mardi 25 juin 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Wallonie, la relance

Mise à jour de l’article La Wallonie existe!

Pendant des dizaines d’années, la Wallonie a été très riche avec ses grosses industries et ses mines de charbon. Fin des années 1960 et dans les années 1970, c’est la crise économique. La Wallonie a mis du temps pour se reconvertir dans d’autres activités. 

Certains disent que la Wallonie n’a pas vraiment de centre. Que la Wallonie n’est qu’un ensemble de sous-régions et qu’il n’y pas d’identité wallonne. Namur est la capitale politique de la Région wallonne. Et à Namur, le gouvernement wallon est à « l’Elysette ». On compare ainsi le siège du gouvernement wallon à l’Elysée, le palais de la Présidence de la République française. Il y a aussi d’autres capitales en Wallonie. Charleroi est la capitale sociale. Le Forem, la Société wallonne du Logement, par exemple, sont à Charleroi. Liège est la capitale économique. Le Conseil économique et social est à Liège. Mons est la capitale culturelle. Verviers est la capitale de l’eau.

La grève du siècle

Au 20e siècle, un événement a marqué l’existence de la Wallonie comme région. C’était la grande grève générale de l’hiver 1960-1961, appelée aussi « la grève du siècle ». A l’époque, le Congo venait juste d’être indépendant (en juin 1960). Et, depuis quelques années, l’économie belge allait déjà moins bien. Le gouvernement belge voulait redresser le budget de l’Etat. Pour cela, il avait notamment prévu de diminuer les budgets sociaux. En 60-61, un peu partout dans le pays, les travailleurs se sont mis en grève : les cheminots et les fonctionnaires des services publics, et beaucoup de travailleurs d’entreprises privées… Mais c’est surtout en Wallonie et dans les centres industriels de Charleroi et de Liège que la grève a été la plus forte. Et très vite, la grève est devenue le symbole du combat wallon.

La Wallonie rattrapée par la Flandre

Les syndicalistes, les hommes de gauche et les militants wallons veulent alors une Wallonie plus autonome. On parle de « fédéralisme et réformes de structures ». On veut limiter le pouvoir des grosses entreprises financières, créer des outils publics régionaux pour réorienter l’économie, démocratiser la vie des entreprises privées et publiques. Mais la grève sera un échec.
C’est aussi vers cette époque que la Flandre rattrape l’économie wallonne. L’avance économique de la Flandre va augmenter dans les années 1960 et 1970. En 1970, les communautés seront créées. Mais la division du pays en Régions ne commence qu’en 1980.

Plan Marshall… 4.0

Les temps ont changé. On n’en est plus aux « réformes de structure » des années 1960. En 2005, la Région wallonne a lancé les actions à faire en priorité pour l’avenir wallon. On l’a appelé le Plan Marshall, le Plan a aidé à relancer l’économie wallonne. Le nom officiel du plan était «Actions prioritaires pour l’Avenir wallon ». Suite à une sorte de malentendu, il a été nommé partout « Plan Marshall ». Ce qui rappelle le Plan américain de reconstruction de l’Europe en 1947, après la 2e guerre mondiale !

Plan de relance

Il y a eu 4 plans Marshall. Aujourd’hui, on est dans un nouveau plan de relance avec des objectifs pour 2030. Il s’agit de développer l’économie et l’emploi, mais pas seulement. Il y a aussi des projets pour aller vers une énergie plus « verte » et pour protéger la diversité et la richesse de la nature en Wallonie. Enfin, il y a un 5e objectif et non des moindres: la lutte contre la précarité, la pauvreté et l’exclusion sociale. 

Wallonie, la relance

Il y a 3635 caractères et 635 mots dans ce texte

Mise à jour de l'article La Wallonie existe!

Pendant des dizaines d'années, la Wallonie a été très riche avec ses grosses industries et ses mines de charbon. Fin des années 1960 et dans les années 1970, c'est la crise économique. La Wallonie a mis du temps pour se reconvertir dans d'autres activités. 

Certains disent que la Wallonie n’a pas vraiment de centre. Que la Wallonie n’est qu’un ensemble de sous-régions et qu’il n’y pas d’identité wallonne. Namur est la capitale politique de la Région wallonne. Et à Namur, le gouvernement wallon est à « l’Elysette ». On compare ainsi le siège du gouvernement wallon à l’Elysée, le palais de la Présidence de la République française. Il y a aussi d’autres capitales en Wallonie. Charleroi est la capitale sociale. Le Forem, la Société wallonne du Logement, par exemple, sont à Charleroi. Liège est la capitale économique. Le Conseil économique et social est à Liège. Mons est la capitale culturelle. Verviers est la capitale de l’eau.

La grève du siècle

Au 20e siècle, un événement a marqué l'existence de la Wallonie comme région. C’était la grande grève générale de l’hiver 1960-1961, appelée aussi « la grève du siècle ». A l’époque, le Congo venait juste d’être indépendant (en juin 1960). Et, depuis quelques années, l’économie belge allait déjà moins bien. Le gouvernement belge voulait redresser le budget de l’Etat. Pour cela, il avait notamment prévu de diminuer les budgets sociaux. En 60-61, un peu partout dans le pays, les travailleurs se sont mis en grève : les cheminots et les fonctionnaires des services publics, et beaucoup de travailleurs d’entreprises privées… Mais c’est surtout en Wallonie et dans les centres industriels de Charleroi et de Liège que la grève a été la plus forte. Et très vite, la grève est devenue le symbole du combat wallon.

La Wallonie rattrapée par la Flandre

Les syndicalistes, les hommes de gauche et les militants wallons veulent alors une Wallonie plus autonome. On parle de « fédéralisme et réformes de structures ». On veut limiter le pouvoir des grosses entreprises financières, créer des outils publics régionaux pour réorienter l’économie, démocratiser la vie des entreprises privées et publiques. Mais la grève sera un échec.
C’est aussi vers cette époque que la Flandre rattrape l’économie wallonne. L’avance économique de la Flandre va augmenter dans les années 1960 et 1970. En 1970, les communautés seront créées. Mais la division du pays en Régions ne commence qu’en 1980.

Plan Marshall... 4.0

Les temps ont changé. On n’en est plus aux « réformes de structure » des années 1960. En 2005, la Région wallonne a lancé les actions à faire en priorité pour l’avenir wallon. On l'a appelé le Plan Marshall, le Plan a aidé à relancer l’économie wallonne. Le nom officiel du plan était «Actions prioritaires pour l'Avenir wallon ». Suite à une sorte de malentendu, il a été nommé partout « Plan Marshall ». Ce qui rappelle le Plan américain de reconstruction de l’Europe en 1947, après la 2e guerre mondiale !

Plan de relance

Il y a eu 4 plans Marshall. Aujourd'hui, on est dans un nouveau plan de relance avec des objectifs pour 2030. Il s'agit de développer l'économie et l'emploi, mais pas seulement. Il y a aussi des projets pour aller vers une énergie plus "verte" et pour protéger la diversité et la richesse de la nature en Wallonie. Enfin, il y a un 5e objectif et non des moindres: la lutte contre la précarité, la pauvreté et l'exclusion sociale. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
image-5-10
Victoire de la N-VA, oui, mais...
2024-06-09T202459Z_2054971225_MT1HNSLCS000I55JYK_RTRMADP_3_HANS-LUCAS (1)
Contre l'extrême droite, Macron joue son va-tout
parlementfederalcamembert
Elections, barre à droite et division Nord/Sud
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre