samedi 24 février 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Ukraine, comment en est-on arrivé là?

Depuis des années, l’Ukraine est un sujet de désaccord entre les Occidentaux et la Russie. Pour la Russie, l’Ukraine est une zone de sécurité avec l’Europe et n’accepte pas que ce pays soit du côté de l’OTAN. La Russie se sent menacée et elle fait pression. Depuis quelques semaines, la tension est extrême. La Russie fait des manœuvres militaires à la frontière de l’Ukraine avec plus de 100 000 soldats.
Les Etats-Unis et l’OTAN ont envoyé des renforts militaires en Europe de l’Est pour contrer la menace russe. Pour certains spécialistes de la question militaire et politique, Vladimir Poutine fait pression sur les Occidentaux et l’Ukraine pour trouver un accord. Pour d’autres, Vladimir Poutine cherche un prétexte pour envahir l’Ukraine. Si c’était le cas, les Etats-Unis et l’Union européenne sont prêts à punir la Russie par des sanctions économiques et financières très sévères.

Lire aussi notre article: L’Ukraine, quelques précisions

Comment en est-on arrivé là ?

L’Ukraine était une des 15 républiques de l’URSS. La plus puissante et la plus grande de ces républiques était la Russie. En 1991, l’URSS éclate. L’Ukraine devient indépendante, la Russie aussi tout comme les autres républiques de l’ancienne URSS (Biélorussie, Lituanie, Géorgie, etc.). Seulement voilà, l’Ukraine est entre la Russie et l’Europe occidentale. Pour Vladimir Poutine et les dirigeants russes, l’Ukraine est une zone de sécurité, une zone tampon. En plus pour Vladimir Poutine, Russes et Ukrainiens forment un même peuple. Selon les historiens, ce n’est pas tout à fait le cas.
Il est quand même vrai que des Ukrainiens, surtout à l’est du pays, se sentent presque russes. Par contre des Ukrainiens, à l’ouest du pays, se sentent proches des Occidentaux et des Européens. En 2004, des Ukrainiens, soutenus par les Occidentaux, manifestent contre l’élection du président Ianoukovitch proche des Russes. Les résultats des élections sont annulés. Les nouveaux dirigeants ukrainiens se rapprochent de l’Union européenne et des Occidentaux.

Les Russes entrent en Ukraine

En 2010, Ianoukovitch revient au pouvoir. Il s’engage à poursuivre le rapprochement avec l’Occident. Mais les Russes font pression sur Ianoukovitch. En 2013, il abandonne les négociations économiques et commerciales avec l’Union européenne et se tourne vers la Russie. Cela mécontente beaucoup d’Ukrainiens surtout à l’ouest du pays. Il y a des manifestations et des émeutes. En 2014, Ianoukovitch doit fuir le pays. Quelques mois plus tard, la Russie envahit la Crimée, une région de l’Ukraine où la population est russophone et se sent proche de la Russie. La Russie aide aussi les Ukrainiens prorusses des régions de l’est de l’Ukraine à se séparer du pays.

L’Ukraine pour l’Occident

En 2014, l’armée russe est donc déjà intervenue 2 fois en Ukraine. Beaucoup d’Ukrainiens qui ne se sentaient pas vraiment proches des Occidentaux changent d’avis. Ils se sentent menacés par la Russie.
Ainsi en 2017, l’Ukraine signe un accord économique avec l’Union européenne plutôt qu’avec la Russie alors qu’elle s’y était engagée quelques années plus tôt. En 2019, l’Ukraine se rapproche encore plus des États-Unis et des Occidentaux. Elle inscrit dans sa constitution qu’elle veut devenir membre de l’OTAN. Les États-Unis et les Européens aident financièrement l’Ukraine et lui donnent beaucoup d’armes. Pour les Russes, la situation ne peut plus durer.

Les exigences de Vladimir Poutine

Fin 2021, Vladimir Poutine propose un traité aux Occidentaux et aux États-Unis. Il exige 3 choses : la fin de l’élargissement de l’OTAN aux pays d’Europe de l’Est, le retrait des troupes occidentales d’Europe de l’Est, le retrait des missiles nucléaires américains déployés en Europe de l’Est.
Les Occidentaux et les Etats-Unis n’acceptent pas les propositions de Poutine. Il fait donc pression sur l’Ukraine, une Ukraine instable et divisée. Il ne faut pas oublier que, depuis 2014, il y a déjà une guerre à l’est de l’Ukraine entre les Ukrainiens pro-russes et Ukrainiens pro-occidentaux. Elle a fait 14 000 morts…

Un accord plutôt que la guerre

Il faut faire baisser les tensions. Le président russe Vladimir Poutine, le président des États-Unis Joe Biden, l’OTAN et les dirigeants de l’Union européenne doivent trouver un accord. Un accord qui assure la paix et la sécurité en Europe de l’est. Une nouvelle guerre serait la pire des choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
Affiche_rouge
Une affiche rouge contre les Nazis
essenart
Missak, Mélinée et Olga
palestineespoir
Palestine, l'espoir malgré tout
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre