Exécution expéditive


 Articles
Le 8 janvier 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Après un procès bâclé, Saddam Hussein a été exécuté dans la précipitation. Il a été pendu, la veille de la fête du mouton. Il était bien sûr, responsable de nombreux massacres dans son propre pays. Mais ses méfaits méritaient un procès digne de ce nom. Ne serait-ce que par respect pour les victimes.


Photo : Belga

En 2003, Georges Bush avait envoyé ses troupes en Irak pour notamment, disait-il, amener ce pays à la démocratie. Pourtant, l’exécution de Saddam n’est pas vraiment une leçon de démocratie. Cette exécution est un procédé plutôt barbare. Elle montre le désordre qui règne en Irak depuis la chute du régime. Une guerre civile ravage ce pays. Et l’exécution expéditive de l’ancien président ne va certainement pas arranger les conflits qui divisent l’Irak. Bien sûr, il fallait juger Saddam Hussein pour ses crimes. Mais il aurait fallu le faire dans la sérénité. Le dictateur aurait dû avoir un procès équitable. Il aurait aussi dû être jugé pour tous les faits qui lui étaient reprochés. En effet, le procès du dictateur est inachevé. Saddam Hussein a été condamné à mort pour le massacre de 148 civils dans un village chiite en 1982. Mais la liste des crimes contre l’humanité de Saddam est bien plus longue. Il est responsable de l’opération Anfal contre les Kurdes. Ou encore du gazage de Halabja qui a fait au moins 5 000 victimes. Il a éliminé ses opposants politiques. Il a écrasé la rébellion chiite en 1991. On pourrait encore ajouter à cette liste l’emploi des armes chimiques dans la guerre contre l’Iran et l’invasion du Koweït en 1990. Bref, les juges de Saddam auraient dû prendre le temps d’aller jusqu’au bout d’un vrai procès.

La vérité au rabais

Plusieurs chefs d’Etat se sont dit en désaccord avec la manière dont Saddam Hussein a été exécuté. Une organisation de défense des droits de l’homme, Human Rights Watch, s’interroge sur l’équité équité justice du procès : « La façon dont le procès s’est déroulé va nuire à la crédibilité de la justice irakienne dans son ensemble. Pour un pays en pleine transition politique, c’est un très mauvais exemple. » Human Rights Watch a d’ailleurs condamné l’exécution de Saddam Hussein, même si elle a affirmé que le dictateur était bien coupable.

Le procès a pourtant été placé sous l’égide du Haut Tribunal Irakien. Ce tribunal a été créé à l’époque de Paul Bremer. Celui-ci était responsable des inspecteurs de l’ONU ONU Organisation des Nations Unies, presque tous les Etats du monde sont à l’ONU, En principe, l’ONU défend le droit international, la sécurité et la paix. en Irak, à l’époque où l’on y cherchait encore des armes de destruction massive. Le procès de Saddam s’est déroulé dans une zone très protégée où il y a l’ambassade américaine et les bureaux des principaux responsables irakiens. Mais le climat de violence et de guerre civile a gravement perturbé les débats de ce procès. Comment en effet peut-on juger sérieusement un homme, même si c’est un dictateur, quand trois de ses avocats et un témoin de l’accusation sont assassinés ? Quand deux présidents de la Cour démissionnent coup sur coup ? Peut-on encore parler de procès équitable ? Le tribunal a agi dans la précipitation. Cela n’a pas permis d’examiner tous les faits reprochés à Saddam. Le tribunal a expédié cette affaire et a jeté Saddam au bout d’une corde. La frustration des victimes doit être terrible. Leurs questions resteront sans réponses. Pourquoi ne pas avoir pris le temps de faire révéler à Saddam ce qu’il savait ?Jamais la vérité ne viendra des aveux même de Saddam Hussein. Un membre du Parlement irakien répond à sa manière : « les révélations de Saddam auraient embarrassé les Américains mais aussi certains pays européens qui fournissaient, à l’époque, Bagdad en armes chimiques. » Saddam Hussein a donc payé le prix fort. Fin 2006, un autre ancien dictateur, Pinochet, est lui mort dans son lit sans avoir été jugé pour ces crimes.

Nicolas Simon


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Le 14 octobre, ce sont les élections communales. Pour vous, les élections, c’est :

Clôture du précédent sondage "Vous pensez que Mai 68", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de