25 bougies vertes


 Articles
Le 1er mai 2005 | |  3 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir


Photo : Belga

Le parti Ecolo est né en 1980. Depuis sa création, ce parti a affirmé qu’il
voulait faire de la politique autrement...et cela n’a pas toujours été sans
mal.

Les années 70 ont été des années de catastrophes « écologiques » (Amoco
Cadiz-Seveso) mais aussi des années de lutte : manifestations antinucléaires
des Ardennes ou de Malville, mouvements étudiants, luttes féministes...

Face à la course aux armements, au « sous-développement » au
Sud, à la crise économique et à la dégradation
de l’environnement, les premières réponses viendront d’un
réseau d’associations. Parmi celles-ci, la section belge des « Amis
de la Terre » fournira bientôt les bases du programme d’Ecolo.
Très vite, il apparaît indispensable aux écologistes d’inscrire
ces nouveaux problèmes dans le cadre d’un parti politique.

La naissance d’Ecolo

En 1980, des hommes et des femmes issus de ces associations et mouvements
(anti-nucléaires,
pacifistes, féministes, syndicalistes...), décident de fonder
un parti politique. Avec Agalev, il se présente aux élections
législatives de 1981. Surprise : 9 élus. Ce sont les premiers
parlementaires « verts » en Europe. Ils se font connaître d’abord
comme mouvement d’opposition. On leur reproche de ne rien proposer. Ils
décident de relever le défi et proposent.

Ecolo se construit comme une force progressiste. D’élections en élections,
Ecolo est peu à peu représenté à tous les niveaux : à la
commune, la province, la région, le gouvernement fédéral
et le Parlement européen. Le parti affirme sa volonté de « faire
de la politique autrement » .

La percée de 1999

Les Verts participent en 1993 à la réforme de l’Etat (accords
de la Saint-Michel). Ils continuent parallèlement à mettre à l’agenda
politique des débats délaissés par les partis traditionnels :
participation du citoyen, interdiction des mines anti-personnel, arrêt
des visites domiciliaires imposées aux chômeurs, refinancement
de la Communauté française...

Plus généralement, les Verts insistent sur l’urgence d’un
développement durable.

Aux élections de 1999, Ecolo se présente devant les citoyens
dans un climat très favorable suite à la crise de la dioxine.

Le 13 juin 99, les électeurs votent massivement vert. Ecolo et Agalev
négocient des accords de gouvernement à tous les niveaux. Ecolo
décide de participer partout... sauf à Bruxelles. Les nouvelles
majorités sont arc-en-ciel.

Pour les Verts, il faut aller vers une société plus durable,
plus solidaire et plus citoyenne, une société où les femmes
sont à part égale avec les hommes aux postes de décision.
Les élus verts obtiennent notamment que l’environnement soit davantage
pris en compte. Avec leur action, on évolue vers le non-cumul de mandats.
Ils obtiennent aussi une loi sur la publicité pour le tabac et plus
de transparence de l’administration.

L’avenir

Dans plusieurs débats, les écolos sont mis en difficulté :
Francorchamps et la publicité pour le tabac, les vols de nuit au-dessus
de Bruxelles-national.

Aux élections de mai 2003, le parti Ecolo s’est retrouvé dans
l’opposition, l’existence même d’Ecolo a été posée.
En ce 25ème anniversaire, Ecolo affirme son indépendance politique.
Il remet en question son fonctionnement en annonçant la réforme
de ses statuts et des alliances avec d’autres formations.

Il rappelle : « l’écologie est l’avenir de la solidarité,
de l’éducation, l’écologie est l’avenir des
hommes et de leur environnement. Il y va de la survie de notre planète ».
8 chantiers de réflexion sont annoncés : l’après
Kyoto, le vieillissement de la population, la stimulation de l’art et
de la recherche... et la réforme du parti. Bientôt, ce sont les élections
communales. Il faut inverser la tendance.

Joëlle Van Gasse


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Souleiman

    Le 11 novembre 2008 à 19:42

    Allez les verts chui avec vous(et de bon cœur en plus !)vous dégonflez pas les gars on gagnera( ceci étant dit, tout cela ne nous rendra pas le Congo)

    Répondre à ce message

  • Gunter Gillot

    Le 14 février 2006 à 07:18

    Dans un premier temps j’ai toujours considéré les Ecolos comme des gens qui n’avaient pas droit à la parole à la maison (souvent des meufs) et qui s’inscrivaient dans ce parti pour pouvoir enfin claquer du bec ...
    Généralement ils ont de bonnes idées qu’ils tentent de mettre en pratique puis font une connerie qui anéanti le travail de plusieurs années.

    Si la Justice ..partiale de notre petit pays ne m’avait pas condamné à mort en 94 (mort civile s’entend) puis condamner comme trafiquant d’armes (j’ignore de quoi il s’agit) j’avoue que je me serais inscrit dans ce parti car somme toute ... pendant que les gros font des effets d’annonces, les petits écolos eux ils bossent...

    Après tout il faut voir la réalité en face ...

    1 grand prix F1 est égal à la construction et à l’aménagement de 2500 écoles en afrique ...
    et pour dire la vérité je préfère de loin voir le sourire d’une petit africaine de 6 ans qui va rentrer à l’école que la tronche de cake de Campbell qui vient se faire reluire dans la zone VIB (very important bitches)

    GG

    Répondre à ce message

  • delphine

    Le 21 janvier 2006 à 07:31

    Je trouve que le parti écolo est une belle création car l’homme se retrouve depasser par ses nombreuses inventions et il s’aperçoit qu’il y a des limites.
    Bonne continuation

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Vous pensez que Mai 68

Clôture du précédent sondage "Sondage du cahier Le pouvoir des mots", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de