes descendaient dans la rue aux côtés des étudiants. Ou sur leurs épaules, comme le voit sur beaucoup de photos de l’époque. Les ouvrières ont fait grève elles aussi, comme les ouvriers. Mais la plupart du temps, les discours devant la foule ou dans les amphithéâtres, les hommes s’en chargeaient.
« Personne n’a pensé à donner un rôle aux femmes et elles ne l’ont pas vraiment réclamé, elles ont suivi les hommes par tradition », explique Jacqueline Feldman, chercheuse française et militante en mai 68 » (1).

Une autre militante de l’époque, aujourd’hui spécialiste de l’histoire des femmes, Marie-Jo Bonnet, explique aussi : « Les femmes ont joué les seconds rôles. Elles servaient le café, tapaient les tracts à la machine« … » L’historienne Florence Montreynaud va dans le même sens : « Les mecs paradaient à la tribune, les filles passaient les micros. Les mecs avaient faim, les femmes apportaient les sandwichs… Les femmes à l’époque n’avaient pas le pouvoir de la parole publique. »
Pourtant, les femmes avaient elles aussi des choses à revendiquer, des choses qui les touchaient plus que les hommes : l’accès au travail, l’égalité de salaire, le droit à l’avortement… Les rares femmes qui ont essayé de revendiquer ces droits à l’époque de mai 68 n’ont pas été entendues.

Libération sexuelle ?

Mai 68 est souvent associé à la « liberté sexuelle ». Remettons à nouveau les choses dans leur contexte. A l’époque, le sexe était tabou. Les amoureux ne pouvaient pas flirter en rue. Jusqu’en 1967, la pilule contraceptive était interdite. Il était moralement interdit d’avoir des relations sexuelles avant le mariage. Un garçon et une fille qui étudiaient à l’université (donc âgés de plus de 18 ans !) ne pouvaient pas se retrouver dans les dortoirs pour passer un moment d’intimité à deux. Face à cette société très autoritaire et moralisatrice, les étudiants de mai 68 en ont eu assez. Parmi leurs revendications, il y avait la volonté d’ouvrir les dortoirs des filles aux garçons.
Le mouvement social de mai 68 a donc permis d’aborder des sujets tabous, de bousculer les traditions, de rompre avec les interdits. Mais la place de la femme dans cette « liberté sexuelle » est arrivée par la suite, avec la naissance des mouvements féministes. Ces mouvements étaient déjà bien actifs dans d’autres pays, comme aux Etats-Unis dans les années 60.

Vers une libération des femmes

Mai 68 n’a donc pas « libéré » les femmes. Mais cette période a été permis d’ouvrir la route pour la suite. Il faudra encore attendre 1970 pour que naisse, en France, le Mouvement de Libération des Femmes (MLF). Ce mouvement revendique plus d’égalité entre hommes et femmes et plus de droits pour les femmes. La liberté sexuelle des femmes y est aussi défendue. Les femmes doivent être libres de décider elles-mêmes ce qu’elles veulent faire (ou ne pas faire) de leur corps.
A partir des années 70, plusieurs lois seront votées et permettront aux femmes d’avoir plus de droits : droit à l’avortement, égalité des époux…
La grogne des femmes ne s’est peut-être pas entendue dans les rues de Paris en mai 68, mais elle s’est fait entendre après. Et elle se poursuit encore aujourd’hui, avec des mouvements comme Metoo (lien vers article metoo ?).

Quelques liens pour aller plus loin

Mai 68 : où étaient les femmes ?

[Des femmes dans les rues mais privées de parole->https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/05/07/mai-68-des-femmes-dans-les-rues-mais-privees-de-parole-publique_5295644_3224.html
]

Mai 68, une révolution machiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
Mouvement étudiant en 2018
arton3627
Parcourir le cahier Mai 68
arton3631
30 juin, la fin?
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre