Quand la sécurité prend la fuite


 Articles
Le 1er septembre 2006 | |  1 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir


Photo : Belga

En août, il y a eu une nouvelle évasion dans une prison
belge. Cela pose la question de l’efficacité de notre système pénitentiaire.
Faut-il plus de prisons ? Des prisons plus modernes et moins peuplées ?

L’histoire qui suit ressemble à un film d’action. Dans la nuit du
18 au 19 août, 28 prisonniers s’évadent de la prison de Termonde,
en Flandre-Orientale. Comment ? Vers 2h du matin, deux prisonniers forcent la
porte de leur cellule. Armés de bouts de miroir tranchants, ils prennent
en otage les gardiens de prison, et leur réclament les clefs. Ils libèrent
alors 26 autres détenus. Quelques minutes plus tard, ils disparaissent
dans la nature. Au fil des heures puis des jours, les évadés
sont peu à peu retrouvés.

Des prisons inadaptées !

Ce fait divers montre une fois de plus les nombreuses
faiblesses du système
pénitentiaire belge. Nos prisons sont souvent trop vieilles, trop petites
et trop peu nombreuses pour accueillir tous les détenus. Sur les 34
prisons que compte notre pays, 18 ont été mises en service au
19e siècle. Termonde en fait partie. Comme les prisons sont anciennes,
les mesures de sécurité sont parfois dépassées
ou tout simplement usées. Les charnières de certaines portes
sont tellement vieilles que, en s’y mettant à deux ou trois, on pourrait
facilement détacher la porte... Les barreaux aux fenêtres ne sont
pas toujours dans un meilleur état : parfois, ils ne tiennent presque
plus. Il faut encore ajouter à cela le manque de personnel pénitentiaire
qualifié et la surpopulation des prisons... On ne s’étonne donc
plus vraiment que de grandes évasions soient possibles.

Des responsabilités
politiques ?

Cette année, il y a eu plusieurs évasions.
Il y a eu le non-retour en prison de Murat Kaplan et sa cavale spectaculaire.
Mais aussi l’évasion
de Bilal Ould Hadj de la prison de Forest. Il s’était fait passer pour
son codétenu. L’évasion collective de la prison de Termonde,
c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase de la Justice. Evidemment,
tous les regards se tournent vers la ministre de la Justice, Laurette Onkelinx.
Les partis politiques de l’opposition dénoncent la gestion du système
pénitentiaire. Les responsables syndicaux des prisons répètent
qu’il faut rénover les prisons, engager et former de nouveaux gardiens.
Bref, donner plus de moyens au système pénitentiaire belge. Et
c’est bien là le problème. Pour tout cela, il faut des budgets.
Or, la ministre Onkelinx n’en a pas. Et là ce n’est plus uniquement
sa responsabilité qui est engagée, mais bien celle de tout le
gouvernement.

Carmela Morici


Il faut savoir que vouloir s’évader n’est pas punissable en soi. La
loi estime que c’est un droit de vouloir retrouver sa liberté. Mais
il ne faut faire aucune infraction, aucune faute pendant son évasion.
Dans ce cas-ci, les deux détenus qui ont causé des dégâts
aux portes de leur cellule pourraient être poursuivis pour destruction
de biens. Ils seront également poursuivis pour prise d’otage. Par contre,
les 26 autres, à qui on a ouvert la porte, ne craignent rien s’ils n’ont
rien abîmé pendant leur fuite.
Toutefois, si le condamné comparaît devant la Commission des mises
en liberté conditionnelle, une évasion ou une tentative d’évasion
joue contre lui. Cela laisse en effet penser que le prisonnier n’accepte pas
sa peine en citoyen et qu’il n’a pas envie de réintégrer la société.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Vous pensez que Mai 68

Clôture du précédent sondage "Sondage du cahier Le pouvoir des mots", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de