154 personnes arrêtées lors de la manif interdite


 Articles
Le 17 septembre 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Il y a quelques mois, l’association SIOE, (Stop the Islamisation of Europe- Arrêtez l’islamisation de l’Europe) appelait à manifester à Bruxelles, le jour du sixième anniversaire des attentats du 11 septembre. Cette association regroupe, entre autres, le parti danois anti-islam SIAD, le groupe néerlandais No Sharia Here (Pas de Charia ici) et un mouvement allemand de Pax Europa. Les organisateurs espéraient réunir 20 000 personnes à Bruxelles.

Cette manifestation devait se dérouler dans le quartier européen de Bruxelles. Mais le 9 août, Freddy Thielemans, le bourgmestre socialiste de la Ville de Bruxelles, avait interdit cette manifestation. Il craignait des troubles avec la population d’origine immigrée de Bruxelles. A cause du côté provocateur de la manifestation : les organisateurs voulaient traverser des quartiers de la capitale où il y a beaucoup de musulmans.

Ce mardi 11 septembre, pourtant, des petits groupes de manifestants ont commencé à arriver près de la Commission et du Parlement européens. Il y avait à peu près 200 personnes. En face d’eux, une centaine de policiers équipés de canons à eau. Les policiers ont aussitôt dispersé les manifestants. Ils ont arrêté 154 personnes.

Parmi les personnes arrêtées, plusieurs hommes politiques d’extrême droite : l’Italien de la Ligue du Nord Mario Borghezio, le Français du Front National Carl Lang et deux belges : Frank Vanhecke, député européen et président du Vlaams Belang Vlaams Belang nouveau nom du Vlaams Blok, parti d’extrême droite flamand , parti d’extrême droite indépendantiste flamand, et le chef historique de ce parti, Filip Dewinter.

Le plus souvent, le Conseil d’Etat annule les interdictions de manifester. Il protége avant tout la liberté d’expression. Mais il ne l’a pas fait pour la "manif manif abréviation de manifestation " de ce mardi. En effet, de nombreux groupes de l’extrême droite belge et européenne soutenaient l’organisation. Ils se proposaient même d’y participer massivement. Le risque de « dérapage » était donc bien réel. Surtout en traversant des quartiers immigrés.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Le 14 octobre, ce sont les élections communales. Pour vous, les élections, c’est :

Clôture du précédent sondage "Vous pensez que Mai 68", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de