Graphomane à perpétuité


 Articles
Le 1er janvier 2005 | |  62 messages

Amélie Nothomb, une écrivaine à succès, une écrivaine belge, une écrivaine qui écrit des histoires extraordinaires en observant des situations ordinaires.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Ses livres se vendent comme des petits pains. Et se dévorent
comme un
petit déjeuner au lit après une longue nuit blanche. Il n’y
a pas à dire, elle sait écrire, elle sait raconter les histoires,
prendre le lecteur au fil des pages et le tenir en haleine jusqu’à la
dernière ligne.

Elle, c’est Amélie Nothomb. Présente à chaque
rentrée
littéraire, depuis douze ans, adaptée au cinéma, au théâtre,
et même à l’opéra, elle est traduite dans le monde
entier (en 35 langues !). Quand « Stupeur et tremblements » sort
en format de poche en 2001, il se vend à 340 000 exemplaires. L’année
suivante, à 173000 et en 2003, avec la sortie du film, les ventes sont
relancées. Amélie Nothomb intrigue, fascine ou irrite, mais ne
laisse pas indifférent.

Parcours des mots

Un cahier à spirales, sans ratures. Une écriture
qui vole d’un
bord à l’autre de la page et poursuit à la ligne suivante.
Seuls les paragraphes viennent donner la respiration. Amélie écrit
depuis qu’elle a dix-sept ans. Elle écrit beaucoup. Elle a 25
ans lorsque Albin Michel publie son premier roman, « Hygiène de
l’assassin ». Et depuis, elle nous en livre un nouveau chaque année.
Le meilleur de ce qu’elle produit.

Son écriture est nerveuse. On
la suit, en haleine. Elle enlace ses personnages et vous prend la main pour
vous entraîner dans son monde. Ses romans
sont écrits à la première personne, la plupart du temps.
Comme des autobiographies dans lesquelles on entre facilement. Mais attention,
munissez-vous d’un dictionnaire. L’auteure aime les mots. Les mots
rares et précieux comme les mots crus. Franche, directe, elle n’hésite
pas à dépeindre le macabre d’une situation pour vous y
glisser. Elle n’hésitera pas non plus à utiliser l’argot
si besoin est. Normal, elle est comme ça, elle parle comme ça.
Elle prend sa source dans la rue, les bus et tramways de Bruxelles.

C’est
la ville où elle préfère écrire, "tombant enceinte"
de ses livres à tout bout de champ dans les transports en commun où elle
rencontre ses personnages monstrueux. Dans le TGV, en navette rapide de Paris à Bruxelles,
c’est pareil : un moment unique en dehors du temps, à observer
les autres et à concevoir l’intrigue d’un prochain roman.
Juste comme ça, en épiant une conversation, en observant son
voisin,... Amélie Nothomb est aussi une lectrice assidue de la Bible.
Elle trouve que le scénario est picaresque , avec des histoires dans
les histoires. Elle trouve aussi que le Christ est un beau personnage de roman.
Ajoutez à cela les nombreux souvenirs d’une enfance passée à voyager
et vous comprendrez déjà mieux cette plume riche et colorée
qui puise sans relâche dans le quotidien en y apportant son lot d’imaginaire
propre.

Catherine Tellier

Amélie Nothomb en quelques faits

  • Naissance 1967, au Japon. Adolescence au Bangladesh, Birmanie,
    Laos, Chine, Japon
  • Famille fille de l’ambassadeur de Belgique à Rome,
    baron et écrivain et petite-nièce de Charles Ferdinand Nothomb,
    figure emblématique du Parti Social Chrétien
  • Aristocrate, ce dont Amélie Nothomb ne semble pas se
    soucier
  • Etudes en 1984, Amélie a 17 ans et met les pieds sur
    le sol belge pour la première fois. Elle entame une licence en philologie
    romane à l’ULB. C’est une période de solitude
  • Lieu de résidence Bruxelles, mais Amélie Nothomb
    vit aussi beaucoup à Paris et voyage le reste du temps (salons du
    livre, rencontres de journalistes, présentations de ses livres traduits, ...)

Les romans d’Amélie Nothomb


Hygiène de l’assassin


Le sabotage amoureux

Les combustibles

Les catilinaires

Péplum

Attentat

Mercure

Stupeur et tremblements

Métaphysique des tubes

Cosmétique de l’ennemi

Robert des noms propres

Antéchrista


Biographie de la faim

     

 


Une biographie

A lire, en plus, « Amélie Nothomb de A à Z,
portrait d’un monstre littéraire », de Michel Zumkir
(écrivain et critique littéraire), Editions Le Grand Miroir,
septembre 2003
L’auteur a préféré découper le fruit
de ses recherches, les classant par ordre alphabétique, afin de
laisser au lecteur sa propre lecture (sa propre définition) de
l’écrivaine. Enrichi d’entretiens avec des proches,
des membres de sa famille, des acteurs du monde du livre, illustré de
photos personnelles, ce portrait aide à mieux comprendre.


Un site

A consulter : www.multimania.com/fenrir/nothomb.htm -
On y trouve des entretiens, des extraits d’émissions de télé ou
de radio, des analyses de ses livres et la mailing list Péplum - Créé et
entretenu par Benjamin Thiry, psychologue en milieu carcéral


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, les femmes subissent plus de violences que les hommes

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de