Devenir mère freine la carrière


 Articles
Le 20 août 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Pour la femme, devenir mère freine la carrière professionnelle. Pour l’homme, devenir père ne change rien ou presque à la vie professionnelle. C’est le résultat d’une enquête faite en France sur les jeunes couples.

Le Cereq, c’est le Centre d’études d’études et de recherches sur les qualifications. Le Cereq est un organisme public français qui dépend de plusieurs ministères. Et, en 1998, le Cereq a choisi 16 000 jeunes parmi les 742 000 qui sont entrés sur le marché de l’emploi cette année-là. Depuis 1998, le Cereq suit le parcours professionnel de ces jeunes. Cet été, Cereq a publié une enquête sur la carrière professionnelle des jeunes couples. Cette enquête étudie la façon dont la carrière est influencée par la situation familiale et par la division des tâches ménagères dans le couple. Les résultats de l’enquête sont clairs.

Différences papa/maman

Pour les jeunes femmes qui vivent en couple et qui ont au moins 2 enfants 

Celles qui n’ont pas de diplôme :
41% sont en dehors de la vie professionnelle
26% sont au chômage
15% travaillent à temps partiel
18% travaillent à temps plein

Celles qui ont un diplôme (de l’enseignement supérieur minimum, bac+3)
11% sont en dehors de la vie professionnelle
5 % sont au chômage
35% travaillent à temps partiel
49% travaillent à temps plein

Pour les jeunes femmes qui vivent en couple et qui n’ont pas d’enfant :

Celles qui n’ont pas de diplôme :
7% sont en dehors de la vie professionnelle
26% sont au chômage
12% travaillent à temps partiel
55% travaillent à temps plein.

Celles qui ont un diplôme (de l’enseignement supérieur minimum, bac+3) :

92% travaillent à temps plein

Source : Enquête « Génération 98 », troisième interrogation réalisée à l’automne 2005, parution 2007

« Etre père ne semble pas avoir de conséquences sur la situation professionnelle », remarque le Cereq. 91% des pères disent que la naissance de leur premier enfant n’a rien changé à leur situation professionnelle. Et quand le 2e enfant arrive, c’est pareil : 96% ne déclarent aucun changement. Par contre, pour les femmes, devenir mère provoque de grands changements dans la vie professionnelle.

Les jeunes femmes qui vivent en couple et qui sont mères n’ont pas la même situation professionnelle que les jeunes femmes qui vivent en couple et qui n’ont pas d’enfant. 32% des femmes interrogées déclarent que la naissance de leur premier enfant a eu une conséquence sur leur emploi. Ces différences de carrière professionnelle entre jeune maman et jeune femme sans enfant créent aussi évidemment des différences de salaires 
Après le 1er enfant, 17% des jeunes femmes passent ainsi à temps partiel, 11% changent de poste ou acceptent une mutation, 7% démissionnent de leur emploi et 4% prennent un congé parental à temps complet.

Après le 2e enfant, les conséquences sont encore plus fortes sur l’emploi des mères. 35% des femmes diminuent leur temps de travail et 16% prennent un congé parental à temps complet.
En plus, beaucoup de mères qui vivent en couple ne travaillent plus. 20 % de celles qui ont plusieurs enfants sont en dehors de la vie professionnelle et 10 % sont au chômage. Alors que pour les jeunes femmes qui vivent en couple et sans enfant, 3 % sont en dehors de la vie professionnelle et 8 % sont au chômage. Il y a aussi de grandes différences entre les jeunes femmes diplômées et non diplômées (voir encart).

Pourquoi ?

La jeune femme qui devient mère n’a donc plus du tout la même carrière professionnelle. Par contre, pour le jeune homme qui devient père, il n’y a pas de changements ou presque. Pourquoi ? Pour le Cereq, ce sont surtout les femmes qui s’occupent des enfants et, en plus, elles font l’essentiel du travail domestique, de la maison. Passer l’aspirateur, préparer le repas du soir et faire les courses : ce sont surtout les femmes qui le font. Quand la famille s’agrandit, les femmes font de plus en plus de travail domestique. Par contre, les hommes, pères ou non, y participent très peu. Ce sont donc surtout les femmes qui font le « travail à la maison ».

Les femmes, sans diplôme avec une situation sociale moins favorisée, font encore plus ce « travail à la maison » que des femmes diplômées. En effet, le Cereq souligne que les femmes non diplômées ont évidemment plus de difficultés à trouver leur place sur le marché de l’emploi. Ces femmes ont donc tendance à se replier sur les activités domestiques. Cela renforce encore la division des rôles entre l’homme et la femme.

Mais cette division touche bien tous les milieux et toutes les professions. Même si c’est la femme qui a la meilleure situation professionnelle dans le couple. En effet, 25% des femmes qui gagnent au moins autant d’argent et travaillent autant ou plus que leur conjoint font tout de même l’essentiel des tâches domestiques.

Pour les résultats de l’enquête : http://www.cereq.fr/pdf/b241.pdf
A la rentrée de septembre, le Cereq publiera un livre : « Quand la carrière commence. Les sept premières années de la vie active de la Génération 98 ».


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de