mardi 23 avril 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Charleroi, Ville « antifa »

Affiche de 2020

Une réunion d’extrême droite devait se dérouler le 4 février à Gilly. Le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette a interdit cette réunion pour risque de troubles à l’ordre public. Une première mise en pratique pour faire de Charleroi une ville antifasciste comme cela a été voté au Conseil communal le 23 janvier. S’il y a eu vote, c’est parce que depuis plusieurs années, il y a une coalition antifasciste à Charleroi. Elle rassemble des syndicats, des associations et des citoyens. Charleroi? Une ville antifa pour le dire en abrégé.

Depuis le 23 janvier, Charleroi veut être officiellement une « ville antifasciste ». Il n’aura donc pas fallu attendre très longtemps pour que cette motion soit appliquée. En effet, le 23 janvier, le conseil communal de Charleroi a voté à une très large majorité (42 voix pour et 3 abstentions) un texte qui déclare Charleroi ville antifasciste. Cela veut dire que les autorités communales s’engagent à empêcher les diffusions des idées, de discours, d’actes qui incitent à la haine, au racisme, à l’antisémitisme, au sexisme, à la discrimination relative à l’orientation sexuelle,  ouvertement fasciste et xénophobe, sur le territoire de Charleroi. Un exemple ? Paul Magnette, bourgmestre de Charleroi, a interdit une réunion d’un mouvement d’extrême droite sur le territoire de Charleroi pour risques de troubles à l’ordre public.

Cela veut dire aussi que les autorités communales soutiennent les idées, les discours et les actes qui visent à lutter contre l’extrême droite. Un exemple ? Les autorités communales soutiennent les actions de la Coalition antifasciste de Charleroi. Cette coalition antifasciste rassemble des associations, des syndicats et des individus. La ville soutient particulièrement une revendication de la coalition antifasciste : faire du 8 mai un jour férié.

On trouve dans ce texte officiel des éléments d’histoire, d’actualité politique, de particularités de la ville de Charleroi et de lutte citoyenne. En voici des exemples.

L’histoire

Il y a le rappel du génocide juif par le régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’actualité politique

Le texte évoque les 42 % des voix pour Marine Le Pen aux élections présidentielles et aussi le succès du Vlaams Belang, parti d’extrême droite flamand.

Les particularités de Charleroi

Le texte rappelle l’histoire industrielle de la ville et l’immigration ouvrière. Lisons cet extrait :

« Charleroi a toujours été considérée comme une terre d’accueil, de tolérance et aussi d’immigration. Rappelons notamment les dizaines de milliers de personnes venues travailler dans nos contrées depuis 70 ans (suite aux accords bilatéraux). De nos jours, ces personnes ainsi que leur descendance — et toutes les personnes rejoignant notre pays encore de nos jours — font partie intégrante de notre société. Elles y contribuent économiquement, culturellement et socialement. Elles soignent nos ainés, accueillent nos enfants… ; »

« Considérant que la Ville de Charleroi est et doit rester une Ville où le vivre ensemble est une réalité. Une ville où le racisme, la xénophobie et le fascisme n’ont pas leur place. Une ville où chacun amène sa pierre à l’édifice, quelle que soit sa couleur de peau, son origine ou sa religion ; »

La lutte citoyenne

Le texte rappelle que le 24 janvier 2020, la police de Charleroi est intervenue violemment contre des militants et militantes antifascistes qui voulaient empêcher une réunion sur le territoire de la commune d’un nouveau parti d’extrême droite. En fait, la police avait considéré que si les antifascistes pouvaient manifester, ils ne pouvaient pas empêcher la réunion de se tenir. C’est suite à cette manifestation que la coalition antifasciste s’est créée à Charleroi. Et les autorités communales soutiennent cette coalition puisqu’un article de la motion précise :

« Soutenir et de promouvoir les initiatives prises par les membres de la coalition antifasciste de Charleroi et de la société civile dans le cadre du devoir de mémoire de la résistance face à l’Allemagne nazie, au fascisme et à l’extrême droite et en particulier en revendiquant que le 8 mai soit de nouveau un jour férié. »

Pour lire la motion complète, cliquer ici https://www.deliberations.be/charleroi/23-janvier-2023/motion-charleroi-ville-antifasciste-de-la-coalition-antifasciste-de-charleroi-proposee-par-le-groupe-ps c’est évidemment un texte officiel parfois un peu « indigeste », mais intéressant et pas si long que cela. Il y a quelques arguments pour justifier la motion et puis la motion de 7 articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
2016. Exact date unknown
Les lapins blancs des partis politiques
image-23
Gaza sous les bombes et aussi dans un Nuage
Leila Khaled graffiti on the Israeli West Bank barrier near Bethlehem
Le keffieh, l'autre foulard
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre